Top Job!

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Top Job! ou La Promotion au Québec (The Promotion) est un film américain écrit et réalisé par Steve Conrad, sorti en 2008.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Deux candidats pour un poste de direction d'un supermarché, à Chicago, s'opposent pour obtenir le poste. Un des candidats, John C. Reilly, tient le rôle d'un québécois nouvellement arrivé à Chicago.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Source et légende : Version québécoise (V.Q.) sur Doublage Québec[1].

Analyse[modifier | modifier le code]

Cette comédie (produite par le cinéma américain dit 'indépendant') met en cause deux opposants qui sont tous deux ambitieux d'obtenir le même poste.

Un des points particuliers de ce film tient en ce que le film n'entre pas dans une opposition comique entre un 'bon' et un 'mauvais', mais présente bien deux individus en compétition, sur fond comique et dramatique. La référence 'québécoise' aurait été choisi pour une prise de conscience sur la culture américaine, pour un spectateur américain, mais sans nécessairement impliquer de particularités propres à la culture québécoise, autrement qu'afin d'apporter un certain exotisme.

Un autre défi du film est d'amalgamer harmonieusement les moments réellement hilarants aux moments plus dramatiques. Steve Conrad confie que son film est un peu sur le modèle de ceux de Chaplin où le comique est utilisé tout en portant à une certaine réflexion sur un sujet sérieux. Pour "La promotion", l'aspect sérieux sous-jacent à cette comédie gravite autour des conditions de certains emplois intermédiaires, et ingrats, dans notre structure sociale. En effet, Steve Conrad avoue avoir pensé à son film après avoir vu un assistant gérant dont un peu tout le monde ne se préoccupait guère: du gang de rue qui gène l'accès au commerce et qu'on doit convaincre de se disperser avec un 'et que peut-on faire pour vous être agréable aujourd'hui', au patron qui assigne des tâches sans être conscient qu'il ne donne pas les moyens pour accomplir ce qui est demandé, sans oublier le concierge ou l'agent de sécurité qui ne voient en l'assistant qu'un patron de seconde classe, pas assez futé pour être le véritable patron. Steve conclue que son film est un peu à propos de ces emplois qu'on occupe, mais dont personne n'a jamais rêvé occuper.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Fiche du doublage québécois du film » sur Doublage Québec, consulté le 26 novembre 2014

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]