Toumanski R-11

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Turboréacteur Toumanski R-11 photographié au musée de l'Aviation polonaise

Le Toumanski R-11 (initialement désigné AM-11) est un turboréacteur.

Conception et développement[modifier | modifier le code]

Le Toumanski R-11 a été développé par Alexandre Mikouline, Sergueï Toumanski et Boris Stetchkine (en) pour l'avion de reconnaissance Yakovlev Yak-25RV. Ce turboréacteur est un réacteur à compresseur axial double corps. Il est dépourvu de postcombustion et est optimisé pour la haute altitude. Il a tourné pour la première fois au début de l'année 1956[1]. La conception a par la suite évolué pour donner le Toumanski R-13 et le Toumanski R-25. Au total, 20 900 turboréacteurs R-11 ont été construits.

Variantes[modifier | modifier le code]

  • R-11V-300 - première version produite en série, optimisé pour la haute altitude, sans postcombustion ;
  • R-11F-300 (R-37F) - doté d'une postcombustion, entré en production en 1956, motorise les MiG-21F, P et U ;
  • R-11AF-300 - version améliorée pour les Yakovlev Yak-28B, L et U ;
  • R-11F2-300 - nouveaux compresseur, postcombustion et tuyère, monté sur les MiG-21P, PF et FL ;
  • R-11AF2-300 - R-11F2-300 adapté pour les Yakovlev Yak-28I, R et P ;
  • R-11F2S-300 - version améliorée pour les MiG-21PFM, PFS, S, U et UM, et pour les Soukhoï Su-15TM, UT et UM.

Caractéristiques (R-11F2S-300)[modifier | modifier le code]

Caractéristiques générales :

  • Type : turboréacteur avec postcombustion
  • Longueur : 4 600 mm
  • Diamètre : 906 mm
  • Masse : 1 124 kg

Composants :

Performances :

  • Poussée maximale :
    • 38,7 kN à puissance militaire maxi (à sec)
    • 60,6 kN avec postcombustion
  • Ratio de compression : 8,9:1
  • Température d'entrée de turbine : 955 °C
  • Consommation spécifique :
    • 97 kg/(h·kN) à vide
    • 242 kg/(h·kN) avec postcombustion
  • Rapport poussée/poids : 53,9 N/kg (5,5:1)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liste des moteurs d'avions

Références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Gunston 1989, p.167.

Bibliographie[modifier | modifier le code]