Trabant 1.1

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
AWZ Trabant 1.1
Trabant 1.1
Une Trabant 1.1 Limousine immatriculée au Royaume-Uni.

Marque Drapeau : Allemagne de l'Est VEB Sachsenring Automobilwerk Zwickau
Années de production 1990 – 1991
Production 38 994 exemplaires
Usine(s) d’assemblage Zwickau (Allemagne)
Moteur et transmission
Moteur(s) Essence : 1 043 cm³
Transmission aux roues avant
Poids et performances
Poids à vide 700 kg
Vitesse maximale 125 km/h
Châssis - Carrosserie
Carrosserie(s) berline, break, pick-up
Dimensions
Longueur 3 520 mm
Largeur 1 530 mm
Hauteur 1 420 mm
Empattement 2 020 mm
Chronologie des modèles
Précédent Trabant 601 - Suivant

La Trabant 1.1 est une automobile produite entre 1990 et 1991 par l’usine est-allemande VEB Sachsenring Automobilwerk Zwickau (AWZ). La 1.1 a été la dernière voiture construite sur le site de Zwickau avant le rachat de l’entreprise par Volkswagen.

Histoire[modifier | modifier le code]

Volkswagen à la rescousse[modifier | modifier le code]

Depuis le début des années 1980, la direction d’AWZ songe à installer un moteur quatre-temps sous le capot de la Trabant 601. En effet, la solution du bloc deux-temps est devenue totalement obsolète et ses derniers défenseurs à l’Ouest (DKW et Saab notamment) l’ont abandonnée depuis longtemps. Mais avant de lancer ce nouveau projet, l’usine doit obtenir l’aval des autorités. Celles-ci donnent finalement leur accord le 9 octobre 1984.

Ayant devancé la décision officielle, les responsables de l’industrie automobile est-allemande négocient dès 1983 avec Volkswagen pour construire des moteurs sous licence en RDA. Le géant de Wolfsbourg accepte que soit monté le petit quatre cylindres quatre-temps de 1 043 cm3 de la Polo sur la Trabant 601. L’usine AWE d’Eisenach héritera quant à elle du 1300 de la Golf pour sa Wartburg 353.

Soucieux d’adapter sa voiture à ce moteur moderne, AWZ tente de mettre la 601 au goût du jour, en abandonnant par exemple les ressorts à lames de la suspension pour des ressorts hélicoïdaux. En décembre 1988, les 150 premiers exemplaires de présérie sont assemblés. La voiture s’appelle désormais Trabant 1.1, en référence à la cylindrée (en litres) de son moteur.

Mais le vent de renouveau qui s’abat sur la RDA et le Bloc de l’Est en 1989 va bien évidemment reléguer au second plan les projets de l’usine, et c’est seulement le 21 mai 1990 que la première Trabant 1.1 de série quitte enfin les chaînes de montage. À cette époque, la RDA n’a plus que quelques mois à vivre…

La triste fin de la « Trabi »[modifier | modifier le code]

Si la 1.1 est une véritable révolution pour l’usine (mais pas pour l’industrie automobile est-allemande, car la Wartburg 1.3 à moteur de Golf est en vente depuis 1988), cela ne se distingue pas au premier coup d’œil. La bouille caractéristique de la Trabant est pratiquement inchangée, et seuls les gros pare-chocs en plastique, les feux arrière plus imposants et la calandre redessinée permettent d’identifier le nouveau modèle. Les performances n’ont en revanche plus rien à voir : forte de 41 ch, la 1.1 atteint désormais 125 km/h, contre à peine 110 pour la 601. Côté carrosseries, on retrouve la berline, le break Universal (qui est désormais la version la plus produite), la Tramp, auxquels s’ajoute une inédite déclinaison pick-up.

Le 3 octobre 1990, le drapeau de la République démocratique allemande cesse définitivement de flotter sur Berlin : l’Allemagne est réunifiée. Désireux de se développer à l’Est, Volkswagen se porte acquéreur du site industriel d’AWZ à Zwickau. Totalement anachronique, la Trabant est condamnée.

Quelques jours après la dernière Wartburg 1.3 à Eisenach, l’ultime Trabant 1.1 quitte l’usine de Zwickau le 30 avril 1991 à 14 h 51, sous les applaudissements des ouvriers. Il s’agit d’un break de couleur rose.

Exportation et production[modifier | modifier le code]

La 1.1 est arrivée au moment où le marché automobile est-allemand s’ouvrait, et a subi de plein fouet la concurrence des berlines d’occasion fabriquées à l’Ouest : Volkswagen Golf, Opel Kadett, Ford Escort, Renault 19… La majorité de la production a ainsi été écoulée dans les pays « frères », Hongrie et Pologne en tête.

En 1994, la société Sachsenring Automobilwerk GmbH (héritière d’AWZ) a rapatrié 444 breaks de Turquie, et tenté de les écouler auprès des nostalgiques à 19 444 marks l’unité, un prix considérable qui n’a décidé que 93 acheteurs en Allemagne. En mai 1996, les exemplaires restants sont bradés à 9 999 marks chacun par une chaîne de supermarchés.

AWZ a fabriqué au total 3 096 099 Trabant (P50, P60, 601 et 1.1) entre 1958 et 1991, dont 38 994 modèles 1.1.

Galerie[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  • Bernard Vermeylen, Voitures des pays de l'Est, E-T-A-I, Boulogne-Billancourt, 2008 (ISBN 9782726888087)