Torfou (Maine-et-Loire)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Torfou.
Torfou
Église Saint-Martin, XIXe siècle.
Église Saint-Martin, XIXe siècle.
Blason de Torfou
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Maine-et-Loire
Arrondissement Cholet
Canton Montfaucon-Montigné
Intercommunalité C.C. de Moine-et-Sèvre
Maire
Mandat
Paul Manceau
2014-2020
Code postal 49660
Code commune 49350
Démographie
Gentilé Torfousien, Torfousienne
Population
municipale
2 103 hab. (2011)
Densité 65 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 02′ 18″ N 1° 06′ 53″ O / 47.0383333333, -1.11472222222 ()47° 02′ 18″ Nord 1° 06′ 53″ Ouest / 47.0383333333, -1.11472222222 ()  
Altitude 114 m (min. : 39 m) (max. : 133 m)
Superficie 32,35 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Maine-et-Loire

Voir sur la carte administrative de Maine-et-Loire
City locator 14.svg
Torfou

Géolocalisation sur la carte : Maine-et-Loire

Voir sur la carte topographique de Maine-et-Loire
City locator 14.svg
Torfou

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Torfou

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Torfou
Liens
Site web Site de Torfou

Torfou (prononcé [ɔʁfu ] Prononciation du titre dans sa version originale Écouter) est une commune française située dans le département de Maine-et-Loire en région Pays de la Loire.

Les habitants de Torfou sont appelés les Torfousiens.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Torfou est une commune angevine des Mauges. Elle se trouve à 18 km à l'ouest de Cholet, à 20 km au nord-ouest des Herbiers, et à environ 39 km de la ville de Nantes[1].

On localise son agglomération à la croisée des routes D146 (Roussay à la Bruffière) et D149/D949 (Clisson à Mortagne-sur-Sèvre), à proximité immédiate des départements de la Loire-Atlantique et de la Vendée[2].

Torfou est également à la limite de trois anciennes provinces : Anjou (Maine-et-Loire), Poitou (Vendée) et Bretagne (Loire-Atlantique).

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Montfaucon-Montigné (Maine-et-Loire) Roussay (Maine-et-Loire) La Romagne (Maine-et-Loire) Rose des vents
Boussay (Loire-Atlantique) N Le Longeron (Maine-et-Loire)
O    Torfou (Maine-et-Loire)    E
S
La Bruffière (Vendée) Tiffauges (Vendée)

Les communes limitrophes de Torfou sont donc les communes de Montfaucon-Montigné, Roussay, La Romagne, Le Longeron, Tiffauges, la Bruffière et Boussay.

Réseau de transport[modifier | modifier le code]

Réseau routier[modifier | modifier le code]

L'agglomération de Torfou est située de part et d'autre de la D149/D949 anciennement connue sous le nom de RN149, axe reliant Nantes à Poitiers.

Transports en commun[modifier | modifier le code]

La gare de Torfou, halte ferroviaire de la SNCF est desservie par des TER Pays de la Loire circulant entre les gares de Nantes et de Cholet, via Clisson.

La ligne 33 du réseau AnjouBus relie elle aussi la commune de Torfou à celle de Cholet.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le 19 septembre 1793, la bataille de Torfou[3], aussi connue sous le nom de bataille de Tiffauges, voit la victoire des troupes vendéennes contre les Républicains de Kléber. Cette victoire est commémorée par l'édification d'une colonne, vers 1828, par les soins du marquis de la Bretesche.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2008 Brigitte Simon    
mars 2008 en cours Paul Manceau[4]    
Les données manquantes sont à compléter.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune est membre de la communauté de communes de Moine-et-Sèvre[5], elle même membre du syndicat mixte Pays des Mauges.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Ce jumelage actif s'inscrit dans la continuité d'échanges entamés entre les deux communes une dizaine d'années auparavant.

Population et société[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 2 103 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 208 1 023 946 1 109 1 217 1 374 1 380 1 575 1 682
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 807 2 027 2 069 2 124 2 217 2 257 2 224 2 250 2 189
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 158 2 060 2 225 2 093 2 065 2 100 2 102 2 155 2 121
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
2 093 2 077 1 920 1 981 1 958 1 923 2 053 2 103 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2004[7].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (23,2 %) est en effet supérieur au taux national (21,8 %) et au taux départemental (21,4 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (52,5 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,9 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2008, la suivante :

  • 47,5 % d’hommes (0 à 14 ans = 22,2 %, 15 à 29 ans = 17,6 %, 30 à 44 ans = 24,9 %, 45 à 59 ans = 19,3 %, plus de 60 ans = 15,9 %) ;
  • 52,5 % de femmes (0 à 14 ans = 20,8 %, 15 à 29 ans = 15,2 %, 30 à 44 ans = 19,2 %, 45 à 59 ans = 15 %, plus de 60 ans = 29,7 %).
Pyramide des âges à Torfou en 2008 en pourcentage[8]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,1 
90  ans ou +
4,1 
5,9 
75 à 89 ans
14,3 
9,9 
60 à 74 ans
11,3 
19,3 
45 à 59 ans
15,0 
24,9 
30 à 44 ans
19,2 
17,6 
15 à 29 ans
15,2 
22,2 
0 à 14 ans
20,8 
Pyramide des âges du département de Maine-et-Loire en 2008 en pourcentage[9].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,4 
90  ans ou +
1,1 
6,3 
75 à 89 ans
9,5 
12,1 
60 à 74 ans
13,1 
20,0 
45 à 59 ans
19,4 
20,3 
30 à 44 ans
19,3 
20,2 
15 à 29 ans
18,9 
20,7 
0 à 14 ans
18,7 

Vie locale[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Sur 170 établissements présents sur la commune à fin 2010, 27 % relevaient du secteur de l'agriculture (pour une moyenne de 17 % sur le département), 6 % du secteur de l'industrie, 9 % du secteur de la construction, 45 % de celui du commerce et des services et 13 % du secteur de l'administration et de la santé[10].

Lieux et Monuments[modifier | modifier le code]

  • Le château du Couboureau. L'édifice actuel date du XIXe siècle.
  • La Colonne, édifiée en 1826, en mémoire de la bataille de Torfou qui s'est déroulée en partie à cet endroit. Elle est située au centre du carrefour des routes D 149 et D 753.
  • L'église Saint-Martin, reconstruite au XIXe siècle.
  • La Pierre Tournisse. La pierre, de 5 m de haut, a une circonférence de 30 m pour un volume de 150 m3 et est estimée à 160 tonnes. Sa partie supérieure est creusée, naturellement, de trois cavités. Sa particularité est de ne reposer que sur une surface de 40 cm2. Site mégalithique non-classé.
  • La Voie Romaine qui suivait la Sèvre Nantaise et qui reliait Nantes à Poitiers.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Léon Griffon, fondateur, à Torfou, en 1906, d'une usine de conserves de viande. En 1953, cette usine arrête sa fabrication de conserves de viande et développe sa production, beaucoup plus rentable, de boîtes métalliques. Une rue de la commune porte son nom.
  • Julien Picherit, plus connu sous le nom de Julien le Brave, a été l'un des fondateurs de la ligue torfousienne, pendant la guerre de Vendée. Contre les Mayençais et leurs « colonnes infernales », les Vendéens de Torfou, hostiles au pouvoir de la République, ont créé l'un des tout premiers mouvements anti-révolutionnaires. Julien le Brave en était leur chef. Né en 1758, dans la commune de Torfou, il mourut brûlé vif, pendant la Deuxième bataille de Cholet, le 17 octobre 1793. Julien Picherit était un homme de foi, très proche du clergé local. La population avait espoir en lui et le suivait dans toutes les batailles. Jacques Cathelineau en fit l'un de ses chefs, pendant la bataille de Torfou, le 19 septembre 1793. La ligue torfousienne a été fondée en 1792, après l'avènement de la Première République, le 21 septembre 1792. Elle regroupait les principaux dissidents et, notamment, les prêtres réfractaires de la région de Torfou.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Lion1906, Distances orthodromiques à partir de Torfou (49), consulté le 18 novembre 2012 - Les distances affichées sont des distances orthodromiques (à vol d'oiseau).
  2. IGN et BRGM, Géoportail Torfou (49), consulté le 18 novembre 2012
  3. Le Correspondant - Recueil périodique, La bataille de Torfou, t.  23, 1849, p.  658
  4. Ouest-France, Paul Manceau, réélu maire, secondé par cinq adjoints, article du 31 mars 2014
  5. Insee, Composition de l'EPCI de Moine et Sèvre (200006880), consulté le 27 octobre 2013
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  8. « Évolution et structure de la population à Torfou en 2008 », sur le site de l'Insee (consulté le 16 juin 2012)
  9. « Résultats du recensement de la population de Maine-et-Loire en 2008 », sur le site de l'Insee (consulté le 16 juin 2012)
  10. Insee, Statistiques locales du territoire de Torfou (49), consultées le 9 juin 2013