Cité administrative (Bordeaux)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cité administrative (homonymie).
Cité administrative
Cité administrative de Bordeaux.jpg
Histoire
Architecte
Pierre Mathieu et Pierre Calmon
Construction
Usage
Bureaux
Architecture
Hauteur de l'antenne
112 m
Hauteur du toit
92 m
Nombre d'étages
27
Géographie
Pays
Ville
Quartier
Coordonnées
Localisation sur la carte de Bordeaux
voir sur la carte de Bordeaux
Red pog.svg

La cité administrative est un ensemble de bureaux destinés à accueillir différents services publics. Premier véritable gratte-ciel de Bordeaux, elle a été dessinée par les architectes Pierre Mathieu et Pierre Calmon[1].

Description[modifier | modifier le code]

Cet ensemble moderniste est représentatif d'un courant architectural appelé style international, particulièrement en vogue dans les années 1960 et 1970.

La cité administrative de Bordeaux se compose de deux tours. La tour A, tour principale, s'élève à 112 m (92 m sans compter l'antenne qui la surmonte) et compte 27 étages ce qui en fait la plus haute tour de la métropole aquitaine. La tour B, moins haute, est reliée à la tour A par un réseau de passerelles transversales[1], s'élève à 79 m et compte 21 étages.

L'édifice, conçu pour regrouper des services administratifs jusqu'alors éparpillés dans toute la ville, est envisagé dès 1945 mais ne voit le jour qu'à partir de 1968. Les travaux sont achevés en 1974[1]. Il regroupe environ 5500 mètres carrés de bureaux, des services médico-sociaux, une cafétéria et une crèche. Les façades sont couvertes de grandes plaques de verre soutenues par des cadres en aluminium, permettant à la lumière de pénétrer en profondeur dans les différentes salles qui composent le bâtiment[2].

La cité administrative est située en bordure des boulevards qui ceinturent Bordeaux, à l'écart du quartier d'affaires de Mériadeck où se concentrent la plupart des immeubles modernes.

Cité administrative (Bordeaux)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Le patrimoine des communes de la Gironde, éditions Flohic, p.  336
  2. Base de données Emporis