Toshihiko Izutsu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Toshihiko Izutsu

Toshihiko Izutsu (井筒 俊彦, Izutsu Toshihiko?), et mort le , est un islamologue et philosophe japonais polyglotte.

Origine et formation[modifier | modifier le code]

Toshihiko Izutsu est le fils d'un producteur de pommade. Dès sa plus tendre enfance, il pratiqua sous la direction de son père les exercices zen de Zazen et de Kōan. Alors qu'il visitait l'école Aoyama-Gakuin, il entra en contact avec le christianisme, dont il se détourna bientôt. À la place, il pratiqua la philosophie avec Kitarō Nishida. En avril 1931, il se fit enregistrer à l'université Keiō, tout d'abord dans la faculté d'économie, puis pour changer dans la faculté de littérature anglaise. Il étudia alors avec le professeur Junzaburō Nishiwaki. Après sa réussite à l'examen en 1934, il obtint en 1937 un poste d'assistant.

Pour pouvoir lire l'Ancien Testament, il avait commencé à apprendre l'hébreu. À partir d'un manuel allemand, il acquit les bases de l'arabe, en même temps qu'il apprenait le russe, le grec ancien et le latin. Finalement, il apprit plus de dix langues par lui-même. Plus tard, ses connaissances allaient s'étendre à plus de trente langues[1].

Carrière académique[modifier | modifier le code]

Pendant la Seconde Guerre mondiale, il servit dans l'armée comme interprète pour l'arabe et les langues d'Asie centrale, s'étant amélioré dans ces langues. Il eut une activité au sein du Kaikyōken Kenkyūshō (l'institut du monde islamique), et à partir de 1942 au Tōa Kenkyūshō (institut du Proche-Orient). Izutsu devint en 1950 professeur assistant de linguistique à l'université Keiō. Depuis 1954, il a été titulaire de la chaire de philosophie du langage de cette université. Il obtint aussi en 1962 la chaire de philosophie islamique. En 1957, il publia la première traduction du Coran faite directement en japonais. De 1969 à 1975, il assuma la charge de professeur de philosophie islamique à l'université McGill à Montréal. Ensuite, il devint professeur de philosophie orientale comparée à l'académie iranienne impériale de philosophie à Téhéran. En 1981, il reçut le titre de professeur émérite à l'université Keiō. En 1982, il fut récompensé par le prix Asahi pour ses études et ses recherches en sciences islamiques et en religions comparées.

Ses études ne se limitèrent pas aux thèmes des sciences islamiques et des religions comparées, mais il étudia aussi d'autres domaines, tels que le concept d'homme en Russie au XIXe siècle , ou la philosophie bouddhiste zen. Il poursuivit un essai de méta-philosophie de science des religions comparées, qui reposait sur les études linguistiques des métaphysiciens classiques, dans la même veine que l'essai de Leibniz d'une Philosophia perennis. Son travail est à comparer avec le travail d'Aldous Huxley sous le même titre (influencé par Jiddu Krishnamurti et Swami Prabhavananda). Jacques Derrida travaillait dans la même direction. Les œuvres complètes d'Izutsu parurent entre 1991 et 1993 en japonais en onze volumes.

Œuvre en français[modifier | modifier le code]

  • Le Kôan zen : Essai sur le bouddhisme zen, coll. Espace intérieur, Éd. Fayard, 1978,
  • Unicité de l'existence et création perpétuelle en mystique islamique, traduction par M.-Ch.Grandry, Les Deux Océans, Paris, 1980.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Barry McDonald, Seeing God Everywhere: Essays on Nature and the Sacred, Éd. World Wisdom Books, 2005 (ISBN 978-1-933316-00-0)