Château de Langin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Tour de Langin)
Aller à : navigation, rechercher
Tour de Langin
Image illustrative de l'article Château de Langin
Dessin, d'après une vieille carte postale, avant sa restauration
Période ou style Médiéval
Type Château fort
Début construction XIIIe siècle
Propriétaire initial Famille de Langin
Coordonnées 46° 15′ 12.7″ N 6° 20′ 36.8″ E / 46.253528, 6.343556 ()46° 15′ 12.7″ Nord 6° 20′ 36.8″ Est / 46.253528, 6.343556 ()  [1]
Pays Drapeau de la France France
Anciennes provinces du Duché de Savoie Chablais
Région Rhône-Alpes
Département Haute-Savoie
Commune Bons-en-Chablais

Géolocalisation sur la carte : Haute-Savoie

(Voir situation sur carte : Haute-Savoie)
Tour de Langin

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Tour de Langin

La tour de Langin, restaurée, est le dernier vestige d'un ancien château fort, du XIIIe siècle, qui se dresse sur la commune de Bons-en-Chablais dans le département de la Haute-Savoie en région Rhône-Alpes.

Situation[modifier | modifier le code]

La tour de Langin est située dans le département français de la Haute-Savoie sur la commune de Bons-en-Chablais, à 786 mètres d'altitude, sur un éperon rocheux contre-fort nord-ouest de la montagne des Voirons, à l'extrémité d'une crête isolée par deux fossés. Elle est le dernier vestige d'un puissant château qui contrôlait l'accès au Chablais par la dépression qui s'étend entre les Voirons et le Mont de Boisy.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le château qui dépendait de la châtellenie de Ballaison est mentionné en 1225[2]. À cette époque il est la possession des nobles de Langin, famille citée depuis 1113[2], vassal des comte de Genève. Dans une charte du 14 juin 1294, « Rodolphe de Langin et Jean, son frère, reconnaissent tenir eu fief, et à raison du château de Langin, d'Amédée, comte de Genevois, la maison, les terres, les hommes, les censés et tout ce qu'ils possèdent ou perçoivent à Veigy, au pied du coteau de Boisy, à une lieue au sud-est de Douvaine ». Est témoin Guillaume Mallessena, dit Martin, abbé de Filly. L'acte est reçu par Nicolas d'Allinge-neuf, notaire[3]. Sa position, à la limite des possessions des sires de Faucigny et des comtes de Genève, fera l'objet de contestations répétées en 1179, 1250 et 1282.

En 1509, le château passe à la famille d'Allinges, par le mariage de Marie de Langin avec Jean d'Allinges ; cette famille le conservera jusqu'en 1840.

Il est détruit en 1591, sur ordre du Conseil du Genevois, lors des conflits entre Genève et la Savoie, et seul a subsisté le donjon.

Description[modifier | modifier le code]

Le château occupe une large plate-forme ovale isolé par un double fossé d'une vingtaine de mètres de largeur.

Le château de Langin se présentait sous la forme d'une enceinte polygonale longue de 42 mètres enchemisant un donjon restauré de forme circulaire de 6,90 mètres de diamètre daté du milieu du XIIIe siècle[2], vouté à son sommet. Il est un des premiers exemples caractéristique des tours rondes de Savoie. Les murs de l'enceinte daté de la fin du XIe siècle sont conservés sur plus de 40 mètres de long et présente un appareil en arête-de-poisson[Note 1] qu'encadrent des assises en plaques de grès et d'importants fossés étagés sur quatre niveaux qui remonteraient à l'époque préhistorique.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. On retrouve cet appareil sur l'enceinte du château de Pressy.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Coordonnées trouvées sur Géoportail.
  2. a, b et c Charles-Laurent Salch, Dictionnaire des châteaux et des fortifications du Moyen Âge en France,‎ 1987, 1304 p. (ISBN 2865350703), p. 708.
  3. A. D. MCCXC1V, indictione octava, die lune post octabas penthecostes, apud Pilier justa po rtam abbacie. - M. D. G. t. XIV, p. 238, n° 2-i5 ».

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • [Christian Regat - François Aubert 1999] Christian Regat et François Aubert, Châteaux de Haute-Savoie : Chablais, Faucigny, Genevois, Éditions Cabédita,‎ 1999, 193 p. (ISBN 978-2-8829-5117-5), p. 38-39.
  • [Georges Chapier 2005] Georges Chapier, Châteaux Savoyards : Faucigny, Chablais, Tarentaise, Maurienne, Savoie propre, Genevois, Éditions La Découvrance, coll. « L'amateur Averti »,‎ 2005, 410 p. (ISBN 978-2-8426-5326-2), p. 55.
  • [Michel Germain - Jean-Louis Hebrard - Gilbert Jond 1996] Michel Germain, Jean-Louis Hebrard et Gilbert Jond, Dictionnaire des communes de Haute-Savoie, Éditions Horvath,‎ 1996 (ISBN 978-2-71710-933-7).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

  • ...