Torikaebaya monogatari

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le Torikaebaya monogatari, de sa traduction française Ah ! Si je pouvais les échanger ! est un roman japonais du XIIe siècle. L’auteur et la date de publication exacte sont inconnus. On doute même du sexe de l’écrivain, certains affirmant qu’une telle œuvre n’a pu être écrite que par une femme, et d’autres, le contraire. Le sujet du roman, assez peu commun et d'un progressisme évident vu le siècle de publication, ne manque pas de susciter, encore aujourd'hui, une polémique parmi les spécialistes, dont nombre considèrent qu'il s'agit là d'une œuvre de comédie, ou bien au contraire d'un sujet tout à fait sérieux.

Aperçu de l’œuvre.[modifier | modifier le code]

Cette œuvre d’une exceptionnelle originalité nous narre la vie de Cour d’un frère et d’une sœur, qui, échangeant leur identité sexuelle, tentent, pour le héros, de séduire l’empereur et devenir ainsi « impératrice », et pour l’héroïne, de devenir un bon époux auprès d’une femme de la Cour. Leur changement d’identité est constant tout au long de l’œuvre.

Interprétation possible.[modifier | modifier le code]

Il serait prétentieux de vouloir donner à l’œuvre une seule interprétation. Il est certain qu’on peut juger aujourd’hui, de la portée d’un tel ouvrage, les esprits étant plus ouverts, encore que le Japon semble cultiver depuis la plus haute antiquité un goût pour la pédérastie eu égard à divers courants culturels tel le Waka Shūdō. On peut cependant tirer de cette œuvre l’idée qu’un homme et une femme ne doivent pas toujours agir selon des normes biologiques, mais peuvent, de temps à autres, s’enrichir de traits féminins ou masculins.

Postérité des thèmes[modifier | modifier le code]

L'un des personnages (l'androgyne Torikaebaya) présente des traits communs avec Séraphîta d'Honoré de Balzac : l'union de la féminité et de la masculinité a quelque chose de divin[1]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Earl Miner, Hiroko Odagiri, Robert E. Morrell, The Princeton Companion to Classical Japanese Literature 1988, Princeton University Press. p. 248-250 (ISBN 0-691-00825-6)

Liens externes[modifier | modifier le code]