Touhami Abdouli

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Touhami Abdouli
التوهامي عبدولي
Touhami Abdouli en janvier 2012.
Touhami Abdouli en janvier 2012.
Fonctions
Secrétaire d’État tunisien chargé des Affaires arabes et africaines
En fonction depuis le
(3 mois et 0 jour)
Président Béji Caïd Essebsi
Premier ministre Habib Essid
Gouvernement Essid
Prédécesseur Poste créé
Député de la circonscription de Sidi Bouzid

(2 mois et 18 jours)
Élection 26 octobre 2014
Successeur Nozha Bayaoui[1]
Secrétaire d'État tunisien chargé des Affaires européennes, auprès du ministre des Affaires étrangères

(1 an, 2 mois et 17 jours)
Président Moncef Marzouki
Premier ministre Hamadi Jebali
Gouvernement Jebali
Biographie
Date de naissance (46 ans)
Lieu de naissance Sousse, Tunisie
Nationalité tunisienne
Parti politique Ettakatol, indépendant puis Mouvement national tunisien
Diplômé de Université de La Manouba
Profession Universitaire

Touhami Abdouli (التوهامي عبدولي), né le 1er mars 1969 à Sousse, est un universitaire et homme politique tunisien.

Il est secrétaire d'État chargé des Affaires européennes, auprès du ministre des Affaires étrangères Rafik Abdessalem, au sein du gouvernement Hamadi Jebali, puis secrétaire d'État chargé des Affaires arabes et africaines, auprès de Taïeb Baccouche, au sein du gouvernement Habib Essid.

Biographie[modifier | modifier le code]

Études[modifier | modifier le code]

En 2000, Touhami Abdouli sort diplômé de l'université de La Manouba avec un doctorat en philosophie[2].

Carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

Abdouli devient professeur de culture anthropologique (philosophie) à la faculté des arts et humanités de l'université de Sousse. Il est membre de la direction et principal conseiller du président de l'université Euro-Méditerranée de Slovénie. À partir de 2007, il devient directeur de promotion à la Link Compus University de Rome (Italie). Il est également professeur invité dans plusieurs institutions universitaires autour du monde comme l'Institut d'études de la culture musulmane à Londres (Royaume-Uni), la faculté des arts de l'université de Damas (Syrie) ou encore l'Institut de cultures asiatiques de l'université Sophia de Tokyo (Japon).

Entre 2001 et 2003, il est membre de l'Association japonaise pour les études moyen-orientales et est élu en 2008 comme président de l'Organisation pour la promotion de la Méditerranéenne et de la science (MOPS), en Norvège. Il fonde la même année une association d'humanités à Sousse (Tunisie). En 2009, il devient membre du comité de rédaction du Journal international d'études méditerranéennes en Slovénie[2].

À partir de 2008, il participe à plusieurs groupe de recherche, comme « Islam unique, multiple et religions comparées », « Jurisprudence et statut personnel » et « Interférences des sciences »[2].

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Après la chute du régime de Zine el-Abidine Ben Ali lors de la révolution de 2011, il intègre le gouvernement Hamadi Jebali comme secrétaire d'État chargé des Affaires européennes, auprès du ministre des Affaires étrangères Rafik Abdessalem[2].

Membre du bureau politique du Forum démocratique pour le travail et les libertés (Ettakatol), il annonce sa démission le 11 juillet 2013[3] puis fonde son propre parti, le Mouvement national tunisien. Il est élu à l'Assemblée des représentants du peuple lors des élections du 26 octobre 2014 en tant que représentant de la coalition du Front national du salut.

Le 23 janvier 2015, il est nommé au poste de secrétaire d’État chargé des Affaires arabes et africaines dans le gouvernement de Habib Essid[4].

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • 2001 : Le prophète Abraham dans la culture arabe islamique
  • 2004 : La crise du savoir religieux
  • 2007 : L'islam des Kurdes. Interférences des éléments tribal, national et religieux

Références[modifier | modifier le code]

  1. (fr) Nawel Bizid, « Huit nouveaux députés rejoignent l’Assemblée des représentants du peuple », Webdo, 20 février 2015
  2. a, b, c et d (en) Ahmed Ellali, « Touhami Abdouli », Tunisia Live, 26 décembre 2011
  3. (fr) « Tunisie - Démission de Touhami Abdouli d’Ettakatol », Business News, 11 juillet 2013
  4. (fr) « Composition officielle du nouveau gouvernement Essid », Business News, 23 janvier 2015

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :