Tourisme en Italie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le tourisme en Italie est une activité importante de l'économie du pays. Il représente un haut revenu pour l'économie italienne ce qui lui permet de développer certains secteurs de l'économie comme les transports, les infrastructures, le commerce, les services et l'artisanat.

L'Italie est le troisième pays touristique d'Europe derrière la France et l'Espagne et le cinquième mondial derrière la France, les États-Unis, l'Espagne et le Royaume-Uni. En 2008, plus de 42 millions de touristes s'y sont rendus.

Le pays attire par ses paysages variés, sa culture, son histoire, son climat et son patrimoine.

L'Italie au cœur de la Méditerranée vue du satellite
L'Italie au cœur de la Méditerranée

Typologie[modifier | modifier le code]

Attachée à l'Afrique par la mer et soudée à l'Europe par la Plaine du Pô et les Alpes, l'Italie a une situation géographique favorable au tourisme. L’Italie plaît par ses paysages variés. Elle attire un tourisme balnéaire grâce à sa localisation en plein cœur de la Méditerranée. Elle est entourée de 4 mers : la mer Adriatique, la mer Tyrrhénienne, la mer Ionienne et la mer Méditerranée. L'Italie connait des étés très chaud et secs et des hivers froids et humides, et plutôt doux dans le Sud. La Sicile et la Sardaigne séduisent les touristes grâce à leur climat méditerranéen et leurs paysages attractifs. Les localités balnéaires en Ligurie, Toscane, Campanie, Calabre et Basilicate connaissent un fort développement touristique. Mais en conséquence, cela engendre une forte régression dans l'agriculture[1].

L'Italie est composée de deux chaînes de montagnes : les Alpes et les Apennins qui rendent difficile la construction d’axes de communication. Il a donc fallu beaucoup de temps pour mettre en place des infrastructures, comme des autoroutes, des lignes ferroviaires ou des tunnels tels que les tunnels du Fréjus et le tunnel du Mont-Blanc qui permettent de relier la France à l’Italie et le tunnel du Grand-Saint-Bernard à la Suisse, pour faciliter la venue de touristes. Mais aujourd’hui encore, la communication dans les Apennins reste difficile.

Situation économique[modifier | modifier le code]

Le tourisme a une part très importante dans l'économie italienne.

Quelques chiffres[modifier | modifier le code]

L’Italie est située au 3e rang européen et au 5e rang mondial des pays les plus visités en 2009[2]. En 1932, les visiteurs étrangers sont de 2 millions, et en 2008, ils sont plus de 42 millions[3].

Le tourisme a produit un chiffre d’affaires de 155,5 milliards d’euros, soit 9,7 % du PIB en 2008. 1 006 000 emplois sont consacrés au tourisme (soit 4,4 % des salariés italiens) et représente 4 % du PIB national[4].

L'Italie possède trois places dans le classement des sites touristiques les plus visités au monde: la Cité du Vatican occupe la 37e place, avec environ 4,2 millions de visiteurs par an, le Colisée de Rome est 39e avec 4 millions de visiteurs par an et les ruines de Pompéi occupent la 48e place avec 2,5 millions de visiteurs[5].

Historique[modifier | modifier le code]

En 1934, l’Italie occupait le 3e rang mondial (après la France et le Canada) des pays les plus touristiques selon les “Statistiques de la Société des Nations”. En 1937, on utilise pour la première fois les termes de “tourisme” et de “touriste” en Italie, qui signifient “voyager plus de 24 heures”. Le Ministère du Tourisme et du Spectacle a été fondé en 1959. Et l’Organisation Mondiale du Tourisme a été créée en 1976. Le ministère du tourisme a été abrogé en 1993[6] et une loi a été votée, donnant le pouvoir de gestion du tourisme aux régions et non plus à l’État. Le premier ministre du tourisme a été nommé en 2009 : Michela Vittoria Brambilla.

Principaux points d'intérêt[modifier | modifier le code]

Tourisme balnéaire[modifier | modifier le code]

Côte Amalfitaine - Italie

Par ses 7 600 km de côtes le long de ses deux façades littorales et son climat plutôt chaud et ensoleillé l’été et doux l’hiver dans le Sud, l’Italie séduit de nombreux touristes chaque été avec notamment la côte de Tropea, les plages entre Pise et Tirrenia, entre Livourne et Piombino en Toscane avec des stations bien équipées comme Cecina, Donoratico et San Vicenzo, la côte de la Via Aurelia, Orbetello non loin de petites îles, elle attire aussi avec des îles comme Capri, Ischia et Procida pas loin de Naples, des plages romagnes du côté de la mer Adriatique, les plages de Rimini et de Cattolica, les alentours d'Ancône. La Sicile en revanche a peu de plages intéressantes, on peut tout de même se rendre à la station balnéaire de Taormine[1].

Capri Centre Belvedere

Tourisme culturel et artistique[modifier | modifier le code]

Grâce à son histoire datant de nombreux siècles avant Jésus-Christ, l'Italie a un patrimoine culturel et artistique très riche. Elle possède à elle seule un grand nombre de trésors artistiques. Les touristes peuvent contempler un grand nombre de richesses datant de toutes ères: des théâtres aux édifices romains, en passant par des villes entières qui sont restées telles quelles durant des milliers d'années, des statues, des cathédrales, des églises... Le Colisée, les ruines de la ville de Pompéi ou encore la place Saint Marc de Venise sont des lieux qui attirent chaque année de nombreux visiteurs. Toutes ces ressources peuvent être admirées dans plus de 3000 musées dispersés dans tout le pays.

Colisée - Rome

L'Italie possède aussi des œuvres créées par des figures italiennes qui sont et resteront toujours admirées par des touristes venus des cinq continents. Léonard de Vinci est sûrement le peintre italien le plus célèbre du monde entier. Un musée entier lui est consacré à Milan: le Musée des sciences et des techniques Léonard de Vinci où sont exposées ses œuvres les plus connues comme l'Homme de Vitruve ou encore la Vis aérienne. Autre peintre célèbre pour sa fresque Le jugement dernier et celle de la création d'Adam dans la Chapelle Sixtine au Vatican est Michel Ange. Ses œuvres impressionnantes sont admirées par les millions de touristes qui viennent visiter chaque année le petit État.

Le patrimoine artistique de l'Italie s'est développé grâce à l'art de la Renaissance, né dans le pays au XVe siècle. Cette période fût remplie de créations artistiques de tout genre: peintures, statues, églises, palais et fontaines. On peut contempler ce riche patrimoine dans de nombreuses villes d'art comme Rome, Florence, Venise, Milan et Naples[7].

Tourisme gastronomique[modifier | modifier le code]

Selon les Italiens, la gastronomie représente 63 % du Made in Italy. L'Italie connaît un tourisme gastronomique qui se développe de plus en plus sous le nom de tourisme oeno-gastronomique. Ce tourisme représente un chiffre d'affaires de 5 milliards d'Euro pour l'Italie[8].

Les plats y sont riches et diversifiés. Les plats incontournables du pays sont les pizza, les pâtes, le risotto et les raviolis. On peut aussi y déguster des glaces italiennes ou du café. La cuisine italienne est réputée comme saine et équilibrée[9]. L'Italie est aussi renommée pour sa production d'huile d'olive, de fromages, de vins et de fruits qui font partie des 4300 produits traditionnels régionaux.

Il y a une tendance dans le Nord qui se développe : Le Slow Food. L'association qui a son siège au sud de Turin fait venir de nombreux touristes.

Tourisme religieux[modifier | modifier le code]

La religion a une place importante en Italie: elle est l'une des valeurs les plus respectées du pays[10].

Rome compte plusieurs centaines d’églises qui font l’objet du pèlerinage de Rome chaque année, qui fait partie des trois principaux pèlerinages chrétiens. Pour arriver dans la ville, les pèlerins empruntent la via Francigena qui inclut la visite des 4 basiliques principales de Rome: la Basilique Saint-Pierre, la Basilique Saint-Paul-hors-les-Murs, l’archibasilique Saint-Jean-de-Latran et la Basilique Sainte-Marie-Majeure. Le pèlerinage compte aussi la réception de la bénédiction apostolique par le Pape.

Le palais du Vatican est considéré comme l'édifice le plus religieux du monde [11]. Tous les ans le Vatican attire des millions de touristes venus visiter la résidence du Pape. La ville regroupe un ensemble d’art: de la basilique aux palais en passant par les jardins et la place.

Assise

Assise est la 2e ville de pèlerinage d’Italie après Rome. Près de 600 000 touristes viennent chaque année visiter le lieu de recueil. La basilique Saint-François y est le lieu catholique majeur, avec ses deux églises supérieure et inférieure[12],[1].

Tourisme d'affaires[modifier | modifier le code]

Le tourisme d’affaires progresse de plus en plus en Italie. Il a produit 23 milliards d’euros alors que la demande internationale recule énormément. Il se développe surtout dans les villes ayant de grandes infrastructures hôtelières comme le triangle industriel formé de Milan, Turin et Gênes. Ce tourisme fonctionne mieux dans le nord, là où l’essentiel de l’économie du pays se concentre[1].

Évènements importants[modifier | modifier le code]

Le tourisme de l'Italie est accéléré par des évènements qu'elle organise chaque année. Le traditionnel carnaval de Venise qui a lieu depuis le XVIIIe siècle attire tous les ans des millions de touristes venus du monde entier. En Toscane, des portes ouvertes ont lieu fin mai chez les producteurs de vin qui font déguster leur vin aux touristes venus pour l'occasion. Un des évènements les plus populaires d'Italie est le Palio de Sienne, qui sont des courses de chevaux. Il est organisé 2 fois par an et de nombreux spectateurs venus des quatre coins du monde y assistent chaque année. Enfin, les Journées Européennes du Patrimoine donnent l'opportunité aux touristes de découvrir l'Italie en visitant les plus beaux monuments du pays gratuitement le temps d'un week-end[9].

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Difficultés[modifier | modifier le code]

L’Italie connaît cependant des difficultés, car depuis 2002 le nombre de touristes diminue. Les causes principales sont la perte de compétitivité à cause des prix élevés des hôtels. Mais la concurrence de ses pays voisins comme la Croatie, la crise économique ainsi que l’image parfois négative du pays sont aussi des motifs qui peuvent expliquer cette perte d’attractivité[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e http://geotourweb.com/ITAL%200211.pdf
  2. http://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_destinations_touristiques_mondiales
  3. http://www.larousse.fr/encyclopedie/divers/Italie/185420
  4. http://www.francemondexpress.fr/italie-le-tourisme,530.html
  5. http://www.americas-fr.com/tourisme/informations/les-sites-les-plus-visites-au-monde-1418.html
  6. http://www.ontit.it/opencms/export/sites/default/ont/it/documenti/files/ONT_2011-07-14_02626.pdf
  7. http://www.guide-de-voyage.com/italie/arts_culture_italie.php
  8. http://turismangiando.blogspot.fr/2009/11/le-tourisme-oeno-gastronomique-en.html
  9. a et b http://www.cityzeum.com/tourisme/italie
  10. http://www.aquadesign.be/actu/article-6588.php
  11. http://www.linternaute.com/voyage/italie/rome/monument/le-vatican/
  12. http://geotourweb.com/nouvelle_page_133.htm

Liens externes[modifier | modifier le code]