Touffreville-la-Cable

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Touffreville.
Touffreville-la-Cable
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Haute-Normandie
Département Seine-Maritime
Arrondissement Rouen
Canton Caudebec-en-Caux
Intercommunalité Caux-Vallée de Seine
Maire
Mandat
Dominique Delanos
2014-2020
Code postal 76170
Code commune 76701
Démographie
Population
municipale
391 hab. (2011)
Densité 98 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 31′ 21″ N 0° 37′ 08″ E / 49.5225, 0.61888888888949° 31′ 21″ Nord 0° 37′ 08″ Est / 49.5225, 0.618888888889  
Altitude Min. 65 m – Max. 149 m
Superficie 3,97 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime

Voir sur la carte administrative de Seine-Maritime
City locator 14.svg
Touffreville-la-Cable

Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime

Voir sur la carte topographique de Seine-Maritime
City locator 14.svg
Touffreville-la-Cable

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Touffreville-la-Cable

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Touffreville-la-Cable

Touffreville-la-Cable est une commune française, située dans le département de la Seine-Maritime en région Haute-Normandie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Touffreville-la-Cable est une commune située sur la rive droite de la Seine, dans le canton de Caudebec-en-Caux. Elle est distante de 9 km du chef-lieu, 18 km d'Yvetot, 41 km de Rouen. Quatre hameaux principaux : l'Abbaye, les Coudreaux, le Grimpel et Péromare.

Histoire[modifier | modifier le code]

La paroisse de Torfrevilla est attestée dès 1218. Son étymologie est, selon Duplessis, Turolf villa, le manoir de Turolf, patronyme d'origine scandinave.

Ses terres appartiennent au XIIIe siècle aux Martel dont elles portent le nom : Touffrevilla-Martelli. De vieux titre français disent aussi Saint-Ouen-de-Touffreville-la-Martel. À cette époque, la cure vaut 30 livres et règne sur une soixantaine de paroissiens.

L'archevêque Eudes Rigaud, nous dit l'abbé Cochet, coucha à Touffreville les 17, 18 et 19 janvier 1248 au lieu dit la Cable. Un nom lié à des seigneurs du cru. Les archives de la commanderie de Sainte-Vaubourg conservent une charte de 1272 signée Willelmns Caable de Tonfrevilla.

En 1297, Marie Le Roux de Touffreville hérita de la terre et seigneurie de Touffreville-la-Cable qu'elle apporta en dot à Guillaume de Livet. La famille Le Roux est issue dans anciens barons de Bourgtherould.

La paroisse appartint ensuite aux seigneurs de Villequier.

Le roi de France avait droit de prendre la troisième gerbe sur la dîme du village. Saint Louis abandonna ce privilège en juillet 1257 au profit du curé de la paroisse.

En 1738, la paroisse compte 42 feux.

En 1769, la comtesse de Maulévrier abandonna les terres qu'elle possédait à Touffreville-la-Cable au profit du seigneur de Caumont. Celui-ci constitua un fief sous le nom de Fief de Hue-Cable ratifié par Louis XV en 1771.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Touffreville-la-Cable

Les armes de la commune de Touffreville-la-Cable se blasonnent ainsi :
D’or au sautoir de gueules chargé aux extrémités de quatre maillets d’argent, cantonné en chef et en pointe d’une étoile d’azur et aux flancs d’un coq de gueules, celui de dextre contourné. [1]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 en cours Martine Blondel    

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 391 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
228 276 241 236 245 258 242 260 234
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
222 202 200 187 198 183 202 161 164
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
177 159 165 162 150 160 158 147 133
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
125 130 188 269 335 354 379 386 391
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église du XIIIe s. placée sous le vocable de Saint-Ouen. Sa nef fut refaite au XVIee siècle. Elle conserve une dalle tumulaire de cette époque et présente par ailleurs une contre-table à colonnes torses où figurent saint Ouen et sainte Madeleine, patrons de la paroisse.
  • Croix du XVIIe s. en pierre et fer forgé visible dans le cimetière.
  • Ferme-manoir du XVIe s. au hameau de Péromare. Son colombage est à motifs de croix de Saint-André et se combine avec des pans de bois sur assise de silex, ce qui en fait un monument atypique de l'architecture civile normande.
  • Croix de chemin en pierre et fonte datée de la fin du XIXe. Élevée au hameau de l'Abbaye, elle porte cette inscription : O crux ave spes unica.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Anne du Faÿ du Taillis, comtesse de Maulévrier.
  • Grégoire Le Chanoine, sénéchal de la seigneurie de Hue-Cable.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :