Tour de Navarre et d'Orval

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Tour de Navarre et d'Orval

La tour de Navarre et d'Orval est une double tour qui fait partie des défenses de la ville de Langres. Elle a été construite entre 1512 et 1519. Sa toiture date de 1825.

Origine du nom[modifier | modifier le code]

La première tour, dite de Navarre est situé sur le champ dit de Navarre, un terrain ayant appartenu aux comtes de Champagne, également rois de Navarre.

Le nom de la tour d' Orval vient du fait que la tour fut construite à l'époque où Jean D'Albret, sire d'Orval, était gouverneur de Langres.[1]

Description et histoire[modifier | modifier le code]

Souvent comparée à la tour Magne, elle demeure la tour d'artillerie la plus monumentale. Son diamètre de 28 mètres, sa hauteur de 20 mètres et sa vingtaine d'embrasures de tirs réparties sur quatre niveaux en font un ouvrage hors du commun. Ses murs, qui atteignent 7 mètres d'épaisseur, protègent deux salles puissamment voutées et casematées. L'artillerie de sa terrasse devait protéger le plateau.

Quasiment achevée en 1515 après quatre années de travaux, elle fut rehaussée de 2,5 mètres afin d'accroître la portée des canons installés sur sa terrasse. Cette transformation en cours de construction entraina la pose d'un second niveau de gargouilles et la réalisation d'une seconde tour : la tour d'Orval. Protégeant une rampe d'artillerie en spirale, celle-ci peut acheminer les canons au sommet de la tour de Navarre à l'abri des tirs ennemis. En 1825, le Génie militaire transforma cette tour en magasin à poudre. Une charpente conique fut alors construite afin de protéger les salles inférieures des infiltrations.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Mémoires de la Société historique et archéologique de Langres, tome II, Langres, 1862, p. 240 ; Mémoires de la Société historique, littéraire et scientifique du Cher, 4e série, 16e volume, Bourges, Renaud, Paris, Emile Lechevalier, 1901, p. 54-55. Le titre du Seigneur d'Orval, lui venait de son arrière-grand-père, Charles Ier d'Albret, qui avait acquis ce titre par son mariage, le 27 janvier 1400 avec Marie de Champagne, princesse de Bois-Belle et comtesse de Guines et dame de Sully, dame d'Argent, de Clemont, de Villezon, de Boisbelle, Orval, d'Espineuil, de Montrond, de Dun-Le-Roi, de Château-Meillant, de Craon, de Saint-Gondom, dame de Corberia, de Chalucet, de Sainte-Hermine, de Prahec, de Lussac, de Champagne, de Blois, de Chisay, veuve de Guy VI de La Trémoille dit Le Vaillant.

Sur les autres projets Wikimedia :