Tragopan de Hastings

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Tragopan de Hastings

Description de cette image, également commentée ci-après

Tragopan melanocephalus

Classification (COI)
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Sous-embr. Vertebrata
Classe Aves
Ordre Galliformes
Famille Phasianidae
Genre Tragopan

Nom binominal

Tragopan melanocephalus
(Gray, 1829)

Statut de conservation UICN

( VU )
VU C2a(i) : Vulnérable

Statut CITES

Sur l'annexe  I  de la CITES Annexe I , Rév. du 01/07/75

Le Tragopan de Hastings (Tragopan melanocephalus) est une espèce d'oiseaux appartenant à la famille des Phasianidae. C'est une espèce monotypique

Coloration de la bavette[modifier | modifier le code]

La bavette déployée est bleu turquoise avec une barre centrale violette parsemée de points bleu turquoise et, sur chaque bord, des dessins rose carmin.

Distribution[modifier | modifier le code]

Il étendait jadis son aire le long de la vallée de l’Indus à travers l’Indou Kouch et la province de Hazara (nord du Pakistan), Jammu, Himachal Pradesh, Cachemire et Ladakh jusqu’à la frontière naturelle du Gange dans la région de Dehra Dun. Actuellement sa répartition est fragmentée en sept poches parfois très éloignées les unes des autres.

Habitat[modifier | modifier le code]

Il occupe un habitat et un étage différents en été et en hiver. En été, il fréquente les forêts d’épicéas Picea smythiana, de cèdres Cedrus deodarus et de chênes Quercus semicarpifolia de 2500 à 3 600 m. En hiver, il visite les forêts denses de conifères ou mixtes (bouleaux, rhododendrons), descendant à 1800 et même 1 350 m.

Alimentation[modifier | modifier le code]

Il se nourrit, au sol ou dans les arbres, de bourgeons et de jeunes feuilles de buis, bambou, chêne et troène mais il consomme aussi des baies, petits fruits, racines, glands, fleurs, insectes et leurs larves.

Comportement non social[modifier | modifier le code]

Il juche dans les arbres feuillus sempervirents lui offrant un épais couvert végétal. Doté d’un naturel farouche, il semble en permanence sur le qui-vive et à l’écoute des bruits de la forêt. Ainsi, il s’aventure rarement à découvert, répugnant à quitter la semi-obscurité protectrice de la forêt ombragée.

Comportement social[modifier | modifier le code]

Il n’y a aucune donnée, en milieu naturel ou en élevage, sur le système social de cette espèce mais on suppose qu’elle est monogame et que le mâle participe à l’élevage des jeunes.

Parade nuptiale[modifier | modifier le code]

En parade latérale, le mâle fait des allers et retours devant la femelle en abaissant l’aile du côté de la femelle, donnant l’impression qu’il se penche vers elle pour exhiber sa magnifique parure. Dans cette même attitude, il semble parfois picorer le sol mais c’est pour mieux mettre en valeur son plumage. Pendant ces démonstrations, la bavette et les cornes sont néanmoins déployées. En parade frontale, le mâle, caché derrière son rocher, ne laisse dépasser que la tête pour fixer la femelle du regard tout en secouant la tête. Ces secousses agitent ses cornes bleues et commencent à étendre sa bavette. Puis il déploie les ailes et la queue et entame une longue série de battements d’ailes tout en agitant la tête et émettre de brefs cliquetis. Soudain il se redresse fortement, siffle bruyamment comme un roulement de tambour et bombe le torse pour exhiber sa bavette complètement étalée et ses cornes parfaitement redressées. Il se rue alors sur la femelle, le plumage ébouriffé et les ailes abaissées, et l’accouplement se produit.

Nidification[modifier | modifier le code]

Peu de nids ont été trouvés dans la nature, Beebe (1918-22) ayant relaté le cas singulier d’un vieux nid de corbeau adopté par une femelle tragopan dans un épicéa à 12 m de hauteur puis selon Baker (1935), les nids peuvent être construits sur le sol à l’abri d’un buisson ou en hauteur dans les arbres.

Statut, conservation[modifier | modifier le code]

Fuller et Garson (2000) considèrent l’espèce comme vulnérable. En 2002, le “Wildlife Division of the Forest Department” et le World Pheasant Association Inde ont entrepris un ambitieux projet de conservation in et ex situ, de quatre espèces de faisans dont le tragopan de Hastings en Himachal Pradesh. Quatre grands centres d’élevage de conservation ont été réalisés avec, comme objectif, des relâchés dans des aires déterminées par des études de terrain (Robbins & Corder 2004).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Baker, E. C. S. (1935). The nidification of birds of the Indian Empire. Vol. 4, Taylor & Francis, London.
  • Beebe, W. (1918-22). A monograph of the pheasants. 4 vol. Witherby, London.
  • Fuller, R. A. & Garson, P. J. (2000). Pheasants, status survey and conservation action plan 2000-2004. WPA/BirdLife/Pheasant Specialist Group. IUCN, Gland, Switzerland and Cambridge, UK and WPA, Reading, Royaume-Uni.
  • Hennache, A. & Ottaviani, M. (2005). Monographie des faisans, volume 1, 357 pages. Éditions WPA France, Clères, France.
  • Robbins, G. E. S. & Corder, J. (2004). Conservation breeding in Europe and the UK census. Annual Review of the World Pheasant Association. 2003/2004: 41-52.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :