Torna a Surriento

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Torna a Surriento est une chanson napolitaine dont la musique fut composée en 1902 par Ernesto de Curtis sur des paroles en napolitain de son frère, Giambattista, en l'honneur du politicien Giuseppe Zanardelli et destinée à le faire revenir à Surriento, lui qui était venu y passer des vacances et qui aurait pu aider à reconstruire la ville, à cette époque dans un état lamentable[1].

La chanson fut déposée officiellement en 1905. À partir de ce moment, elle acquit une renommée de plus en plus grande, jusqu'à faire partie du répertoire des meilleurs ténors et des chanteurs de variétés. Ainsi, parmi les interprètes les plus notables, on peut citer Enrico Caruso, Giuseppe Di Stefano, Beniamino Gigli, Mario Lanza, Elvis Presley, José Carreras, Plácido Domingo, Luciano Pavarotti, Meat Loaf, Franco Corelli, Robertino Loretti.

Paroles[modifier | modifier le code]

Paroles en napolitain

Vir 'o mare quant’è bello,
Ispira tantu sentimento,
Comme tu a chi tiene a' mente,
Ca scetato 'o faie sunnà.

Guarda qua chistu ciardino;
Siente, sie’ sti sciure arance:
Nu profumo accussi fino
Dinto 'o core se ne va…

E tu dice: "I’ parto, addio!"
T’alluntane da stu core…
Da la terra de l’ammore…
Tiene 'o core 'e nun turnà?

Ma nun me lassà,
Nun darme stu turmiento!
Torna a Surriento,
famme campà!

Vir 'o mare de Surriento,
che tesoro tene nfunno:
chi ha girato tutto 'o munno
nun l'ha visto comm'a ccà.

Guarda attuorno sti Serene,
ca te guardano 'ncantate,
e te vonno tantu bene...
Te vulessero vasà.

E tu dice: "I' parto, addio!"
T'alluntane da stu core
Da la terra de l'ammore
Tiene 'o core 'e nun turnà?

Ma nun me lassà,
Nun darme stu turmiento!
Torna a Surriento,
Famme campà!

Traduction italienne

Vedi il mare come è bello!
Ispira molto sentimento.
Come te che a chi guardi
Da sveglio lo fai sognare.

Guarda, guarda questo giardino;
Sente, senti questi fiori d'arancio.
Un profumo così delicato
dentro al cuore se ne va...

E tu dici: "Io parto, addio!"
Ti allontani da questo cuore...
Dalla terra dall'amore...
Hai il coraggio di non tornare?

Ma non lasciarmi,
Non darmi questo tormento!
Torna a Sorrento,
Fammi vivere!

Vedi il mare di Sorrento,
Che tesori ha nel fondo:
Chi ha girato tutto il mondo
Non l'ha visto come qua.

Guarda intorno queste Sirene,
Che ti guardano incantate
E ti vogliono tanto bene...
Ti vorrebbero baciare.

E tu dici: "Io parto, addio!"
Ti allontani da questo cuore...
Dalla terra dall'amore...
Hai il coraggio di non tornare?

Ma non lasciarmi,
Non darmi questo tormento!
Torna a Sorrento,
Fammi vivere!

Traduction française

Regarde comme la mer est belle!
Elle inspire de nombreux sentiments.
Comme toi qui pense à qui tu regardes
Tu le fais rêver éveillé.

Regarde, regarde ce jardin;
il parfume, sens ces fleurs d'oranger.
Un parfum si délicat
s'en va vers le cœur...

Et toi tu dis: "Moi je pars, adieu!"
Tu t'éloignes de ce cœur...
De la terre de l'amour...
As-tu le courage de ne pas revenir?

Ne me quitte pas,
Ne me fais pas cette peine!
Reviens à Sorrento,
Fais-moi vivre!

Regarde la mer de Sorrento,
Les trésors que son fond recèle:
Ceux qui ont visité le monde entier
N'en ont pas vu comme ici.

Regarde autour, ces sirènes,
Qui te regardent enchantées
Et t'aiment si fort...
Elles voudraient t'embrasser.

Et toi tu dis: "Moi je pars, adieu!"
Tu t'éloignes de ce cœur...
De la terre de l'amour...
As-tu le courage de ne pas revenir?

Ne me quitte pas,
Ne me fais pas cette peine!
Reviens à Sorrento,
Fais-moi vivre!

Références[modifier | modifier le code]

  1. Corriere del Mezzogiorno del 6 luglio 2002, consultée le 22 mars 2012