Tour de Bel-Air

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bel Air.
Tour de Bel-Air
Vue d'ensemble de la tour
Vue d'ensemble de la tour
Géographie
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Ville Lausanne
Coordonnées 46° 31′ 19″ N 6° 37′ 44″ E / 46.52194, 6.6288946° 31′ 19″ Nord 6° 37′ 44″ Est / 46.52194, 6.62889  
Histoire
Architecte(s) Alphonse Laverrière
Construction 1931
Usage(s) Bureaux, commerces et salle de spectacle
Architecture
Hauteur du toit 68 m depuis la route de Genève, 54 m depuis la place de Bel-Air.
Hauteur du dernier étage 78 m
Nombre d'étages 19 depuis la route de Genève
Nombre d'ascenseurs 13
Géolocalisation

Géolocalisation sur la carte : Suisse

(Voir situation sur carte : Suisse)
Tour de Bel-Air

Géolocalisation sur la carte : canton de Vaud

(Voir situation sur carte : canton de Vaud)
Tour de Bel-Air

Géolocalisation sur la carte : Lausanne

(Voir situation sur carte : Lausanne)
Tour de Bel-Air

La tour de Bel-Air ou tour Bel-Air, est une tour de 16 étages située dans le centre de la ville vaudoise de Lausanne, en Suisse. Elle fait partie du complexe appelé Bel-Air Métropole.

Histoire[modifier | modifier le code]

La tour Bel-Air est construite par l'architecte Alphonse Laverrière en 1931, sur une idée de l'ingénieur Eugène Scotoni. Premier gratte-ciel de Suisse, elle est critiquée lors de sa construction à la fois par sa taille (les protestants craignant qu'elle ne dépasse la cathédrale) et d'autre part par son inspiration venant des immeubles de Wall Street, alors considéré comme le centre du krach économique qui s'est déroulé deux ans plus tôt[1]. Georges Rigassi, rédacteur en chef de la Gazette de Lausanne qui s'oppose vivement à ce bâtiment, la qualifie d'« offense à la raison et au bon goût » dans un éditorial du 4 novembre 1930[2].

Dès sa construction, la tour est prévue pour recevoir non seulement des bureaux et des logements, mais également des magasins, un restaurant et une salle de spectacle. Les technologies les plus modernes de l'époque sont utilisées : électricité, réfrigérateurs, douches et téléphone équipent par exemple les appartements[3].

La salle de spectacle est tout d'abord utilisée pour accueillir des concerts jusque dans les années 1950 où elle devient une salle de cinéma, appelée « le Métropole », qui persistera jusqu'en 1988, date de sa fermeture. En 1992, le Béjart Ballet Lausanne y donne plusieurs représentations ; d'autres manifestations y seront ensuite organisées, dont plusieurs concerts de l'Orchestre de chambre de Lausanne[4].

Inscrit comme bien culturel suisse d'importance nationale[5], la tour fait l'objet d'une rénovation majeure en 2011, visant à « rendre cet édifice plus en harmonie avec son environnement »[6].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Bruno Corthésy, La tour Bel-Air, Antipodes

Références[modifier | modifier le code]

  1. « La Tour Bel-Air, une vieille dame de 80 ans », sur salem.blog.24heures.ch (consulté le 20 août 2012)
  2. Thierry Meyer, « 1930: L’affaire de la tour Bel-Air », 24 Heures,‎ 30 août 2012 (lire en ligne)
  3. « Bel-Air Métropole », sur lausanne.ch (consulté le 20 août 2012)
  4. « Salle métropole », sur sallemetropole.ch (consulté le 20 août 2012)
  5. L'inventaire édité par la confédération suisse, canton de Vaud
  6. « La tour Bel-Air, un emblème fort de Lausanne bientôt restauré », sur lausanne.ch (consulté le 20 août 2012)

Sur les autres projets Wikimedia :