Tourisme en Serbie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Caractères cyrilliques Cette page contient des caractères cyrilliques. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.

Le tourisme en Serbie a connu un développement certain au cours des dernières années. En 2007, 2,2 millions de touristes ont visité la Serbie, soit une augmentation de 15 % par rapport à 2006[1].

Villes[modifier | modifier le code]

Un certain nombre de grandes villes serbes offrent aux touristes de nombreuses possibilités. Belgrade offre les ressources d'une grande capitale internationale, avec de nombreux musées, des édifices, publics ou privés, qui illustrent principalement l'architecture des XIXe et XXe siècles. La capitale serbe est également réputée pour ses festivals, comme le Festival international du film (FEST)[2], le Festival international de théâtre (BITEF)[3], le Festival d'été (BELEF)[4] ou le Festival international de musique (BEMUS)[5]. Belgrade est particulièrement réputée pour la qualité de sa vie nocturne, avec des clubs ouverts jusqu'à l'aube un peu partout dans la ville ; le long des rives de la Save et du Danube se succèdent de nombreuses barges (splavovi) qui sont parmi les lieux les plus appréciés des noctambules[6],[7],[8]. D'autres villes du pays offrent aussi des ressources en musées, en architecture et en festivals, comme Novi Sad, la capitale de la Voïvodine, avec son festival EXIT[9], ou encore la petite ville de Guča qui accueille chaque année un Festival international de trompette[10].

Monastères[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Monastères orthodoxes serbes.

Outre l'architecture des villes, la Serbie peut également intéresser les amateurs d'histoire et d'architecture. Le site romain de Felix Romuliana (Gamzigrad), où est né et a été enterré l'empereur Galère, a été inscrit en 2007 sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO[11]. Le pays conserve surtout un grand nombre de monastères orthodoxes serbes, datant pour la plupart du Moyen Âge. Quelques-uns d'entre eux figurent sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO, comme le monastère de Sopoćani, près de Novi Pazar, qui a été inscrit en même temps que les ruines de la ville médiévale de Stari Ras[12], ou le monastère de Studenica[13]. D'autres monastères ou ensembles religieux, appartenant à l'histoire de l'Église orthodoxe serbe, se trouvent au Kosovo. Parmi les édifices dont l'importance a été reconnue internationalement, il convient de citer le monastère de Gračanica, celui de Visoki Dečani ou encore le Patriarcat de Peć et l'église de la Vierge de Leviša, tous inscrits sur la liste du patrimoine mondial[14]. Vu l'instabilité de la région, ces monuments ont été placés sur la liste du patrimoine mondial en péril[14]. D'autres monastères, qui ne sont pas inscrits au patrimoine mondial, offrent un intérêt certain, comme celui de Mileševa, qui abrite une des fresques anciennes les plus célèbres de Serbie, la Fresque de l'Ange blanc.

Sites naturels[modifier | modifier le code]

Le site de Đavolja varoš, près de Kuršumlija
Article détaillé : Aires protégées de Serbie.

La Serbie offre aussi un nombre important de sites pour les amateurs de nature, en particulier les aires protégées que constituent les cinq parcs nationaux du pays, celui de Đerdap, celui des Monts Kopaonik, celui des Monts Tara, celui des Monts Šar et celui de la Fruška gora. Les sites Ramsar pour la conservation des zones humides[15] constituent également un lieu d'attraction, comme celui du lac Vlasina. Les monts Golija, ont été désignés comme une réserve de biosphère dans le cadre du programme sur l'homme et la biosphère de l'UNESCO[16]. Outre ces sites, on peut signaler d'autres curiosités, comme la Deliblatska peščara, en Voïvodine, qui constitue la plus vaste zone sablonneuse d'Europe[17], ou encore le monument naturel de Đavolja varoš (la « ville du Diable »), près de la ville de Kuršumlija[18].

Stations thermales[modifier | modifier le code]

La Serbie possède aussi quelques villes thermales fréquentées, comme Vrnjačka Banja, Sokobanja et Niška Banja.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (sr) « Turistički promet u Republici Srbiji u periodu januar-novembar 2007. godine », sur http://www.serbia-tourism.org, Site de l'Organisation serbe pour le tourisme,‎ 2007 (consulté le 29 mars 2008)
  2. (sr)(en) « FEST », sur http://www.fest.org.yu, Site officiel du Festival international du film de Belgrade,‎ 2008 (consulté le 20 mars 2008)
  3. (sr)(en) « Site du [[Festival international de théâtre de Belgrade]] » (consulté le 20 mars 2008)
  4. (sr)(en) « Présentation », sur http://www.belef.org, Site du Festival d'été de Belgrade,‎ 2007 (consulté le 20 mars 2008)
  5. (sr)(en) « 39. Bemus », Site officiel du Festival international de musique de Belgrade (consulté le 20 mars 2008)
  6. (en) Ann Prentice, « Why I love battered Belgrade », sur http://guardian.co.uk, The Guardian,‎ 10 août 2003 (consulté le 20 mars 2008)
  7. (en) Seth Sherwood, « Belgrade Rocks », sur http://www.nytimes.com, The New York Times,‎ 16 octobre 2005 (consulté le 20 mars 2008)
  8. (en) Barbara Gruber, « Serbia: Belgrade's Nightlife Floats on the Danube », sur http://www.dw-world.de, Deutsche Welle,‎ 22 août 2006 (consulté le 20 mars 2008)
  9. (sr) « EXIT », Site officiel du festival EXIT (consulté le 10 janvier 2008)
  10. (sr)(en) « Site du Festival de Trompette de [[Guča]] » (consulté le 20 mars 2008)
  11. (fr) « Gamzigrad-Romuliana, palais de Galère », sur http://whc.unesco.org, Site officiel de l'UNESCO,‎ 2007 (consulté le 20 mars 2008)
  12. (fr) « Vieux Ras avec Sopoćani », sur http://whc.unesco.org, Site officiel de l'UNESCO (consulté le 20 mars 2008)
  13. (fr) « Monastère de Studenica », sur http://whc.unesco.org, Site officiel de l'UNESCO (consulté le 20 mars 2008)
  14. a et b (fr) « Monuments médiévaux au Kosovo », sur http://whc.unesco.org, Site officiel de l'UNESCO (consulté le 20 mars 2008)
  15. (en)[PDF] « The List of Wetlands of International Importance », sur http://www.ramsar.org, Site de la Convention de Ramsar sur les zones humides (faire défiler la page),‎ 6 mars 2008 (consulté le 7 mars 2008)
  16. (en) « UNESCO declares Mount Golija Yugoslavia's first biosphere reserve », sur http://www.serbia.gov.rs, Site officiel du Gouvernement de la Serbie,‎ 17 septembre 2001 (consulté le 20 mars 2008)
  17. (en) « The Deliblato Sands Special Natural Reserve », sur http://whc.unesco.org, Site de l'UNESCO (consulté le 20 mars 2008)
  18. (en) « Davolja Varos, Rock Formation », sur http://www.new7wonders.com, New 7 Wonders (consulté le 20 mars 2008)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :