Toque (capoeira)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Toque, Toque (équitation) et Toque (football).

En capoeira, un toque est un rythme joué par les instruments de la roda. Il y a donc des toques de berimbau, d'atabaque, et de pandeiro.

Toques de berimbau[modifier | modifier le code]

Le berimbau dicte la manière de jouer en fonction du toque interprété. Certains toques existent depuis longtemps, d'autres ont été créés plus récemment, parmi lesquels il y en a qui ont été associés à des styles de jeu qui leur sont antérieurs. En capoeira regional on ne joue qu'avec un berimbau, mais dans les autres genres de capoeira dans lesquels on utilise plus d'un berimbau, le médio joue souvent un toque "contraire" au toque principal, c'est le contra-toque.

Il est repris ici une liste des toques les plus connus, avec leur transcription phonétique et leur contra-toque s'il en existe un:

Angola[modifier | modifier le code]

C'est le toque spécifique de la Capoeira Angola. C'est le plus couramment utilisé. Il dirige la bateria de "angola". Il convient pour un jeu proche du sol, malicieux, expressif, théâtral et surtout spontané. Il est utilisé pour accompagner la ladainha, la chula et les chansons de Capoeira Angola. Dans ce rythme, on ne tape pas dans les mains.

Dans beaucoup de groupes de capoeira contemporaine, le jeu d'Angola n'est accessible qu'aux gradés car le poids culturel, rituel... peut mettre du temps à être assimilé.

Transcription: tch-tch DOM DIM (On repose la calebasse contre le ventre pour étouffer le "DOM" avant de la redécoller pour le "DIM". On fait aussi parfois vibrer la caxixí en dernier temps)

Contra-toque: São Bento pequeno ou São Bento grande de Angola

São Bento pequeno[modifier | modifier le code]

Il est utilisé pour un jeu de dentro léger, agile, un jeu d’exhibition technique très peu répandu en Europe. C’est un toque intermédiaire entre le toque de Angola et São Bento Grande de Angola.

Il est aussi joué comme contra-toque par le médio dans le toque de Angola.

Transcription: tch-tch DIM DOM

São Bento grande de Angola[modifier | modifier le code]

C'est le toque le plus rapide de la Capoeira Angola. Le toque de São Bento Grande de Angola est utilisé pour un jeu d’Angola plus rapide et décisif, un jeu libéré et moins proche du sol que l’Angola, avec éventuellement des floreios (mouvements esthétiques).

Il est aussi joué comme contra-toque par le médio dans le toque de Angola.

Transcription: tch-tch DIM DOM DOM

São Bento grande da Regional[modifier | modifier le code]

C’est le toque le plus connu de la Capoeira Regional. Il a été créé par Mestre Bimba et caractérise un jeu très rapide, viril et agile, un jeu d'attaques-réponses, un jeu ferme et décisif dans lequel les coups sont forts et explosifs.

C'est le rythme le plus souvent associé à la regional (à tel point qu'on pense parfois que Regional = São Bento Grande de Regional). Il autorise les coups de pieds de ligne et les coups "traumatisants", ce qui en fait le type de jeu le plus effectif en combat.

Le São Bento Grande de Regional est le toque que l’on joue quand le rythme s’accélère ou quand le jeu devient plus agressif. Il est aussi très utilisé dans les démonstrations publiques, les rodas de rue, les événements... et est idéal pour les chansons énergiques.

Transcription: tch-tch DOM DOM DIM

Contra-toque: tch-tch DIM DIM DOM

Benguela[modifier | modifier le code]

Autrefois prononcé "Banguela", le nom Benguela est issu de celui d'une province à l'ouest de l'Angola.

Ce toque a été créé par Mestre Bimba. Le jeu qui correspond à ce rythme n'avait pas été très développé à son époque, mais Bimba le définissait comme un jeu "de dentro", imbriqué et très technique, destiné à enseigner aux élèves à fermer le corps contre les attaques d'armes blanches. Mestre Camisa, du groupe Abadá-Capoeira, a fait des recherches et a travaillé pendant plusieurs années pour créer une version contemporaine du jeu de Benguela: il est le plus lent de la Capoeira Regional et caractérise un jeu beau et malicieux, assez proche du sol. Il est, avec le São Bento Grande de Regional, l’un des toques les plus souvent utilisés dans la capoeira contemporaine.

La particularité de la Benguela est de "transformer" les mouvements pour se sortir des blocages de façon fluide. C'est ce qui en fait le style de jeu le plus technique de la Capoeira Regional, le plus difficile à jouer. En benguela, les coups "agressifs" (avec choc) ne sont pas admis (comme martelo, ponteira...). Aucun coup de pied ne peut en théorie dépasser la hauteur de la taille, et on fait le moins de ginga possible.

Transcription: tch-tch DOM DIM DIM

Contra-toque: tch-tch DIM DIM DOM

Iúna[modifier | modifier le code]

Ce toque de la Capoeira Regional a vraisemblablement été créé par Mestre Bimba, qui affirmait s'être inspiré du chant de l'oiseau Loudspeaker.svg écouter dont il porte le nom, "iúna". Il l'avait créé à la base pour développer un jeu esthétique proche du sol, étant donné que ces élèves avaient plutôt l'habitude de jouer debout. Actuellement beaucoup de gens le jouent de façon acrobatique, ce qui est une vraie dérive, mais à présent on distingue iúna lento, medio, rápido... pour un jeu de floreios au sol, intermédiaire, ou acrobatique.

C’est un jeu qui se caractérise principalement par son côté esthétique mais sans pour autant oublier la technique. Les mouvements doivent être amples, souples, moins méfiants, CONTRÔLÉS (ce n'est pas le rythme dans lequel on essaye des mouvements qu'on ne maîtrise pas), et le jeu exige une coordination parfaite des mouvements, qui est seulement acquise après de nombreuses années de pratique. C'est pourquoi il n'est réservé qu'aux capoeiristes gradés.

À l'époque de Bimba, seuls LES PLUS avancés y avaient accès, ce qui revient à dire que c'était le jeu des contra-mestres. C'est pourquoi on doit le jouer avec respect. Il est généralement utilisé dans les cérémonies ou à la fin d'une roda. Dans ce rythme, on ne chante pas.

Le terme iúna vient du nom abrégé de l'oiseau, "inhuma" ou "anhuma", de la famille des Anhimidés. Le mot vient du Tupi ña 'um, qui signifie "oiseau noir". Le nom français de cet oiseau est le kamichi cornu (Anhima cornuta).

Contra-toque: Le médio joue en contre-temps. Quand le gunga joue calebasse collée, le médio doit jouer le rythme calebasse décollée et vice-versa

Cavalaria[modifier | modifier le code]

C'est le toque d'alerte. À l’époque de l'esclavage, ce toque était utilisé pour informer aux capoeiristes l'arrivée de l'administrateur et, pendant la République (quand la capoeira fut interdite), les capoeiristas utilisaient la "cavalaria" pour prévenir l'arrivée de la police montée, la cavalerie. Quand il entendaient ce toque pendant leur entraînement au combat, ils se dispersaient ou transformaient leur jeu en dansant la Samba ou en faisant des floreios, pour laisser croire qu'il ne s'agissait que d'un amusement. Dans certains groupes, on utilise maintenant ce toque pour informer le danger dans le jeu, la violence et la discorde à éviter. Il existe deux toques de Cavalaria. Le plus couramment utilisé est celui qui a été créé par Mestre Bimba, mais il existe un autre, sans doute plus ancien, qui est davantage utilisé en Angola.

Transcription de la Cavalaria de Regional: tch-tch DOM DIM DOM

Transcription de la Cavalaria de Angola: tch-tch DOM tch-tch DOM tch-tch DOM DOM DOM DOM

Amazonas[modifier | modifier le code]

C’est un toque de Capoeira regional créé par Mestre Bimba, mais le jeu qui lui a été assigné a été créé par Mestre Camisa. Le toque d'Amazonas caractérise un jeu où l'on imite le mouvements des animaux. Il y a certains animaux et déplacements de base mais on ne se limite pas qu'à ça, et la créativité des joueurs peut donner lieu à des trucs inédits, tant que l'expression de l'animal imité y est. Au niveau du jeu, il n'y a pas de ginga; la "rapidité" est la même que pour la benguela, les coups de pied utilisés aussi. Mais il y a une grande différence. Contrairement à la benguela où l'on ferme son corps quand l'adversaire tente de pénétrer, ici le jeu doit être ouvert. C'est un jeu imbriqué, où les partenaires doivent passer l'un en dessous de l'autre, au-dessus, par les côtés; entre les jambes, les bras... tout en bougeant comme un animal.

Transcription: tch-tch-tch-DOM tch-tch-DOM-DIM tch-tch-tch DOM DOM DIM

Santa Maria (da Regional)[modifier | modifier le code]

(Également appelé "Apanha Laranja no chão, tico-tico") Ce toque a été créé par Mestre Bimba, mais celui-ci le nommait "Hino da Capoeira Regional" (Hymne de la Capoeira Regional) et ne lui avait pas attribué une manière de jouer. Il est à présent associé à un jeu qui existe depuis longtemps: C'est un jeu qui était commun aux fêtes de Santa Barbara, où un tournoi était organisé pour attraper une récompense placée au milieu de la roda. On début on posait de l'argent à même le sol puis, pour des raisons d'éthique et d'hygiène, on l'a mis dans une toile blanche. Actuellement, on le joue en plaçant un objet (généralement un caxixí) au milieu de la roda, que l'on doit attraper avec les dents. Celui qui le ramasse a gagné. L'adversaire doit l'empêcher en le bloquant, sans déplacer l'objet, ce qui en fait un jeu très technique. Autrefois, on n'hésitait pas à frapper la tête qui s'approchait du butin, c'est pourquoi on doit jouer prudemment en Santa Maria, au cas où...

On ne chante normalement pas dans ce rythme, mais il arrive qu'on utilise la chanson "Apanha Laranja no chão, tico-tico" pour accompagner le jeu. On ne sait pas trop pourquoi on lui a donné le nom de "Santa Maria", mais on pense que ça vient de la ressemblance de mélodie qu'il y a entre les chansons "Apanha laranja no chão, tico tico" et "Santa Maria, Mãe de Deus...". Paradoxalement, en Capoeira Regional, Bimba appelait "Santa Maria" le jeu de Capoeira Angola.

Transcription: tch-tch DOM DOM DOM DOM DOM DOM DOM DIM DOM DIM, tch-tch DIM DIM DIM DIM DIM DIM DIM DOM DIM DOM

Contra-toque: tch-tch-DOM tch-tch-DOM tch-tch-DOM... ou jouer l'inverse du gunga (pierre collée plutôt que décollée de l'arame, et vice-versa)

Santa Maria (de Angola)[modifier | modifier le code]

Le toque de Santa Maria de Angola a été créé par Mestre Bimba et correspond à un jeu qui se jouait autrefois avec des couteaux ou des machettes.

Transcription: tch-tch-DOM DIM-DOM-DIM

Idalina[modifier | modifier le code]

C'est un toque créé par Mestre Bimba, mais il n'a pas eu le temps d'en définir les principes de jeu. On l'associe maintenant à un jeu qui était jadis pratiqué pour des affrontements mortels, avec des rasoirs ou des couteaux, au pied ou à la main. Les maltas qui s'affrontaient mettaient généralement un foulard en soie autour du cou au cas où une lame viendrait s'y attaquer, pour qu'elle y reste coincée.

Transcription: tch-tch DOM DOM DIM DOM DOM DOM DIM, tch-tch DOM DOM DIM DOM DOM tch-tch-DIM

Samba de Roda[modifier | modifier le code]

Ce toque utilisé pour la Samba de Roda est généralement joué après la roda pour se reposer et décontracter l'ambiance. C'est sur ce rythme que le capoeiriste montre son talent à danser la samba : mouvement souple de la ceinture et regard attentif envers son/sa partenaire. Dans la Samba de Roda, on danse à deux ou en groupe et, en Samba Duro, il est permis de se faire tomber en dansant avec des bandas, balayages...

La Samba de Roda était pratiquée par les esclaves pour se divertir, ou parfois pour masquer leur entraînement à la Capoeira, et a donné naissance à la Samba moderne.

Transcription: tch-tch-DOM tch-tch-DOM tch-tch DOM-DOm\ DOM-DOM

Lamento[modifier | modifier le code]

C'est le toque funèbre, utilisé en cas de décès d'un proche, pour les funérailles... Chez Mestre Bimba et dans d'autres académies, on commençait parfois la roda avec un toque de Lamento. On ne joue pas sur ce rythme.

Transcription: tch-tch DIM, tch-tch DIM, tch-tch DIM-DOM-DOM

Jogo de Dentro[modifier | modifier le code]

Le toque de Jogo de Dentro est un toque de Capoeira de Angola qui, comme son nom l'indique, caractérise un jeu très imbriqué dans un espace de roda très réduit.

Transcription: tch-tch DIM DOM DIM

Jogo de Fora[modifier | modifier le code]

Le toque de Jogo de Fora est un toque de Capoeira de Angola qui caractérise un jeu debout où l'on ne peut poser les mains au sol.

Transcription: tch-tch DIM DIM DOM

Miudinho[modifier | modifier le code]

Le toque de Miudinho a été créé par Mestre Suassuna, en accélérant celui du "Jogo de Dentro". C'est un rythme entre Angola et Regional qui caractérise un jeu rapide, proche, petit, sans contact, dans un espace réduit. C'est un jeu pour s'amuser, un jeu dansant où l'on travaille le swing, la souplesse, l'esthétique.

Maître Suassuna a expliqué qu'il a créé le miudinho parce qu'il trouvait que les capoeiristes commençaient à jouer trop loin. Il a alors dit "non, non, non, jouez petit, miudinho" et a créé ce rythme pour les entraîner à jouer très proche.

Transcription: tch-tch DIM DOM DIM

Samango[modifier | modifier le code]

C’est un toque créé par Mestre Canjiquinha, semblable au toque de Cavalaria de Angola. Il caractérise un jeu de Dentro dans lequel on ne joue que sur le côté, en utilisant les esquives et les coups latéraux. On peut également créer d'autres restrictions (ne jouer que de dos, uniquement avec les pieds…) Visuellement proche des combats de taekwondo.

Transcription: tch-tch DOM tch-tch DOM tch-tch DOM DOM DOM DOM

Muzenza[modifier | modifier le code]

Toque originaire du Candomblé, créé par Mestre Canjiquinha (sa mère et sa sœur étaient dans le candomblé). Il l'avait entendu et est rentré chez lui pour le jouer au berimbau, et s'est longtemps entraîné devant le miroir pour trouver un jeu qui allait avec. Il se joue en montrant du dédain pour son adversaire.

Transcription: tch-tch-DOM tch tch DOM tch DOM, tch-tch-DOM tch DOM-DIM, DOM-DOM

Dandara[modifier | modifier le code]

Toque créé par Mestre Acarajé en hommage aux femmes qui pratiquent la Capoeira. Dandara était une amoureuse de Zumbi, le roi du Quilombo dos Palmares. Ce rythme se caractérise par un jeu esthétique et acrobatique, avec des mouvements de dextérité corporelle, individuellement ou par deux.

Transcription: tch-tch DOM tch DIM

Toques de atabaque[modifier | modifier le code]

Toques de pandeiro[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]