Tourisme en Côte d'Ivoire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
L'hôtel Ivoire, une institution dans le milieu du tourisme ivoirien.

L'important développement économique de la Côte d'Ivoire jusqu'au milieu des années 1980 en a fait une destination d'affaire plus que touristique. La forte communauté d'expatriés qui y vivait en permanence et la hausse générale du niveau de vie ont permis le développement des infrastructures de grande qualité, orientées vers la clientèle haut de gamme et le tourisme d'affaires. Le secteur touristique a cependant lourdement souffert des multiples crises qu'a traversé le pays et de la forte criminalité sur l'ensemble du territoire.

Le groupe Accor est présent depuis 1979, avec les hôtels Pullman, Novotel et Ibis à Abidjan (727 chambres et plus de 400 salariés au total)[1]. Le groupe représente 50 % de l'activité et des résultats d'Accor en Afrique[2]. Récemment, le groupe a obtenu la charge de l'emblématique hôtel Ivoire.

Politique et économie du tourisme[modifier | modifier le code]

Politique[modifier | modifier le code]

En avril 2007,Sidiki Konaté issue des anciennes Forces nouvelles, est nommé Ministre du tourisme et de l'artisanat dans le Gouvernement Soro I. Pour la première fois, l'état vient de confier la mission de promouvoir l'image de la Côte d'Ivoire au tourisme. Une des priorités du mandat de Laurent Gbagbo et de Guillaume Soro était d'améliorer d'image de la Côte d'Ivoire et de supprimer les idées reçues négatives créés par la crise politico-militaire[3]. La récente guerre civile de 2010-2011 a renforcé l'image considérablement négative d'un pays en désordre. Alassane Ouattara fait, à son tour, la réhabilitation de l'image de la Côte d'Ivoire auprès des touristes et des hommes d'affaires une priorité. De nombreux chantiers hôteliers et d'infrastructures sont repris et d'autres achevés, sans pour autant parvenir à établir une bonne sécurité dans l'ensemble du pays (en 2012).

Économie[modifier | modifier le code]

l'industrie touristique, en Côte d'Ivoire peine à se faire une place. En effet, dans un système économique dualiste, et inégalement exploité, le secteur du tourisme a du mal à fleurir de nos jours, soit à cause de la perception du tourisme par la population, soit à cause de manque de moyen financier permettent de développer ce secteur. Ainsi, l’État se trouve dans l'obligation de mettre en œuvre les politiques qu'il juge nécessaire pour une mise à contribution de ce secteur dans l'économie ivoirienne.

Tourisme balnéaire[modifier | modifier le code]

La Côte d'Ivoire compte 520 km de côtes bordant l'Océan Atlantique : plages de sable fin, cocotiers, criques, falaises, lagunes permettant la baignade, surf, pêche sportive, sports nautiques, voile. Les villes de Grand-Bassam, Assinie ou Sassandra sont les principales destinations touristiques balnéaires.En outre, les villes telles que San pédro avec la somptueuse plage de Monogaga et Grand-Béréby qui doit sa popularité à la sublime baie nommée "La baie des sirènes".

Écotourisme[modifier | modifier le code]

Le pays compte de nombreux parcs nationaux et près de 300 réserves naturelles qui offrent une large variété de faune et de paysages du Nord au Sud. Depuis 1996, le gouvernement ivoirien encadre un projet de protection des zones sauvages en Côte d'Ivoire. En plus de ceux-ci, il convient d'ajouter les sites et curiosités qu'offrent les villages ivoiriens. Cependant leur caractère sacré rend leur développement et leur mise à disposition du grand public très délicat.

Tourisme traditionnel et religieux[modifier | modifier le code]

Un tourisme traditionnel qui peut facilement se compléter avec un tourisme culturel : la population ivoirienne est une mosaïque de plus de soixante ethnies représentant autant de croyances, langues, traditions et artisanats. À Yamoussoukro se trouve la Basilique Notre-Dame de la Paix, dont le dôme est plus grand que celui de la Basilique Saint Pierre de Rome. Le nord du pays, à majorité musulmane, compte aussi de nombreuses mosquées séculaires.

Tourisme d'affaire[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.accor.com/fr/groupe/accor-dans-le-monde.html#/area:AF/country:CIV/
  2. Selon M. Daniel Lin, Directeur Général d'Accor en Côte d'Ivoire
  3. Selon les explications du Ministre du tourisme et de l'artisanat, Sidiki Konaté