Trémauville

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Trémauville
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Haute-Normandie
Département Seine-Maritime
Arrondissement Le Havre
Canton Saint-Valery-en-Caux
Intercommunalité Communauté de communes Cœur de Caux
Maire
Mandat
Pascale Danger
2014-2020
Code postal 76640
Code commune 76710
Démographie
Population
municipale
100 hab. (2012)
Densité 36 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 39′ 58″ N 0° 31′ 21″ E / 49.6661111111, 0.522549° 39′ 58″ Nord 0° 31′ 21″ Est / 49.6661111111, 0.5225  
Altitude Min. 118 m – Max. 139 m
Superficie 2,8 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime

Voir sur la carte administrative de Seine-Maritime
City locator 14.svg
Trémauville

Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime

Voir sur la carte topographique de Seine-Maritime
City locator 14.svg
Trémauville

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Trémauville

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Trémauville

Trémauville est une commune française, située dans le département de la Seine-Maritime en région Haute-Normandie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Domaine (villa) de Thormodr (ou Thurmot), seigneur normand du Xe siècle, révolté contre le duc Richard Ier. Turmotville, devenue Trémauville s'est longtemps appelée "aux aloyaux" (c'est à dire aux francs alleux, terres libres).

Histoire[modifier | modifier le code]

Donné par le duc de Normandie à l'abbaye de la Sainte-Trinité de Fécamp, en 990, le patronage de l'église fut ensuite contesté par les seigneurs du lieu, mais Trémauville échappait à l'autorité archiépiscopale de Rouen, en faisant partie de l' "Exemption de Fécamp" et c'est l'Abbé de Fécamp qui faisait les visites pastorales. Les Martin (famille bourgeoise), derniers seigneurs, prirent le nom de Vaucouleurs. Au XIXe siècle, le hameau de Tout-li-Faut était aussi important que le bourg, selon l'abbé Cochet

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1844   Durieu    
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 2008 Christian Barbaray DVD  
mars 2008   Christian Grancher    

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune comptait 100 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1831 1836 1841 1846 1851 1856
212 263 243 276 279 252 232 240 253
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
236 208 196 196 180 177 192 192 163
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
181 166 151 126 121 130 140 119 92
1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009 2012
82 82 96 98 89 95 91 100 100
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Riquier. Elle est dédiée à saint Riquier du Centule (mort en 645, à Crécy, en Ponthieu), qui fut l'abbé fondateur de la célèbre abbaye du Centule, près d'Abbeville, abbaye qui porte maintenant son nom. L'église, romane d'origine, a commencé à être rebâtie au XVIIe siècle et une partie du choeur, aussi long que la nef, porte la date de 1780. Le beau transept, en brique et pierre, est du XVIIIe siècle. Le clocher est en grès et calcaire, avec essentage d'ardoises et le porche a fait l'objet d'une demande de classement à l'Inventaire des Monuments historiques. L'église, en mauvais état, en 1932, fut sauvée à la demande de l'abbé Cornu, par le maire Eugène Noël. À l'intérieur, le maître-autel et son retable, sont du XVIIIe siècle, avec une toile de la Résurrection, de Beauvoisin. Les fonts baptismaux sont du XVIIe siècle et la poutre de gloire comporte un beau christ en bois (XVIIIe siècle).
  • Croix de cimetière[3]. De 1623, avec fût monolithe, portant en alternance des fleurs de lys et le monogramme de Louis XIII, elle est surmontée d'un pélican à la tête retournée (symbole du sacrifice du Christ rédempteur, car le pélican nourrirait ses petits, de son sang). Cette belle croix est classée Monument Historique.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Benoit Laurens (1742-1794) Curé de Trémauville, il refusa de prêter de prêter serment à la Constitution Civile du Clergé, lors de la Révolution. Arrêté à Rouen comme "prêtre réfractaire", condamné, il périt en martyr, sur les pontons de Rochefort et fut enterré à l'île d'Aix, en 1794.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :