Touzac (Charente)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Touzac.
Touzac
Le bourg et l'église
Le bourg et l'église
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Poitou-Charentes
Département Charente
Arrondissement Cognac
Canton Châteauneuf-sur-Charente
Intercommunalité aucune
Maire
Mandat
Xavier Daudin
2014-2020
Code postal 16120
Code commune 16386
Démographie
Gentilé Touzacais
Population
municipale
451 hab. (2011)
Densité 29 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 33′ 05″ N 0° 09′ 17″ O / 45.5514, -0.1547 ()45° 33′ 05″ Nord 0° 09′ 17″ Ouest / 45.5514, -0.1547 ()  
Altitude Min. 36 m – Max. 151 m
Superficie 15,65 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Charente

Voir sur la carte administrative de Charente
City locator 14.svg
Touzac

Géolocalisation sur la carte : Charente

Voir sur la carte topographique de Charente
City locator 14.svg
Touzac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Touzac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Touzac
Liens
Site web www.touzac.fr

Touzac est une commune du sud-ouest de la France, située dans le département de la Charente (région Poitou-Charentes).

C'est une commune de moins de mille habitants située au cœur des vignobles du cognac.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation et accès[modifier | modifier le code]

Touzac est une commune viticole située à l'ouest du département de la Charente, à 9 km au nord de Barbezieux et 27 km au sud-ouest d'Angoulême, sur la rive droite du .

La bourg de Touzac est aussi à 9 km au sud-est de Segonzac, 10 km au sud-ouest de Châteauneuf-sur-Charente, le chef-lieu de son canton, 12 km à l'est d'Archiac et 20 km au sud-est de Cognac[1].

Elle est principalement desservie par la D 1 qui traverse la commune du sud au nord de Barbezieux à Segonzac et Cognac, et qui passe à l'ouest du bourg[2].

Hameaux et lieux-dits[modifier | modifier le code]

Comme de nombreuses communes charentaises, Touzac possède un habitat dispersé et compte de nombreuses fermes formant de petits hameaux : chez Huet, chez Taupier, la Croix Bretaud au croisement de la D 1 et D 420 au sud du bourg, chez Moreau et chez Piget, Vacheresse au sud, etc.[2]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Touzac
Lignières-Sonneville Bonneuil
Criteuil-la-Magdeleine Touzac Malaville
Barbezieux-Saint-Hilaire Saint-Médard Viville

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La commune est occupée par le Campanien (Crétacé supérieur), calcaire crayeux, qui occupe une grande partie du Sud Charente. Quelques petites zones d'argile sableuse datant du Tertiaire occupent les hauteurs (chez Taupier, chez Rousset). La vallée du Né est occupée par des alluvions récentes du Quaternaire[3],[4],[5],[6].

Article connexe : Géologie de la Charente.

Le paysage est assez vallonné, et les altitudes s'échelonnent entre 36 m (le Né, à Talluchet) et 151 m (au nord-est de la commune, au Bois Barriaud).

Le bourg occupe la tête d'une combe, à 90 m d'altitude.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La Font Brédot

La commune est limitée au sud par le , affluent de la Charente.

Aucun autre cours d'eau traverse la commune. Cependant quelques sources et fontaines se nichent dans les vallons.

Climat[modifier | modifier le code]

Comme dans les trois quarts sud et ouest du département, le climat est océanique aquitain.

Article connexe : Climat de la Charente.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le Château du Puy de Neuville aurait été construit à l'emplacement d'un camp romain[7],[8].

En 1110, l'église Saint-Pierre Saint-Laurent était une possession du chapitre de la cathédrale Saint-Pierre d'Angoulême.

Le fief du Puy de Neuville est attesté dès 1155 en la personne de Guillaume de Neuville pour un différend avec ce même chapitre de la cathédrale d'Angoulême.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie de Touzac
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2001 2014 Michel Le Boucher D'Hérouville SE Gérant d'exploitation
mars 2014 en cours Xavier Daudin SE  
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 451 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1841 1846 1851 1856
709 800 787 905 874 852 857 861 905
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
931 937 898 877 771 649 620 625 710
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
724 689 681 666 655 613 574 603 586
1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009 2011
545 527 461 447 459 455 464 444 451
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2004[10].)
Histogramme de l'évolution démographique


La commune occupe le 17 265e rang au niveau national, alors qu'elle était au 16 207e en 1999, et le 170e au niveau départemental sur 404 communes.


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (23 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) tout en étant toutefois inférieur au taux départemental (26,6 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (50,7 % contre 48,4 % au niveau national et 48,5 % au niveau départemental).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 50,7 % d’hommes (0 à 14 ans = 19,1 %, 15 à 29 ans = 15,1 %, 30 à 44 ans = 20 %, 45 à 59 ans = 23,6 %, plus de 60 ans = 22,2 %) ;
  • 49,3 % de femmes (0 à 14 ans = 19,2 %, 15 à 29 ans = 14,2 %, 30 à 44 ans = 24,2 %, 45 à 59 ans = 18,7 %, plus de 60 ans = 23,7 %).
Pyramide des âges à Touzac en 2007 en pourcentage[11]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,0 
90  ans ou +
0,9 
8,4 
75 à 89 ans
6,8 
13,8 
60 à 74 ans
16,0 
23,6 
45 à 59 ans
18,7 
20,0 
30 à 44 ans
24,2 
15,1 
15 à 29 ans
14,2 
19,1 
0 à 14 ans
19,2 
Pyramide des âges du département de la Charente en 2007 en pourcentage[12]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,5 
90  ans ou +
1,6 
8,2 
75 à 89 ans
11,8 
15,2 
60 à 74 ans
15,8 
22,3 
45 à 59 ans
21,5 
20,0 
30 à 44 ans
19,2 
16,7 
15 à 29 ans
14,7 
17,1 
0 à 14 ans
15,4 

Économie[modifier | modifier le code]

L'économie est principalement viticole.

Équipements, services et vie locale[modifier | modifier le code]

La salle des fêtes

Enseignement[modifier | modifier le code]

Touzac possède une école élémentaire publique comprenant deux classes. Le secteur du collège est Barbezieux[13].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église paroissiale Saint-Pierre et Saint-Laurent construite au XIIe siècle et détruite en 1568 a été reconstruite de 1622 à 1656 puis restaurée en 1843, 1844 et 1878. Le clocher a été remonté en 1883[14].

Elle est à un vaisseau avec voûte en berceau et coupole sur pendentifs.

Sa façade est classée monument historique en 1964[15].

Église de Touzac
Puits au bourg

Du Puy de Neuville il ne reste que la poterne d'entrée avec la trace des rainures du pont-levis. Le logis charentais du XIXe siècle garde des traces des fenêtres à meneaux du XVIe siècle.

Les Jacauds ou Bois-Jacaud était une métairie au XVIIe siècle dont le logis a été détruit au milieu du XIXe siècle pour reconstruire le logis actuel[16].

La Voûte aurait été construit au XIXe siècle sur une ancienne maison forte dont il reste une salle basse voûtée munie de meurtrières et des départs de souterrains[17].

Le manoir de la Pegerie, mentionné en 1566 porte au-dessus du passage la date de 1703, et de gros remaniements ont eu lieu en 1734 puis au XIXe siècle. Il possédait un moulin à vent et un pigeonnier.

Le moulin de Puy Mulet existait en 1834 et un autre moulin apparaît sur le cadastre de 1834.

Le jardin du Chaigne a été labellisé jardin remarquable, au nombre de quatre en Charente[18].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Distances orthodromiques prises sous ACME Mapper
  2. a et b Carte IGN sous Géoportail
  3. Carte du BRGM sous Géoportail
  4. Visualisateur Infoterre, site du BRGM
  5. [PDF] BRGM, « Notice de la feuille de Cognac », sur Infoterre (consulté le 20 novembre 2011)
  6. [PDF] BRGM, « Notice de la feuille de Barbezieux », sur Infoterre,‎ 1979 (consulté le 30 novembre 2011)
  7. Châteaux en France
  8. « Château de Touzac », base Mérimée, ministère français de la Culture
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011
  11. « Évolution et structure de la population à Touzac en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 5 décembre 2010)
  12. « Résultats du recensement de la population de la Charente en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 5 décembre 2010)
  13. Site de l'inspection académique de la Charente, « Annuaire des écoles » (consulté le 23 juillet 2012)
  14. « Église de Touzac (notice) », base Mérimée, ministère français de la Culture
  15. « Église de Touzac », base Mérimée, ministère français de la Culture
  16. Châteaux, manoirs et logis : La Charente, éditions Patrimoine et Médias,‎ 1993, 499 p. (ISBN 2-910137-05-8), p. 194
  17. « La Voûte », base Mérimée, ministère français de la Culture
  18. Liste des jardins portant le label « jardin remarquable », au 31 décembre 2009

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]