Traité d'Akhal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le Traité d'Akhal est une convention signée par l'Empire perse (l'Iran) et la Russie impériale le 21 décembre 1881[1]. Le traité marque la reconnaissance officielle par l'Iran de l'annexion du Khwarezm par l'Empire russe.

Après que la Perse eut été considérablement affaiblie par sa défaite en 1860, et avec l'occupation grandissante de l'Égypte par la Grande-Bretagne durant les années 1873 à 1881, la Russie impériale lance une campagne pour prendre le contrôle complet sur l'Asie centrale au détriment de la domination perse. Des forces menées par les généraux Mikhaïl Skobelev, Ivan Lazarev, et Konstantin Kaufman ont mené la campagne devant une Perse incapable de réagir.

L'empereur de Perse, Nasseredin Shah, immobilisé envoie son ministre des affaires étrangères, Mirza Sa'eed Khan Mo'tamen ol-Mulk rencontrer Ivan Zinoviev afin de signer un traité à Téhéran.

En vertu de ce traité, la Perse cesserait de réclamer toutes les parties du "Turkestan" et de la Transoxiane, établissant la rivière Atrak comme nouvelle frontière.

Par ce traité, Merv, Sarakhs, Eshgh Abad et les zones adjacentes sont passées sous contrôle russe sous le commandement du général Alexander Komarov en 1884.


Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Chahryar Adle, History of civilizations of Central Asia. Towards the Contemporary Period : From the Mid-nineteenth to the End of the Twentieth Century, vol. 6, UNESCO,‎ 2005 (ISBN 9789231039850, présentation en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]