Tour d'Italie 1909

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Tour d'Italie 1909
{{#if:
Image illustrative de l'article Tour d'Italie 1909
Carte de la course
Généralités
Édition 1re
Date 1330 mai 1909
Étapes 8
Distance 2 448 km
Pays visité(s) Drapeau : Italie Italie
Lieu de départ Milan
Lieu d’arrivée Milan
Partants 127
Arrivants 49
Résultats
Vainqueur Drapeau : Italie Luigi Ganna
27,260 km/h de moyenne
Meilleure équipe Atala
Chronologie
Tour d'Italie 1910 Suivant

Le Tour d'Italie 1909 était la première édition de cette compétition. Il s'est tenu du 13 mai au 30 mai 1909, long de 2 448 km répartis en 8 étapes. Il a été remporté par l'Italien Luigi Ganna.

Sur les 115 partants, tous italiens à l'exception de cinq étrangers dont quatre français ; 49 rallièrent l'arrivée.

Origines[modifier | modifier le code]

L'idée d'organiser une course cycliste parcourant l'Italie est proposée pour la première fois par Tullo Morgagni, éditeur en chef de La Gazzetta dello Sport, lorsqu'il envoie le 5 août 1908 un télégramme au propriétaire du journal, Emilio Costamagna, et à son éditeur cycliste, Armando Cougnet, déclarant la nécessité d'avoir un tour italien[1],[2]. Le concept d'une telle course a pour origine le Tour de France, créé en 1903, et le succès obtenu par son organisateur, le journal L'Auto[3],[4]. Morgagni tient alors pour information de la part d'Angelo Gatti, fondateur de l'équipe cycliste Atala, que la publication rivale de La Gazzetta, le Corriere della Serra, a l'intention d'organiser sa propre course cycliste, suivant le succès qu'ils ont obtenu après avoir parraîné une course automobile[1],[2],[5]. Morgagni tente alors d'organiser sa course avant que le Corriere ne tienne la sienne, mais la Gazzetta manque de fonds[2]. Cependant, avec le succès gagné en créant le Tour de Lombardie et le Milan-San Remo, Costamagna décide d'aller avec l'idée[2],[3]. Sur la première page de son édition du 7 août 1908, la Gazetta annonce son intention d'organiser un tour, celui-ci devant avoir lieu au mois de mai suivant[2].

Étant donné que les organisateurs ne possèdent pas les fonds necéssaires, soit 25 000 lires[1], ils se tournent vers leur ami Primo Bongrani, un comptable de la banque Cassa di Risparmio. Celui-ci fait ensuite le tour du pays afin d'obtenir des dons pour tenir la course. Ses efforts sont récompensés : il rassemble l'argent couvrant les coûts d'opération et convainc également le Corriere de donner 3 000 lires de prix pour le vainqueur[2]. Le reste des prix viennent d'un casino de San Remo, après que Francesco Sghirla, un ancien employé de la Gazetta, les encourage à contribuer à la course[2].

Parcours et règles[modifier | modifier le code]

Photographie du Colle di Nava depuis le versant de la vallée du Tanaro
Le Colle di Nava est l'une des quelques ascensions majeures du premier Tour d'Italie.

Le Tour d'Italie 1909 comprend huit étapes. Par comparaison avec les courses modernes, ces étapes sont extraordinairement longues, avec une distance moyenne de plus de 300 km contre 165 lors du Tour d'Italie 2012. Entre chaque étape, les coureurs disposent de deux à trois jours de repos. La course est principalement plate avec trois des étapes comprennant des ascensions majeures. Au cours de la troisième étape, les concurrents passent par le col de Macerone ainsi que la montée à Rionero Sannitico et à Roccaraso. La sixième compte une ascension avec le Passo del Bracco, tandis que la septième est la dernière étape avec des montées majeures avec le Colle di Nava et le San Bartolomeo[2].

Afin de diminuer les risques de triche, les organisateurs mettent en place des points de contrôle où les coureurs doivent signer. De plus, ils sont photographier au début et à la fin de chaque étape, pour permettre aux juges de course de s'assurer qu'aucune tricherie n'a lieu. Contrairement au Tour de France, les coureurs peuvent recevoir de l'assistance pour réparer leur vélo. Cependant, ils ne peuvent le remplacer si celui-ci est trop endommagé durant le cours d'une étape[2].

Un système par points détermine le classement général de ce premier Giro. Les organisateurs préfèrent cette manière à un classement par temps écoulé suivant le scandale qui a marqué le Tour de France 1904. De plus, le choix d'un classement par points prévaut car il est moins cher de compter le placement de chaque coureur que de les chronométrer. Le classement est déterminé en ajoutant le placement de chaque concurrent lors des étapes, celui comptant le moins de points étant le leader de la course. Ainsi, si un coureur termine deuxième lors de la première étape puis troisième lors de la seconde, il totalise cinq points[2].

Participants[modifier | modifier le code]

Photographie en noir et blanc de Louis Trousselier posant sur un vélo
Vainqueur du Tour de France 1905, Louis Trousselier est l'un des cinq étrangers à prendre le départ du Tour.

Les organisateurs du Giro permettent aussi bien à des équipes cyclistes qu'à des coureurs indépendants de participer[2]. 166 individus s'engagent à prendre part à l'événement[6], parmi lesquels 20 étrangers : 15 Français, 2 Allemands, un Argentin, un Belge et un coureur de Trieste, alors en Autriche-Hongrie[2],[Note 1]. Cependant, seuls 127 se présentent sur la ligne de départ[5], tous italiens à l'exception de quatre français et du coureur de Trieste[2],[7]. 49 d'entre eux atteindront la ligne d'arrivée à Milan le 30 mai.

Les deux participants italiens les plus connus sont Giovanni Gerbi et Luigi Ganna. Gerbi est celui des deux qui possède le plus grand palmarès, ayant remporté le Tour de Lombardie, le Milan-Turin et plusieurs autres épreuves d'un jour. Ganna, quant à lui, vient de remporter le Milan-San Remo[2]. Le peloton compte également deux vainqueurs du Tour de France avec Louis Trousselier et Lucien Petit-Breton[2],[8],[9], et deux futures gagnant du Tour d'Italie, Carlo Galetti et Carlo Oriani[10].

Classement général[modifier | modifier le code]

Classement général final
  Coureur Pays Équipe Points
Premier Luigi Ganna ITA (1861-1946) Atala 25 points
2e Carlo Galetti ITA (1861-1946) Legnano 27 pts
3e Giovanni Rossignoli ITA (1861-1946) Legnano 40 pts
4e Clemente Canepari ITA (1861-1946) Legnano 59 pts
5e Carlo Oriani ITA (1861-1946) Stucchi 72 pts
6e Ernesto Azzini ITA (1861-1946) indépendant 77 pts
7e Dario Beni ITA (1861-1946) Bianchi 91 pts
8e Enrico Sala ITA (1861-1946) Bianchi 98 pts
9e Ottorino Celli ITA (1861-1946) Bianchi 117 pts
10e Giovanni Marchese ITA (1861-1946) Legnano 139 pts

Étapes[modifier | modifier le code]

Résultats étape par étape[2]
Étape Date Villes d'étape Type[Note 2] Distance (km) Vainqueur Leader du classement général
1re étape 13 mai MilanBologne Icône indiquant une étape de plaine 397 Drapeau : Italie Dario Beni Drapeau : Italie Dario Beni
2e étape 16 mai Bologne - Chieti Icône indiquant une étape de plaine 378,5 Drapeau : Italie Giovanni Cuniolo Drapeau : Italie Luigi Ganna
3e étape 18 mai Chieti - Naples Icône indiquant une étape de montagne 242,8 Drapeau : Italie Giovanni Rossignoli Drapeau : Italie Carlo Galetti
4e étape 20 mai Naples - Rome Icône indiquant une étape de plaine 228,1 Drapeau : Italie Luigi Ganna Drapeau : Italie Luigi Ganna
5e étape 23 mai Rome - Florence Icône indiquant une étape de plaine 346,5 Drapeau : Italie Luigi Ganna Drapeau : Italie Luigi Ganna
6e étape 25 mai Florence - Gênes Icône indiquant une étape de montagne 294,4 Drapeau : Italie Giovanni Rossignoli Drapeau : Italie Luigi Ganna
7e étape 27 mai Gênes - Turin Icône indiquant une étape de montagne 357 Drapeau : Italie Luigi Ganna Drapeau : Italie Luigi Ganna
8e étape 30 mai Turin - Milan Icône indiquant une étape de plaine 206 Drapeau : Italie Dario Beni Drapeau : Italie Luigi Ganna

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Trieste devient officiellement un territoire italien en 1920 avec le traité de Rapallo.
  2. En 1909, il n'y avait aucune distinction dans le réglement entre les étapes de plaine et celles de montagne. Les icônes ici présentes indiquent que les troisième, sixième et septième étapes comprennent des montagnes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Fotheringham 2003, p. 103-104
  2. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o et p (en) Bill et Carol McGann, « 1909 Giro d'Italia », sur bikeraceinfo.com (consulté le 23 mars 2013)
  3. a et b (en) Leslie Reissner, « The Giro d'Italia: Don't Go Home Yet! », sur www.pezcyclingnews.com (consulté le 22 mars 2013)
  4. « Tour d'Italie ou Giro d'Italia », sur www.larousse.fr (consulté le 22 mars 2013)
  5. a et b (en) « History », sur www.gazzetta.it (consulté le 22 mars 2013)
  6. (es) « La Vuelta de Italia », El Mundo Deportivo,‎ 20 mai 1909, p. 4 (lire en ligne)
  7. Foot 2011, p. 9-15
  8. (it) Eugenio Capodacqua, « La storia del Giro d'Italia (1909-1950) », sur www.repubblica.it (consulté le 23 mars 2013)
  9. Franz Reichel, « Le tour d'Italie », Le Figaro,‎ 14 mai 1909, p. 7 (lire en ligne)
  10. (it) « Albo d'Oro », sur www.gazzetta.it (consulté le 23 mars 2013)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) William Fotheringham, A Century of Cycling: The Classic Races and Legendary Champions, Londres, Mitchell Beazley,‎ 2003, 176 p. (ISBN 978-0-7603-1553-8)
  • (en) John Foot, Pedalare! Pedalare! A History of Italian Cycling, Londres, Bloomsbury,‎ 2011, 384 p. (ISBN 978-1-4088-1755-1)

Liens externes[modifier | modifier le code]