Tore Supra

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Tore Supra est un des seuls tokamaks français en activité après l'arrêt du TFR (Tokamak de Fontenay-aux-Roses) et de Petula (à Grenoble). Son nom est dérivé de tore et supraconducteur, car Tore Supra est le seul parmi les grands tokamaks à disposer de bobines (aimants) supraconductrices, permettant de générer un champ magnétique important et sur une longue durée. Il est également le seul tokamak à pouvoir extraire en continu la puissance injectée dans le plasma grâce à des composants face au plasma refroidis par une boucle d'eau pressurisée.[1]

Tore Supra est situé à Cadarache, l'un des sites du CEA. Il a commencé son activité en 1988 et a pour objectif de produire des plasmas de longue durée ; il détient à ce jour le record de durée de fonctionnement pour un tokamak (6 minutes 30 secondes et plus de 1000 MJ d'énergie injectés puis extraits en 2003), et a permis de tester de nombreux équipements (paroi intérieure refroidie activement[réf. nécessaire], bobines supraconductrices) qui seront utilisés dans son successeur : ITER.

Principales caractéristiques[modifier | modifier le code]

  • Grand rayon du plasma : 2,40 m
  • Petit rayon du plasma typique : 0,72 m
  • Volume du plasma : 25 m³
  • Champ magnétique toroïdal maximal, au centre du plasma : 4,2 T (utilisation courante : < 3,8 T )
  • Courant plasma maximal: 1,5 MA
  • Durée potentielle de la décharge : 1000 s
  • Chauffage additionnel du plasma (par ondes HF) : 20 MW (utilisation courante : 10 MW )

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Laurent Sacco, « Iter (1/2) : le Soleil se lève sur la fusion nucléaire avec West », sur futura-sciences.com,‎ 27 septembre 2013 (consulté le 29 septembre 2013).

Liens externes[modifier | modifier le code]