Tour Saint-Jacques

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Jacques et Tour Saint-Jacques (Bruxelles).
Tour Saint-Jacques
La Tour Saint-Jacques en mars 2011.
La Tour Saint-Jacques en mars 2011.
Présentation
Période ou style Gothique Flamboyant
Type Clocher-tour
Date de construction 15091523
Dimensions 54 m
Protection Logo monument historique Classé MH (1862)
 Patrimoine mondial (1998, au titre des chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle)
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Commune Paris
Localisation
Coordonnées 48° 51′ 29″ N 2° 20′ 56″ E / 48.858056, 2.348889 ()48° 51′ 29″ Nord 2° 20′ 56″ Est / 48.858056, 2.348889 ()  

La tour Saint-Jacques est une tour isolée, dressée au milieu du premier square parisien, qui porte son nom, dans le 4e arrondissement de Paris.

Descriptif[modifier | modifier le code]

Clocher de style gothique flamboyant, la tour Saint-Jacques constitue le seul vestige de l'église Saint-Jacques-de-la-Boucherie, dédiée à saint Jacques le Majeur.

Ce sanctuaire possédait une relique de saint Jacques et était un lieu de pèlerinage réputé. Si le Guide du pèlerin ne mentionne pas la ville, la Chronique de Turpin affirme que l’église a été fondée par Charlemagne, ce qui lui a valu son inscription au patrimoine mondial de l’UNESCO au titre des chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle en 1998 avec 70 autres bâtiments ou lieux en France. Cette Chronique qui forme un des Livres du Codex Calixtinus a été considérée comme authentique jusqu'à la fin du XVIIIe siècle . Mais la légende de la construction par Charlemagne est restée. Elle est le seul lien de cette tour avec Compostelle connu des études historiques. En revanche, un lien a été créé par l'Espagne en 1965 avec le don à la ville de Paris d'une plaque qui a fait de cette tour un point de départ historique des pèlerins de Compostelle.

Ce clocher-tour est construit entre 1509 et 1523 par Jean de Felin, Julien Ménart et Jean de Revier. Il mesure 54 mètres[1] jusqu’à la balustrade. En 1523, Rault, « tailleur d’images » reçut 20 livres « pour avoir fait trois bêtes (trois des quatre symboles des Évangélistes) et un saint Jacques sur la tour et clocher ». Cette statue colossale mesurait, dit-on, 10 mètres de haut. L'église est détruite en 1793, on dit que la tour ne fut pas démolie parce que Blaise Pascal y aurait renouvelé ses expériences sur la pesanteur du Puy-de-Dôme[2] mais d'autres sources indiquent l'église Saint-Jacques-du-Haut-Pas sur la montagne Sainte-Geneviève. Sa statue, installée à la base de la tour, le rappelle. Il est vrai que l’acheteur de l’église avait eu comme condition de ne pas démolir la tour.

La tour Saint-Jacques par Thomas Shotter Boys ; première moitié du XIXe siècle.
La tour Saint Jacques par Charles Soulier, vers 1867, MoMA.

En 1824, un industriel achète la tour pour y installer une fonderie de plombs de chasse, la transformant en tour à plomb. Les cinquante mètres du clocher sont suffisants pour que les gouttes de plomb refroidissent et forment des billes à l'arrivée[3]. En 1836, après deux incendies, la tour est rachetée par la Ville de Paris. En 1850, le Moniteur rapporte qu’on installe au sommet un « superbe phare qui sera illuminé par la lumière électrique qui doit éclairer tout le quartier »[4]. En 1852 les travaux engagés à l’occasion du percement de la rue de Rivoli font décider de la restauration du « délicieux beffroi de Nicolas Flamel ». Les travaux sont colossaux, ordonnés par l’architecte Baltard et dirigés par Théodore Vacquer et l’ingénieur Roussel. La tour est entièrement reprise depuis les fondations, les parties basses presque entièrement refaites, ainsi que plus de vingt statues. De 1854-1858 la restauration est confiée à l’architecte Théodore Ballu.

La statue de saint Jacques, abattue à la Révolution, est remplacée par une autre, due à Paul Chenillon, lequel a fait une maquette en plâtre, haute de 3,80 mètres. L’église Saint-Jacques d’Illiers-Combray, chère à Marcel Proust, en conserve la tête, réalisée en 1858 pour servir de modèle au sculpteur. Elle fut offerte par Napoléon III au conseil municipal qui en avait fait la demande[5].

Au pied de la tour, fut créé en 1856 le premier square de Paris (le square de la tour Saint-Jacques). Au pied de la tour, à la fin du XIXe siècle, a lieu l’embauchage en plein air des ouvriers, lieu de réunion de ceux-ci tout comme l'était la place de Grève (actuelle place de l'Hôtel de Ville) toute proche[6].

Au XIXe siècle, une chanson sentimentale et nostalgique d’Édouard Hachin dont l’intrigue se passe près de la tour Saint-Jacques, et intitulée La Tour Saint-Jacques connut un immense succès. Elle est à présent oubliée.

Depuis 1965, une plaque offerte par l'Espagne à la ville de Paris, « sur l’initiative de la Société des Amis de Saint Jacques », en fait un point de départ de pèlerins de Compostelle. René de La Coste Messelière a même écrit à son sujet qu'elle était « la première et la plus haute borne du chemin de Saint-Jacques », affirmation sans fondement historique. La plaque indique que des « millions de pèlerins » y ont pris le départ pour le pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle, chiffre symbolique qui souligne l'importance donnée à ce pèlerinage à partir du XIXe siècle. L'origine de cette présentation de millions de pèlerins vient de la mention de foules dans des textes médiévaux, en particulier le Codex Calixtinus. Ces foules ne correspondent pas à des dénombrements comme cela a été compris mais au fait que pour faire sa promotion, Compostelle s'est appliquée à elle-même les textes du Nouveau Testament parlant de la Jérusalem céleste.

Sur la plate-forme est installée une petite station météorologique depuis 1891. Elle dépend de l'Observatoire de Montsouris. Les symboles sculptés des quatre Évangélistes, le lion (Marc), le taureau (Luc), l'aigle (Jean) et l'ange (Matthieu), apparaissent dans les angles. Les statues actuelles datent du début du XXe siècle, à l'instar des gargouilles et des dix-huit statues de saints qui décorent les parois de la tour. Les sculptures datent de deux époques. Les unes sont de l'origine de la construction au XVIe siècle, d'autres ont été créées aux XIXe et XXe siècles.

Depuis la fin de travaux de restauration en 2013, lancés dix ans auparavant, les visites sont de nouveau possibles. Elles sont organisées par une association habilitée par la Ville de Paris et sont limitées à 17 personnes par heure, notamment en raison de l'étroitesse de l'escalier, 85 cm.

Protection[modifier | modifier le code]

La tour Saint-Jacques appartient à la Ville de Paris qui l'a acquise en 1836. La tour fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques par la liste de 1862[7].

Campagnes de restauration[modifier | modifier le code]

  • Aux XIXe et XXe siècles, la tour Saint-Jacques a fait l'objet de quatre campagnes de travaux de restauration en particulier par Théodore Ballu (entre 1854 et 1858), par Jean Camille Formigé (au début du XXe siècle).
  • En 2001, la tour a été entièrement échafaudée pour protéger le public.
  • De 1999 jusqu'en 2004, une étude complète de la tour a été réalisée.
    Après validation du projet de travaux par la Commission supérieure des monuments historiques, une nouvelle campagne de travaux a pu démarrer.
  • Ce chantier, commencé en mars 2006, (pour un coût de 8,3 millions d'euros TTC, financés à 50 % par l'État[8] et à 50 % par la ville de Paris, propriétaire de l'édifice) et prévu pour se terminer en mars 2009, (plus six mois pour la remise en état du square) s'est finalement achevé en juin 2013.
    Cette campagne de travaux avait pour objectif de remplacer les pierres posées au XIXe siècle, de nettoyer les sculptures existantes encore en bon état et de resculpter ou restituer les sculptures endommagées ou disparues. Les pierres employées proviennent des carrières de Saint-Leu-d'Esserent dans l'Oise.[réf. nécessaire]
Travaux 2006-2009

Galerie[modifier | modifier le code]

Divers points de vue
Détails

Accès[modifier | modifier le code]

La tour Saint-Jacques est desservie par les lignes (M)(1)(4)(7)(11)(14) à la station Châtelet et les lignes (M)(1)(11) à la station Hôtel de Ville ainsi que par les lignes de bus RATP 21 38 47 58 67 69 70 72 74 75 76 81 85 96.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Site de la ville de Paris
  2. Blaise Pascal, Récit de la grande expérience de l'équilibre des liqueurs, projetée par le sieur B. P. pour l'accomplissement du traité qu'il a promis dans son abrégé touchant le vuide, et faite par le sieur F. P. en une des plus hautes montagnes d'Auvergne, Paris, Charles Savreux,‎ 1648, 20 p. (lire en ligne), p. 17.
  3. La tour Saint-Jacques sort de sa coquille, Le Monde, 2 août 2013, Lien (édition abonnés)
  4. Procès Verbal de la Commission du Vieux Paris, 10 novembre 1906, p. 269
  5. Louis Mollaret et Denise Péricard-Méa (préf. Patrick Poivre d'Arvor), Dictionnaire de saint Jacques et Compostelle, Paris, éd. J.-P. Gisserot,‎ 2006 (ISBN 978-2-87747-884-7, OCLC 165078726), p. 172.
  6. G. Mauco, Les migrations ouvrières en France au début du XIXe siècle, Paris, Armand Colin, 1932, p. 29-30.
  7. « Notice no PA00086479 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  8. Le Moniteur no 5464 du 15 août 2008 page 9.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jacques Meurgey, Histoire de la paroisse Saint-Jacques-de-la-Boucherie, Librairie ancienne Honoré Champion,‎ 1926
  • Etienne F. Villain, Essai d'une histoire de la paroisse de St. Jacques de la Boucherie, Paris, Prault,‎ 1758, 326 p. (lire en ligne)
    Texte intégral numérisé et librement consultable via Google Books
  • F. Rittiez, Notice historique sur la tour Saint-Jacques-la-Boucherie, Paris, Impr. de Gaittet,‎ 1856, 16 p. (lire en ligne)
    Texte intégral numérisé et librement consultable via Gallica (BnF)
  • Jean-François Lagneau, « La restauration de la tour Saint-Jacques », Monumental, Les Éditions du patrimoine, no semestriel 2,‎ 2008

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]


Précédé par Suivi par
Lieu de rassemblement
Paris - Tour Saint-Jacques
Pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle
Coquille Saint-Jacques
Via Turonensis
-- Itinéraire direct Orléans ou mixte sur GR 655 --
(1747 km jusqu'à Saint-Jacques-de-Compostelle)
-- Itinéraire direct Orléans --
Montrouge
(4 km à pied)
--
Itinéraire mixte par GR 655 --
'Malakoff'