Toyō Itō

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Toyo Ito)
Aller à : navigation, rechercher
Toyō Itō
Image illustrative de l'article Toyō Itō
Toyo Ito (2009).
Présentation
Naissance 1941 (71 ans)
Séoul, Corée du Sud
Nationalité Drapeau du Japon Japon
Activité(s) Architecte, designer,peintre
Formation Université de Tokyo
Œuvre
Agence Toyo Ito and Associates, Architects
Compléments
2013 : Prix Pritzker d'architecture

Toyō Itō (伊東 豊雄, Itō Toyō?) est un architecte japonais né en 1941. Il est connu pour avoir créé l'architecture conceptuelle, dans laquelle il recherche à exprimer simultanément le monde physique et le monde virtuel. Il est un représentant de l'architecture qui fait appel à la notion contemporaine de ville « simulée ».

En 2013, il reçoit le Prix Pritzker d'architecture.

La médiathèque de Sendai, au Japon, 2001.

Biographie[modifier | modifier le code]

Toyō Itō est né à Séoul de parents japonais en 1941[1].

Il est diplômé en architecture de l'université de Tokyo en 1965.

Dès sa sortie de l'université, de 1961 à 1970, Toyo Ito travailla chez Kiyonori Kikutake[2].

En 1971, Ito fonde sa propre agence, qu'il appellera URBOT (contraction de robot urbain). À cette époque, les jeunes architectes n'avaient accès qu'aux maisons individuelles pour réfléchir aux problèmes fondamentaux de l'architecture[3].

Il doit attendre 1978 pour réaliser son premier immeuble, le PMT Building à Nagoya. La même compagnie lui confie d'autres projets au Japon : à Fukuoka en 1979, puis à Ōsaka. C'est également en 1979 que son agence sera rebaptisée « Toyo Ito and Associates, Architects »[3].

Le Musée Municipal de Yatsushiro achevé en 1991 est la première commande publique de l'agence Toyo Ito and Associates, Architects.

En décembre 1997, le MoMA (Museum of Modern Art de New York) lance un concours pour une réfection et un agrandissement du musée avec 18 600 m2 supplémentaires. Parmi 10 projets présélectionnés, on trouve celui de Toyo Ito, mais la direction du musée choisit finalement celui de l'autre Japonais Yoshio Taniguchi.

Style[modifier | modifier le code]

Architecte de l'essentiel, il s'est toujours opposé à l'architecture monumentale, lui préférant la création d'espaces plus malléables[4].

L'œuvre de Toyo Ito peut se diviser en trois périodes qui se succèdent et parfois se superposent.

Neutralité « Jardin de lumière »[modifier | modifier le code]

Toyo Ito réalise ses premiers projets en donnant une simplicité et une neutralité de formes dans ces bâtiments là où d'autres architectes recherchent plutôt la complexité. La première période concerne l'architecture domestique dans laquelle Toyo Ito développe la métaphore du « Jardin de Lumière », illustrée par la White U. Le terme de Jardin est utilisé par Ito pour montrer que ses projets sont foisonnants, changeants, même si un thème est perceptible comme il se serait par exemple dans un « Jardin exotique »[5]. Cette maison est tournée sur elle-même, sans fenêtre donnant sur la rue, avec simplement une cour intérieure. La maison est déconnectée du reste de la ville par une représentation totalement abstraite, car elle est peinte en blanc. Ces murs blancs sont vus par Toyo Ito comme des écrans qui mettent en scène les jeux de lumière - arrivant par les ouvertures zénithales – et les ombres des personnes. La cour représente un désert naturel, sans aucune végétation.

桃園機場第一航廈新入境大廳.JPG

Dé-composition « Jardin des vents »[modifier | modifier le code]

La deuxième période, intitulée « Jardin des vents » est marquée par Silver Hut et le caractère éphémère de ses réalisations. Dé-composition ne signifie pas déconstruire mais plutôt fragmenter et séparer les différents éléments de la composition. Toyo Ito recherche durant cette période à réaliser une simple abstraction de la forme et une dématérialisation. Le projet Silver Hut - maison que Toyo Ito a construit pour sa propre utilisation - se compose d'une série de voutes posées les unes à côté des autres et chacune d'entre elles étant percée d'ouvertures zénithales. Le volume global consiste en une dissociation des différents volumes de la composition dont la forme est déconstruite pour faire passer la lumière ; la structure acier devient apparente ce qui donne un aspect fragile au bâtiment.

Multi-Stratification « Jardin des puces électroniques »[modifier | modifier le code]

La troisième période est nommée par Toyo ito lui-même, le « Jardin des puces électroniques » dans la laquelle il développe toutes les possibilités offertes par l'électronique comme avec la tour des vents de Yokohama qui se trouve être son premier projet de bâtiment public. Construite en 1986[6], elle sert de tour de ventilation et de réservoir d'eau pour une galerie commerçante située en sous-sol. L'intervention de Toyo Ito se limite à l'habillage extérieur. La structure lumineuse est en aluminium. La journée, la tour paraît totalement blanche, homogène en matériaux métalliques tandis que la nuit les éléments électriques positionnés en façade, transforment la tour en un signal lumineux formé de bandes, qui change continuellement sous l'influence des vents, grâce à des calculs permanents réalisés par ordinateur. Toyo Ito modifie le bloc monolithique de la période de la dé-composition, avec le projet Silver Hut, celui-ci devient vertical, dynamique et électronique dans le projet de la Tour des Vents.

Période contemporaine[modifier | modifier le code]

Enfin, l'architecture actuelle de Ito réalise une synthèse globale de ces influences, symbolisée par la Médiathèque de Sendai. Il donne des sensations de légèreté et de progrès mais aussi de fragilité et d'évolution aux bâtiments qu'il dessine. La médiathèque de Sendaï est le fruit d'une association avec Makoto Yokomizo, qui crée sa propre agence en 2000. Ce bâtiment regroupe une médiathèque, une bibliothèque, une galerie d'art et un centre d'informations pour les citoyens. Ito voulait construire une médiathèque en lien avec son époque et adaptée aux nouvelles technologies. Le bâtiment se compose de 3 éléments forts : les plateaux (de 2 500 m2), les 13 colonnes et la peau. Ses colonnes, disposées de manière aléatoire contiennent les différentes circulations : comme la lumière, l'air, l'eau mais aussi les circuits informatiques et enfin les circulations verticales (ascenseur, escaliers) ce qui évoque la fluidité et un mouvement dynamique. La neutralité en façade est donnée par un mono-volume en verre. En utilisant la métaphore de l'aquarium, Toyo Ito imagine que ses colonnes forment des vagues. La peau des façades Nord, Est et Ouest sont constituées de feuilles de verre tandis que la façade Sud a une double peau de verre. Les panneaux de verre mesurent tous 2,5 m de hauteur et sont fixés à la structure porteuse. Cette peau reflète les arbres durant la journée, tandis que la nuit, l'éclairage artificiel révèle la structure du bâtiment. Chaque sol a été dessiné par un architecte différent, avec, de ce fait des couleurs, formes et matériaux distincts mais le tout restant transparent et fluide et se liant parfaitement avec les colonnes formées de lignes entrelacées. Toyo Ito est devenu un maître pour une plus jeune génération d'architectes japonais, comme Kazuyo Sejima qui a fait partie de l'agence « Toyo Ito and Associates » de 1981 à 1987. Dans son agence SANAA, elle développe une architecture très pure, ascétique, accordant un grand soin au détail, et qui se veut une réinterprétation japonaise de la modernité.

Expositions[modifier | modifier le code]

Le travail de Toyo Ito a été largement exposé. En 1991, Ito a utilisé 130 vidéo-projecteurs pour recréer l'environnement urbain de la ville de Tokyo pour l'exposition Visions of Japan au Victoria and Albert Museum de Londres. En 2000, l'exposition Vision and Reality premièrement présentée au musée d'art moderne Louisiana s'exporta à d'autres musées à travers le monde. Toyo Ito exploite beaucoup le procédé de la projection vidéo comme médium pour présenter l'architecture. Dans l'exposition Blurring Architecture, installée premièrement au Suermondt-Ludwig-Museum d'Aix-la-Chapelle et qui a ensuite voyagé vers Tokyo, Anvers, Auckland et Wellington entre 1999 et 2001, Ito tentait de révéler la présence virtuelle de l'architecture dans l'esprit humain. Il est également à l'origine de la conception de l'exposition Berlin-Tokyo/Tokyo-Berlin présentée en 2006 à la Neue Nationalgalerie de Berlin. La conception se présente sous la forme d'un paysage doux et ondulatoire qui occupe la quasi-totalité de la salle d'exposition principale du musée. Cette exposition, en collaboration avec le Mori Art Museum reste l'une des plus grandes entreprises scénographique dans l'histoire des musées. Une grande rétrospective sur le travail de Toyo Ito s'est déroulée à la Tokyo Opera City Art Gallery en 2006 et avait pour titre : Toyo Ito: The New « Real » in Architecture.

Enseignement[modifier | modifier le code]

Toyo Ito a un siège de professeur à l'université pour femmes du Japon. Il est aussi professeur honoraire à la University of North London et il enseignait comme invité à l'université Columbia. Il est également professeur invité à l'université des beaux-arts Tama[7].

Principales réalisations[modifier | modifier le code]

« Jardin de lumière »[modifier | modifier le code]

  • 1971 : la Maison d'aluminium à Fujisawa.
  • 1976 : la Maison White U à Tokyo qui a été détruite en 1997 Plan.
  • 1978 : l'Immeuble PMT à Nagoya.
  • 1979 : la Maison de Koganei à Tokyo.
  • 1981 : la Maison de Kasama à Kasama.
  • 1983 : la Maison de Hanakoganei à Tokyo.

« Jardin des vents »[modifier | modifier le code]

  • 1984 : la Hutte d'argent à Tokyo (C'est la propre maison de Toyo Ito, elle se situe juste à côté de la Maison White U).
  • 1986 : la Maison de Magomezawa à Funabashi.
  • 1985-1989 : Pao 1 et 2 : « Un Abri pour Femmes nomades de Tokyo », à Tokyo (Résultat de ses recherches sur la transformation de l'espace privé).
  • 1986 : le Restaurant Nomad à Tokyo.
  • 1988-1991 : le Musée Municipal de Yatsushiro.

« Jardin des puces électroniques »[modifier | modifier le code]

  • 1986 : la Tour des vents, à Yokohama.
  • 1989 : l'Œuf des vents, à Tokyo.
  • 1990 : la Maison de la culture du Japon à Paris (projet non retenu).
  • 1992 : rénovation des Docks Sud à Anvers (projet non retenu).
  • 1994 : la Maison de retraite de Yatsushiro, à Kumamoto.
  • 1994 : la Hall lyrique, à Nagaoka.
  • 1995 : la Caserne de pompier, à Kumamoto.

« Période contemporaine »[modifier | modifier le code]

Photographies[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Toyo Ito a collecté au long des années de nombreux prix et récompenses pour ses réalisations[7], parmi lesquels :

Analyse de projets (sélection)[modifier | modifier le code]

Le Pavillon Serpentine, Londres, 2002[modifier | modifier le code]

La Galerie Serpentine à Londres.

Ce pavillon a été conçu pour la Serpentine Gallery en 2002. Cette galerie de Londres a pour but de mettre l'accent sur l'Art moderne et contemporain. Chaque année, la Serpentine Gallery fait appel à un architecte pour construire une structure temporaire sur son domaine en été. Ces projets sont choisis sous le direction de Julia Peyton-Jones. En 2002, c'est l'architecte japonais Toyo Ito associé à l'ingénieur srilankais Cecil Balmond qui ont été choisis. Balmond a été un élément clé pour apporter toute la force créatrice à ce pavillon. Le pavillon Ito-Balmond de la Serpentine a été qualifié de meilleur pavillon jamais conçu. Le critique d'architecture Jonathan Glancey pour le journal anglais The Guardian l'a appelé, « l'un des bâtiments récents les plus exquis et révolutionnaire[8][réf. incomplète] ». La conception est basée sur un algorithme imaginé par Balmond. « Aussi amusant que cela puisse paraître, la structure est truffée de géométrie complexe. Le pavillon ne possède pas de façade et pas de trame structurelle qui viendrait la rythmer. La structure est complètement apparente. C'est une beauté holistique qui ressemble à un cristal ou à un flocon de neige[8]. » La démarche de Cecil Balmond se décline ainsi :

  1. Dessiner un carré.
  2. Dessiner un ligne partant de la moitié d'un des côté de ce carré jusqu'au tiers du côté adjacent dans le sens des aiguilles d'une montre.
  3. Répéter l'opération pour chacun des côtés.
  4. Étendre ces quatre lignes dans les deux directions à l'extérieur du carré originel jusqu'à ce qu'elles se rencontrent pour former un nouveau carré tourné.
  5. Répéter les étapes 1 à 4 dans le nouveau carré.

The Guardian déclarait : « La pavillon Ito-Balmond pour la Serpentine est un modèle de ce qu'un bâtiment peut être[9][réf. incomplète]. » Le journal Evening Standard se demandait « Pourquoi tous les nouveaux bâtiments ne peuvent-ils pas être aussi bons ? Ce pavillon est un leçon d'imagination[10]. » Balmond a remporté le prix Gengo Matsui pour ce pavillon. C'est l'un des prix les plus reconnus dans l'ingénierie au Japon. Ito et Balmond ont depuis collaboré sur l'Opéra Taichung à Taïwan.

L'immeuble TOD's Omotesando, Tokyo, 2004[modifier | modifier le code]

L'immeuble TOD's Omotesando à Tokyo.

Ce projet[11] a été confié à l'architecte japonais Toyo Ito par l'entreprise de chaussure TOD's.

Le travail aura donc consisté premièrement sur la façade afin d'insérer au mieux ce bâtiment dans le tissu dense de la ville de Tokyo. Dans le traitement de cette façade, Ito va utiliser la métaphore de l'arbre. C'est l'arbre zelkova qui borde les rues de Tokyo. L'idée est de l'utiliser à la fois comme élément de structure et comme modénature. Il entendait utiliser l'arbre comme « symbole instable du temps présente et produire une abstraction nouvelle à travers une géométrie non-linéaire, une géométrie dynamique qui génère à la fois vie et abstraction[11]. »

On constate un travail sur la densité. À l'image de l'arbre, on est plus dense au niveau du bas et plus on monte plus la structure se ramifie. Toyo Ito affirme ici le style de l'architecture organique et de l'évanescence de l'architecture. Le bâtiment est en forme de L et se déroule sur sept niveaux. Les deux premiers niveaux accueillent le magasin à proprement parler alors que les autres accueillent les bureaux. Il alterne un système plein-vide de verre et de béton. Ce bâtiment présente de plateaux complètement libres et appuie donc la notion de surface propre à Ito. Le modèle évoque la notion de l'origami : un pliage des surfaces dans les trois dimensions. La limite entre intérieur et extérieur semble complètement floutée. Le bâtiment prend toute sa dimension abstraite à cassant la lecture d'une façade normale, entre murs et ouvertures.

Mikimoto Ginza 2, Tokyo, 2005[modifier | modifier le code]

Mikimoto Ginza 2 à Tokyo.

Ce bâtiment construit en 2005, sur un site de 250 m2, accueille plusieurs magasins, sur 9 étages. Il est situé dans le cœur de Tokyo. Pour se différencier des constructions voisines à la géométrie rectiligne, Toyo Ito a choisi de travailler la façade du bâtiment plutôt que sa structure en rendant une abstraction par des lignes courbes. La couleur des murs extérieurs, d'un rose très pâle rappelle la couleur des perles comme hommage à la perle de culture inventée par Mikimoto. De plus, cela correspond aussi au magasin de bijoux présent à l'intérieur du magasin. La peau très fine est épaisse de 12 mm et composée de plaques d'acier de verre et de béton armé. La structure du bâtiment se comporte comme un tube dans lequel il n'y a pas de poteaux, seuls les murs portent les niveaux. Les panneaux d'acier ont été pris en sandwich par des renforts, puis remplis de béton. Grâce à cette structure, les ouvertures - polygones irréguliers aux angles arrondis - ont pu être placées partout dans la façade. Les ouvertures de verre, les couleurs, la lumière qui traverse la façade déconstruisent le monolithe lisse et froid de base.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Certaines biographies indiquent « né au Japon » sans précision.
  2. (fr) « Une brève présentation des architectes contemporains », sur www.nihonwa.freeservers.com (consulté le 30 septembre 2010).
  3. a et b (fr) Les débuts de Toyo Ito sur www.vg-architecture.be.
  4. (fr) Toyo Ito Architecte : Prologue sur www.vg-architecture.be.
  5. (fr) L'architecture de Toyo Ito sur www.vg-architecture.be.
  6. (en) Chronologie des projets sur le site de Toyo Ito
  7. a et b (en) Profil de Toyo Ito sur son site officiel.
  8. a et b (en) Jonathan Glancey, « The guardian », The Guardian, Londres,‎ 23 juillet 2007 (lire en ligne).
  9. (en) Jonathan Glancey, « The guardian », The Guardian, Londres,‎ 8 juillet 2002 (lire en ligne).
  10. (en) « London Evening Standard ».
  11. a et b (fr) FRAC Centre, Toyo Ito : L'architecture comme processus [PDF].

Liens externes[modifier | modifier le code]