Too big to fail

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Too Big to Fail : Débâcle à Wall Street.

« Too big to fail » (« trop gros pour faire faillite »[1]) est un concept économique qui décrit la situation d'une banque ou toute autre institution financière dont la faillite aurait des conséquences systémiques désastreuses sur l'économie et qui par conséquent se retrouve renflouée par les pouvoirs publics dès lors que ce risque de faillite est avéré.

Les principaux acteurs du système financier international prennent des risques importants tout en sachant pertinemment qu'ils seront sauvés de la banqueroute le cas échéant par ce que les gouvernements appellent des « plans de sauvetage » financés par les contribuables. Une réforme du système financier, initiée par Barack Obama en avril 2010 et concrétisée en particulier par le Dodd–Frank Wall Street Reform and Consumer Protection Act, vise notamment à limiter la taille des banques.

Exemple[modifier | modifier le code]

Le cas de l'assureur AIG lors de la crise des subprimes illustre ce phénomène. Il a été renfloué par le gouvernement américain pour éviter que sa faillite ne cause des pertes de l'ordre de 3 200 milliards de dollars au sein du système financier international. Sa faillite aurait entraîné celle de nombreux établissements bancaires avec lesquels il était lié.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Maureen O'Hara et Wayne Shaw«, Deposit Insurance and Wealth Effects: The Value of Being "Too Big to Fail" », The Journal of Finance, vol. 45, n° 5 (déc. 1990), p. 1587-1600. [lire en ligne]
  • (en) George G. Kaufman, « Are Some Banks Too Large to Fail? Myth and Reality », Contemporary Policy Issues, vol. 8, 1990.