Tourbillon (horlogerie)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Tourbillon
Mécanisme de tourbillon

En horlogerie, un tourbillon, également appelé « cage tournante », est une complication horlogère, ajoutée au mécanisme d'échappement, destinée à améliorer la précision des montres mécaniques en contrebalançant les perturbations de l'isochronisme du balancier dues à la gravité terrestre. Ce mécanisme fut inventé par l'horloger français Abraham-Louis Breguet en 1801.

Ce dispositif est très complexe à réaliser, c'est pourquoi il n'équipe que très peu de montres mécaniques.

Historique[modifier | modifier le code]

Animation de tourbillon
Animation présentant les différentes positions du tourbillon et l'effet retardant ou accélérant le la gravité

Abraham-Louis Breguet (1747-1823), horloger pour la royauté française, côtoie physiciens et scientifiques du Tout Paris où il est installé, et c'est au travers de ses rencontres que naissent les ébauches de ses futures inventions. Ayant, comme tout horloger, la recherche du « mouvement perpétuel parfait » pour quête, il croise travaux et théories physiques pour les adapter à la science de la mécanique horlogère. Il cherche notamment une solution à un problème connu de longue date: le fait que la gravité terrestre affecte la régularité des mouvements d’horlogerie[1].

Le 26 juin 1801 (le 7 Messidor An 9 du calendrier républicain) Abraham-Louis Breguet obtient un brevet auprès du ministère de l’intérieur français expliquant le principe du mouvement tournant, cette invention n'est dévoilé au public qu’en 1806. La mise au point du mécanisme se révèle si complexe qu'il meure avant de le voir fonctionner correctement[2].

Depuis 1801 le mécanisme a été amélioré par de nombreuses maisons d'horlogerie, certaines montres de très haute horlogerie utilisent des tourbillons sur plusieurs axes, ou plusieurs tourbillons dont la moyenne est utilisée pour donner l'heure.

Fonctionnement[modifier | modifier le code]

Le postulat de son invention s'appuie sur le fait que la marche d'une montre diffère selon la position verticale dans laquelle elle est observée. L'effet générateur provient principalement du déséquilibre du balancier et de celui du spiral. Pour compenser ces différences et obtenir le mouvement parfait, il serait nécessaire que le centre de gravité du système balancier-spiral soit au centre de rotation et s'y maintienne pendant les oscillations. La finalité de ce mécanisme n'est pas de supprimer ces différences, mais de les atténuer au point de les compenser entièrement.

Pour y parvenir, Abraham-Louis Breguet conçut un mécanisme capable de faire prendre à l'ensemble échappement-balancier toutes les positions possibles. Pour ce faire, il imposa à cet ensemble une rotation qu'il définit à un tour par minute, grâce à quoi il obtient un brassage des positions verticales, ce qui en définitif se solde par une marche moyenne dite d'équilibre[3].

L’efficacité du tourbillon pour améliorer la précision des montres bracelet est contestée par certains experts. Les mouvements désordonnés du porteur de la montre créant un effet de moyenne identique au tourbillon, de plus le tourbillon n'est réellement efficace qu'en position verticale [2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]