Tour de l'Yser

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

51° 01′ 54″ N 2° 51′ 12″ E / 51.03167, 2.85333

Tour de l'Yser
néerlandais : IJzertoren
IJzertoren.jpg

La Tour de l'Yser et la porte de la Paix

Présentation
Site web
Géographie
Pays
Région
Province
Commune
Localisation
Coordonnées
Localisation sur la carte de Belgique
voir sur la carte de Belgique
Red pog.svg

La Tour de l’Yser (en néerlandais : IJzertoren) est un monument de la paix situé en Belgique, à Dixmude (Province de Flandre-Occidentale), sur la commune fusionnée de Kaaskerke, près de l’Yser. Elle fut inaugurée le .

Historique[modifier | modifier le code]

La Tour de l’Yser fut construite de 1928 à 1930 et a été inaugurée solennellement le 24 août 1930. Elle a été érigée en hommage aux soldats flamands tombés pendant la Première Guerre mondiale.

Durant la Seconde Guerre mondiale, la Tour de l’Yser est devenue le symbole de la collaboration[1].

La tour d’origine fut la cible d’un attentat à la dynamite qui la détruisit totalement dans la nuit du 15 au . Elle fut reconstruite de 1956 à 1965, plus haute (84 mètres) à quelques mètres de la première[2]. Les restes de l’ancienne tour furent utilisés pour construire en 1950 la Porte de la Paix (Paxpoort ou Poort van Vrede) devant la tour, sur la prairie du pèlerinage de l’Yser.

En 1997, l’ensemble a été restauré, ainsi que la crypte dans laquelle reposent des soldats morts au combat. Le lieu est considéré comme un symbole de l’oppression flamande. Les responsables de l’attentat n’ont jamais été arrêtés.

En 1986, la Tour de l’Yser a été reconnue « Mémorial de l’émancipation flamande » par la Région flamande.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Avec ses 84 mètres et ses 22 étages, la Tour de l’Yser est le plus grand monument de la paix en Europe. Les lettres croisées AVV VVK, présentes sur l’une des faces de la tour, signifient Alles Voor Vlaanderen, Vlaanderen Voor Kristus, en français « Tous pour la Flandre, la Flandre pour le Christ ». On trouve également l’inscription « Plus jamais de guerre » dans les quatre langues des parties belligérantes sur le front ouest pendant la Première Guerre mondiale (néerlandais, français, anglais, allemand).

La Tour de l’Yser est d’abord un lieu de commémoration des victimes flamandes de la guerre, mais c’est également devenu un haut-lieu du mouvement nationaliste flamand, né sur l’Yser. Le pèlerinage de l’Yser, qui a lieu chaque année au pied de la tour, est une manifestation politique contre la guerre et pour l’autonomie de la Flandre.

Dans la tour se trouve un musée de la guerre, de la paix et de l’émancipation flamande, qui fait partie depuis 1998 du Réseau international des Musées pour la Paix (en) des Nations unies.

Cinéma[modifier | modifier le code]

  • Witte vlam (1930), consacré au pèlerinage à la Tour de l'Yser, clôture la période expérimentale de Charles Dekeukeleire.

Lien internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]