Traité anglo-hollandais de 1814

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le Traité anglo-hollandais de 1814 fut signé entre les Provinces Unies des Pays-Bas et le Royaume-Uni le 13 août 1814 à Londres.

Par ce traité, les Anglais rendaient aux Hollandais leurs possessions coloniales en Afrique, en Amérique et en Asie, telles qu'elles étaient avant le commencement des guerres napoléoniennes, à l'exception du Cap de Bonne-Espérance et des établissements sud-américains de Berbice, Demerara et Essequibo, où les Hollandais conservaient des droits commerciaux.

En outre, les Anglais cédaient l'île de Bangka en échange de l'établissement de Cochin et dépendances sur la côte de Malabar en Inde. Les Hollandais cédaient le district de Bernagore près de Calcutta en échange d'un droit annuel.

Les deux parties s'entendaient également sur une amélioration de la défense des Pays-Bas.

Les Anglais acceptaient par ailleurs de payer un million de livres à la Suède en compensation de revendications sur la Guadeloupe.

Les différends nés de l'application de ce traité amèneront à la signature d'un autre traité, le traité de Londres de 1824.