Tordouet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Tordouet
Vue de Tordouet
Vue de Tordouet
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Basse-Normandie
Département Calvados
Arrondissement Lisieux
Canton Orbec
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de l'Orbiquet
Maire
Mandat
Isabelle Rojkoff
2008-2014
Code postal 14290
Code commune 14693
Démographie
Gentilé Tortédictins, Tordouetdictins ou Tordédictins
Population
municipale
271 hab. (2011)
Densité 40 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 03′ 01″ N 0° 19′ 51″ E / 49.0502777778, 0.330833333333 ()49° 03′ 01″ Nord 0° 19′ 51″ Est / 49.0502777778, 0.330833333333 ()  
Altitude Min. 88 m – Max. 181 m
Superficie 6,76 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Calvados

Voir sur la carte administrative du Calvados
City locator 14.svg
Tordouet

Géolocalisation sur la carte : Calvados

Voir sur la carte topographique du Calvados
City locator 14.svg
Tordouet

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Tordouet

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Tordouet

Tordouet est une commune française, située dans le département du Calvados en région Basse-Normandie, peuplée de 271 habitants[Note 1] (les Tortédictins, Tordouetdictins ou Tordédictins).

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Tordouet est un village du Calvados en Basse-Normandie, situé dans le pays d'Auge entre Orbec et Lisieux. Son altitude est de 88 m pour le point le plus bas et 181 m pour le point le plus élevé. Le village est situé dans un environnement vallonné, entouré de forêt et de bocage normand, où l'on trouve élevage (vaches laitières et chevaux) et culture de pomme à cidre. Tordouet est une des communes de l'aire géographique des AOC fromagères camembert de Normandie, livarot, pont-l'évêque et des AOC calvados Pays d'Auge et cidre Pays d'Auge.

Trois ruisseaux, le ruisseau de la Fontaine du Noyer, le ruisseau de la Fontaine Vas et le ruisseau de la Vallée Verrier confluent à la sortie du village pour se jeter plus loin dans l'Orbiquet près de la commune voisine de La Chapelle-Yvon.

Tordouet bénéficie d'un climat tempéré océanique (voir par exemple Lisieux pour l'ensoleillement et les températures).

Communes limitrophes de Tordouet[1]
Saint-Cyr-du-Ronceray Saint-Pierre-de-Mailloc, La Chapelle-Yvon Saint-Martin-de-Bienfaite-la-Cressonnière
Saint-Cyr-du-Ronceray Tordouet[1] Saint-Martin-de-Bienfaite-la-Cressonnière
Fervaques Cernay Saint-Martin-de-Bienfaite-la-Cressonnière

Accès et transports[modifier | modifier le code]

Tordouet est reliée aux agglomérations de Lisieux et Orbec par le réseau des Bus Verts du Calvados (arrêts à Saint-Cyr-du-Ronceray ou La Chapelle-Yvon).

En matière d'axes routiers, Tordouet est reliée, via La Chapelle-Yvon par la RD 519, à Lisieux et Orbec. Par l'A28 puis l'A13, Tordouet est à moins de deux heures de Paris.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Extrait de la carte de Cassini (fin XVIIIe siècle).

L'étymologie couramment acceptée pour Tordouet décompose le mot en Tor-douet avec tors ancienne forme pour tordu, issu du latin tortus, participe passé de torquere, tordre, et douet qui signifie ruisseau en patois normand (origine latine du latin ductus - le conduit). C'est donc le « ruisseau qui fait des détours » ou le « ruisseau sinueux ». Le gentilé de Tordouet dérive de cette étymologie : c'est le Tortedictin - ou la Tortedictine. À noter l'analogie avec Tourouvre (Orne, attesté sous la forme latinisée Tortum Robur au XIIe siècle) « tors rouvre » et Le Torquesne (Calvados) « tors chêne ».

On peut proposer d'autres sens en jouant sur l'élément tort : si tort est attesté dans le sens tordu, en particulier pour un chemin, on trouve aussi, dès le XIIe siècle, tort en tant qu'antonyme de raison. Ce serait le mauvais ruisseau. Mais quel serait le bon ? L'Orbiquet ? On peut tenter une explication en considérant qu'en allant de Lisieux vers Chartres, il existe un détour par Tordouet, en suivant ce ruisseau, qui redescend ensuite sur Bienfaite par une voie romaine ralliant la route principale sur la rive droite de l'Orbiquet. Mais cette explication alambiquée ne peut que difficilement prévaloir sur la précédente.

Un douet est aussi un lavoir en normand - endoueter le lin, c'est laver le lin.

La carte de Cassini (voir ci-contre), qui date de la seconde moitié du XVIIIe siècle, mentionne Tordouet avec un article : Le Tordouet. Cet article, précisément, semble écarter une autre étymologie approximative de "tor" pour "trois" (les trois ruisseaux).

Noter, sur la carte, les trois moulins en aval de Tordouet sur le ruisseau qui rejoint l'Orbiquet au nord-est.

Histoire[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Tordouet

Les armes de Tordouet se blasonnent ainsi :
De sable, au sautoir d'argent cantonné de quatre aiglettes du même.

Elles viennent des armoiries de la famille de Saint-Ouen qui a fait construire le manoir. En réalité, les armes de la famille de Saint-Ouen sont : D'azur, au sautoir d'argent cantonné de quatre aiglettes au vol abaissé de même - donc fond bleu et aiglettes avec ailes en position basse (voir la section Personnalités liées à la commune ci-après).

Édouard de Saint-Ouen avait pour cri "Saucy" qui était le nom d'un de ses ancêtres et dont les armes étaient plus proches de celles de Tordouet : De sable, au sautoir d'argent cantonné de quatre aiglettes au vol abaissé de même. Restait aux aiglettes à redresser leurs ailes.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie.
Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
 ? mars 2001 Pierre Bauche    
mars 2008 Rolande Fouquier    
en cours Isabelle Rojkoff SE Animatrice en milieu scolaire
Les données manquantes sont à compléter.


Le conseil municipal est composé de onze membres dont le maire et deux adjoints.

Démographie[modifier | modifier le code]

Les habitants de Tordouet sont les Tortédictins ou Tordouetdictins[2]. Les anciens de la commune disent Tordédictins.

En 2011, la commune comptait 271 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 2],[Note 3]. Tordouet a compté jusqu'à 1 350 habitants en 1806.

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 275 1 348 1 350 1 295 1 142 1 091 1 045 1 023 963
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
891 929 896 725 676 605 562 501 421
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
385 375 334 279 301 289 296 298 297
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
280 273 245 271 256 293 284 288 276
2011 - - - - - - - -
271 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4])
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Michel.
L'abside romane (XIe siècle).

L'église de Tordouet est dédiée à saint Michel. Du sommet du coteau où elle est bâtie, elle domine les maisons du village et la campagne alentour.

Elle est remarquable par sa tour romane qui date de la fin du XIe siècle qui vaut à l'église son classement en Monument historique[5]. Comme à Touques ou Cottun, cette tour est de forme octogonale dans sa partie haute. Prenant appui sur une base carrée, elle est construite en deux étages octogonaux surmontés d'une flèche en charpente couverte d'essentes en bois de châtaignier.

La tour occupe une position latérale par rapport au reste de l'église, reconstruit au début du XIXe siècle dans un style classique pour l'époque. Cette reconstruction, réalisée pour surseoir un manque de place, correspond chronologiquement au pic démographique de Tordouet, à l'époque faste du froc.

Le plan de l'église romane d'origine est aisé à reconstituer du fait du chœur qui existe toujours. La tour séparait ce chœur de la nef primitive. À l'extérieur, l'abside est découpée en cinq pans droits d'un style très dépouillé avec de petites meurtrières en guise de fenêtres. Noter la corniche qui couronne cette abside et qui est à l'identique de celle du sommet de la tour, donnant une unité à l'ensemble.

L'église Saint-Michel abrite un retable du XVIIe siècle et un tableau (le Christ en croix rédempteur de l'univers) du même siècle classés à titre d'objets aux Monuments historiques[6].

Le manoir[modifier | modifier le code]

Au-dessous de l'église, sur la pointe nord du coteau, se trouve le manoir de Tordouet, inscrit aux Monuments historiques[7].

Il a été édifié à l'origine par Olivier de Saint-Ouen vers 1520 (voir la section Personnalités liées à la commune ci-après), puis agrandi vers la fin du XVIe siècle. On note sur les façades est et ouest des différences entre la partie ancienne et la seconde partie. Ces différences sont marquées à la fois par les murs du rez-de-chaussée et les pans de bois de l'étage.

Le rez-de-chaussée est réalisé en pierres. Il met en œuvre de gros moellons de pierre calcaire et des silex maçonnés. Dans la partie ancienne, moellons et silex alternent en bandes horizontales alors que dans l'extension, ils sont disposés en damiers. On retrouve cette structure en damiers dans un bâtiment annexe au manoir (cf. photographie).

L'étage est réalisé en pan de bois, en encorbellement par rapport au rez-de-chaussée. Là encore parties ancienne et nouvelle diffèrent avec respectivement des croix de saint André et des potelets verticaux. Le hourdis est fait de tuileaux ou de torchis enduit.

Le mur nord est consolidé d'un contrefort. La toiture, en tuile, est dissymétrique et de forte pente.

Sur le côté sud, une petite aile jouxte le bâtiment principal sur un seul niveau. Le mode de construction est identique à celui du rez-de-chaussée de l'extension du manoir et date probablement de la même époque.

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

La famille de Saint-Ouen[8][modifier | modifier le code]

Armes de la famille de Saint-Ouen.

La famille de Saint-Ouen est importante à deux titres pour Tordouet : elle est à l'origine de la construction du manoir de Tordouet et le village tire son blason des armes des Saint-Ouen.

Cette famille prend son nom d'un fief situé dans l'élection d'Arques (maintenant Saint-Ouen-sous-Bailly, près d'Envermeu en Seine-Maritime). On trouve la trace d'un Gilbert de Saint-Ouen en 1103. Une branche de cette maison aurait suivi Guillaume de Normandie à la conquête de l'Angleterre en 1066 et s'y serait fixée.

La filiation de ceux qui nous intéressent ici est établie depuis Guillaume de Saint-Ouen, seigneur de Saint-Ouen qui vit au milieu du XIIe siècle. Six générations plus tard, on trouve Jean de Saint-Ouen, seigneur de Saint-Ouen, de Douville, etc. et vicomte d'Orbec, bailli de Caux, qui servit dans l'armée de Charles VI. Jean est le père d'Édouard, premier de la famille à devenir seigneur de Tordouet.

La suite de l'article présente la généalogie des Saint-Ouen, seigneurs de Tordouet, depuis le milieu du XVe siècle jusqu'à la seconde moitié du XVIIe siècle :

  1. Édouard - ou Odon - de Saint-Ouen, seigneur de Douville, épouse en 1453 Jeanne du Buisson, dame de Tordouet, de Rochères, de la Chapelle-Yvon et de Mailloc, fille de Henri du Buisson, seigneur de Tordouet. Tordouet entre donc dans la famille de Saint-Ouen par alliance. De ce mariage est issu René de Saint-Ouen, seigneur d'Ouville, qui épouse en 1480 Marguerite de l'Estandart et dont est issu le suivant.
  2. Olivier de Saint-Ouen, chevalier, seigneur de Tordouet. C'est lui qui fait construire le manoir de Tordouet. Il épouse, en 1515, Madeleine de Mannoury fille de Guillaume de Mannoury et de Madeleine Stuart, descendante de la maison royale d'Écosse. De ce mariage est issu Gabriel de Saint-Ouen, seigneur de la Forêt-Auvray, qui épouse Marguerite d'Harcourt, dont est issu le suivant.
  3. Olivier de Saint-Ouen, seigneur de Tordouet. Il épouse, en 1568, Prégente de Vassy.
  4. Jacques de Saint-Ouen, seigneur de Tordouet. Calviniste, il abjure le 21 mars 1585 et s'allie avec Anne de Morais en 1594.
  5. Jean de Saint-Ouen, seigneur de Tordouet, de Magny, de Mondesert, de Fresnay-sur-Mer, etc. Il épouse, en 1617, Adrienne de Warignies.
  6. Tannegui de Saint-Ouen, seigneur de Tordouet, de Magny et de Fresnay-sur-Mer. Il épouse Hélène de Briqueville. Il est vivant en 1666. C'est le dernier Saint-Ouen seigneur de Tordouet.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2011.
  2. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  3. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  • Altitudes, coordonnées, superficie : IGN[9].
  1. « Géoportail (IGN), couche « Limites Administratives » activée »
  2. « habitants.fr - Tordouet » (consulté le 5 mai 2011)
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011
  5. « Eglise », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  6. « Œuvres mobilières à Tordouet », base Palissy, ministère français de la Culture.
  7. « Ancien manoir », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  8. Archives généalogiques et historiques de la noblesse de France - M.Lainé - 1830
  9. « Tordouet sur le site de l'Institut géographique national » (archive Wikiwix)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :