Touba (Côte d'Ivoire)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

8° 16′ N 7° 41′ O / 8.267, -7.683 ()

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Touba.

Touba est une ville de l'ouest de la Côte d'Ivoire, chef-lieu de la région de Touba et du département homonyme proche de la Guinée. Elle est située entre les villes de Odienné et Man, dans la région du Bafing, à 680 km au nord-ouest d'Abidjan. Ses coordonnées sont les suivantes : latitude 8,29° nord, longitude 7,69° ouest.


Administration[modifier | modifier le code]

Une loi de 1978[1] a institué 27 communes de plein exercice sur le territoire du pays.

Liste des maires successifs
Date d'élection Identité Parti Qualité Statut
1980 PDCI-RDA Homme politique élu
1985 Lamine Fadiga[2],[3] PDCI-RDA Homme politique élu
1990 PDCI-RDA Homme politique élu
1995 PDCI-RDA Homme politique élu
2001 Homme politique élu

Après les évènements de 2002, la ville, comme toutes les localités du nord du pays, a été placée sous l'administration du MPCI puis des Forces nouvelles de Côte d'Ivoire[4] et se trouvait de fait sous l'autorité unique d'un « commandant de zone » ( « com-zone » ). Ce « commandant de zone » est désigné par le secrétaire général des Forces nouvelles de Côte d'Ivoire, Guillaume Soro, comme pour chacun des 10 secteurs de la zone nord ivoirienne, Touba étant désignée depuis 2006 sous le terme de Zone no 7[5]. Cette autorité existe toujours en 2008 et cohabite avec les fonctionnaires de l'état, préfet et sous-préfet, revenus dans la région.

Société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Sa population appartient essentiellement au peuple Malinké ( Mahou).

Évolution démographique
1920 1946 1975 1988 1998 Estimation 2010
5 263 15 593 29 678
Nombre retenu à partir de 1920 : Population sans doubles comptes

Éducation[modifier | modifier le code]

Le département comporte 103 écoles primaires et 3 établissements secondaires

Enseignement primaire
Public

  • École primaire Publique

Enseignement secondaire
Lycée Public

  • Lycée moderne
  • Lycée professionnel

Collège public

  • Collège moderne

C'est à Elima, au sud du pays, que sera créée la première école officielle le 8 aout 1887 avec pour instituteur Fritz-Emile Jeand'heur venu d' Algérie. Elle comptait alors 33 élèves africains qui seront les premiers lecteurs en langue française. Elle fonctionnera pendant 3 ans avant d'être transférée en 1890 à Assinie par Marcel Treich-Laplène, le nouveau résident de France. Le premier mars 1904, il y avait 896 élèves en Côte d'Ivoire pour une population estimée un peu supérieure à 2 millions d'habitants. Touba accueillera l'une des 18 écoles de village créées en 1903. Elle comportait 44 élèves encadrés par 2 instituteurs.

Langues[modifier | modifier le code]

Article connexe : Langues de Côte d'Ivoire.

Depuis l'indépendance, la langue officielle dans toute la Côte d'Ivoire est le français. La langue véhiculaire, parlée et comprise par la majeure partie de la population, est le dioula mais la langue vernaculaire de la région est le . Le français effectivement parlé dans la région, comme à Abidjan, est communément appelé le français populaire ivoirien ou français de dago[Note 1] qui se distingue du français standard par la prononciation et qui le rend quasi inintelligible pour un francophone non ivoirien. Une autre forme de français parlé est le nouchi, un argot parlé surtout par les jeunes et qui est aussi la langue dans laquelle sont écrits 2 magazines satiriques, Gbich! et Y a fohi. Le département de Touba accueillant de nombreux ivoiriens issus de toutes les régions du pays, toutes les langues vernaculaires du pays, environ une soixantaine, y sont pratiquées.

Santé[modifier | modifier le code]

Le département compte 1 Hôpital, 1 institut d’Hygiène publique, 31 centres de santé et 1 officine de pharmacie.

Économie[modifier | modifier le code]

L'économie de la région est essentiellement agricole.


Bouvier conduisant un élevage de zébus sur la route Man-Touba

Sports[modifier | modifier le code]

La ville dispose d'un club de football, le N'Demagnon de Touba, qui évolue en Championnat de Division Régionale, équivalent d'une « 4e division » [6]. Elle a constitué une ville-étape du rallye Paris-Dakar lors de sa seule incursion dans le pays, en 1984. Parmi les participants de cette édition figuraient Jacky Ickx, Claude Brasseur et Gaston Rahier.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Si, à Abidjan et dans le nord, on parle de français de Moussa, dans l'ouest du pays, on parle de français de Dago

Lien externe[modifier | modifier le code]