Toribio de Benavente

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Toribio de Benavente, dit « Motolinia ».

Toribio de Benavente (plus connu sous le surnom d'origine nahuatl Motolinia, qui signifie « le pauvre », « le malheureux »), né à Benavente, en Espagne, entre 1481 et 1492, et mort à Mexico entre 1565 et 1569, est un missionnaire espagnol franciscain principalement connu pour son travail de chroniqueur et de défenseur des indigènes de la Nouvelle-Espagne[1].

Son Histoire des Indiens de la Nouvelle-Espagne, publiée en 1558, est une des principales sources d'informations sur la Mésoamérique.

Il s'est farouchement opposé à Bartolomé de las Casas[2],[3] et a œuvré pour la conversion systématique des indigènes : « Ceux qui ne voudraient pas recevoir de bon gré le saint Évangile de Jésus-Christ, qu'on le leur impose par la force »[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Préface de Historia de los indios de la Nueva España, Red ediciones, 2011, p.11.
  2. Manuel M. Martínez, El obispo Marroquín y el franciscano Motolinía, enemigos de Las Casas. Examen de los motivos de su enemistad, Boletín de la Real Academia de la Historia, CXXXII, 1953.
  3. Nicole Giroud, Une mosaïque de Fr. Bartolomé de las Casas (1484-1566): histoire de la réception dans l'histoire, la théologie, la société, l'art et la littérature, Saint-Paul, 2002, p.56.
  4. Lettre à Charles Quint du père Franciscain Motolinia, dans MEMORIALES, éd. UNAM, Mexico 1971, page 411.

Articles connexes[modifier | modifier le code]