Tour de l'Horloge de Montréal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Tour de l'Horloge (homonymie).
Tour de l'Horloge
Montreal Clock Tower and Jacques Cartier Bridge01.JPG

La tour de l’Horloge, avec le pont Jacques-Cartier en arrière-plan

Présentation
Construction
1919-1922
Statut patrimonial
Géographie
Pays
Province
Ville
Localisation
Coordonnées
Localisation sur la carte du Québec
voir sur la carte du Québec
Red pog.svg
Localisation sur la carte du Canada
voir sur la carte du Canada
Red pog.svg
Localisation sur la carte de la région métropolitaine de Montréal
voir sur la carte de la région métropolitaine de Montréal
Red pog.svg

La tour de l’Horloge est une tour horloge située sur le Quai de l’horloge au Vieux-Port de Montréal (Québec). On l’appelait aussi Sailors’ Memorial Tower. Elle a été classée édifice fédéral du patrimoine en 1996[1].

Historique[modifier | modifier le code]

La tour de l’Horloge est construite en 1921-1922. Dans le cadre de travaux d’agrandissement des installations portuaires, la Commission du havre de Montréal (aujourd'hui le Port de Montréal) décide de construire le long de la jetée Victoria (que l'on appelle aujourd'hui «Quai de l'horloge») un convoyeur à grains et des hangars. On décide également d’ériger une tour afin de commémorer les marins de la marine marchande morts durant la Première Guerre mondiale. La tour est coiffée d’une spectaculaire horloge et d’une lampe guidant les navires.

L'horloge elle-même a été construite à Croydon, Angleterre par la firme Gillett & Johnston, et son mécanisme est simililaire à celui que l'on retrouve à l'horloge du Big Ben à Londres[2].

Vers la fin des années 1970, les hangars, le convoyeur ainsi que le mur séparant les deux tours sont démolis. En 1984, trois années après la prise en charge de ce secteur portuaire par la Société du Vieux-Port de Montréal, la tour de l’Horloge est restaurée afin de la rendre accessible à tous les visiteurs. On y aménage alors un centre d’interprétation historique le long de son escalier de 192 marches et un observatoire en lieu et place de l’ancienne lampe de phare[3].

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]