Totem (Amérindiens)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir totem.
Poteau totem de chief Tony Hunt des Kwakiutl. De haut en bas : le corbeau l'animal emblème de la famille Hunt, Sisutl, le serpent à deux têtes et personnage levant les mains en bienvenu, chef avec objet en forme de bouclier

Le poteau totem est un poteau en bois de cèdre de Californie des tribus amérindiennes de la côte nord-ouest de l'Amérique du Nord. Il sert entre autres de blason sculpté et peint des emblèmes d'une famille. Les poteaux totem peuvent avoir plusieurs dizaines de mètres de haut. Étant en bois ils ne se conservent pas plus que cent ans.

En général, quand on parle de poteau totem, on se réfère à ceux érigés en Amérique du Nord, mais on en trouve dans d'autres endroits (Afrique, Sibérie).

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le terme est attesté en français une première fois sous la forme Aoutem en 1609 au sens de « représentation concrète d'un être, espèce animale ou végétale, parfois chose, qui incarne l'esprit des ancêtres et sert d'emblème à une famille, une tribu, ou une nation », puis sous la forme actuelle totem au XIXe siècle par l'intermédiaire de l'anglo-américain[1].

Le mot totem est la contraction altérée d’odoodeman [oˈtuːtɛm] « otoutem », autrement ot-oteman[2], terme issu de la langue ojibwés qui signifie « sa famille, son clan », ou « blason de la famille ». Le terme se décompose en od- (ot-) possessif « son, sa » et odeman (oteman) « famille, tribu, clan ».

Histoire[modifier | modifier le code]

Les poteaux totem existent probablement depuis des centaines d'années, mais n'étaient pas aussi hauts qu'aujourd'hui (jusqu'à 56 m) avant l'introduction des outils en métal. Le bois est travaillé à l'horizontale, puis mis à la verticale lors d'une cérémonie. Une fois debout on s'en désintéressait, considérant que toute chose devait un jour disparaitre[3].

Significations[modifier | modifier le code]

En Amérique du Nord les poteaux totem n'avaient jamais de signification religieuse. Le totem peut être utilisé comme symbole d'appartenance à un groupe, souvent d'Amérindiens. C'est une représentation sculptée et peinte. Il peut avoir des significations différentes :

  • Représenté un animal de clan, sorte de blason dans le cas d'un poteau d'une maison qui soutient une poutre du toit.
  • Les poteaux devant la façade souvent percés d'une ouverture sont utilisés lors de cérémonies.
  • Raconter une histoire, d'un personnage ou celle d'un village sur le poteau à l'entrée du village
  • Sur une plage, signaler la bienvenue aux visiteurs.
  • Commémorer un prédécesseur décédé.
  • Poteaux mortuaires pour soutenir les coffres funéraires placés devant la maison[4].
  • Ridiculiser, faire honte à une personne qui n'a pas payé une dette (shame pole). Au mois de mars 2007, les Tlingits ont érigé un poteau totem de ce genre suite à la marée noire causée par l'Exxon Valdez en 1989[5].


Installation d'un poteau totem en images[modifier | modifier le code]

Autrefois, il fallait plusieurs hommes pour hisser un totem à la verticale. De nos jours on fait appel à une grue, comme ici lors de l'installation d'un poteau totem au British Museum à l'aide d'une grue en 2007. Il s'agit d'un totem des Haïdas en bois de cèdre qui a une hauteur de 11 m.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Site du CNRTL : étymologie de "totem"
  2. CNRTL, ibidem
  3. (de) Wolfgang Lindig : Die Kulturen der Eskimos und Indianer Nordamerikas. Wiesbaden: VMA Verlag, 1972, p. 204-205
  4. Pour les premiers cinq types voir : Janet C. Berlo et Ruth B Phillips : Amérique du Nord, arts premiers. Albin Michel, 2006 p. 203
  5. (en) Tlingit shame pole unveiled
  • (en) [1] Site qui référence les six genres de poteaux totem avec illustrations

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Les tribus qui sculptent des totems

Liens externes[modifier | modifier le code]