Tony Tollet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Tollet.

Tony Tollet

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Tony Tollet en 1897.[réf. nécessaire]

Nom de naissance Jean-Jules-Antoine Tollet
Naissance 6 novembre 1857
Lyon
Décès 25 janvier 1953 (à 95 ans)
Lyon
Nationalité Drapeau de la France France
Activités Artiste peintre
Formation École nationale des beaux-arts de Lyon
École nationale supérieure des beaux-arts de Paris
Maîtres Michel Dumas
Alexandre Cabanel
Luc-Olivier Merson
Albert Maignan
Élèves Jean Puy
Récompenses Second prix de Rome en peinture de 1885
Prix de Paris

Œuvres réputées

Le Denier de la veuve

Tony Tollet[Note 1], né le 6 novembre 1857 à Lyon, où il est mort le 25 janvier 1953, est un peintre français de l'école de Lyon.

Biographie[modifier | modifier le code]

Tony Tollet voit le jour au 19 de la rue Bourgelat dans le quartier d'Ainay. Sa jeunesse est marquée par une maladie qui l'immobilise. C'est à cette époque qu'il apprend le dessin. En 1864, il offre à son père une Tête de Romulus au crayon noir.

En 1873, il entre à l'École des beaux-arts de Lyon où il a pour maîtres Jean-Baptiste Danguin en classe de modèles vivants, et Michel Dumas[Note 2] en classe de peinture.

En 1879, il obtient le prix de Paris qui lui permet de passer plusieurs années à l'École des beaux-arts de Paris dans les ateliers de peintres[1] comme Alexandre Cabanel, Luc-Olivier Merson et Albert Maignan. Il devient un ami intime de la famille Flandrin.

Le deuxième grand prix de Rome lui est décerné en 1885 pour Thémistocle au foyer d'Admète, acquis par la préfecture du Rhône.

Revenu à Lyon en 1889 auprès de sa mère malade, il s'y installe définitivement, au 19 rue Bourgelat et en 1890, il épouse Jeanne Pailleux[2]. De cette union naissent six enfants[3]. Il exécute les portraits de personnalités lyonnaises. Tony Tollet enseigne le dessin au cours municipal de la Guillotière, puis au petit Collège où ses élèves sont Raoul Servant, Louis Bertola, Marcel Renard, Jean Puy, Victorine Bouvier, Madeleine Plantey, Marie-Louise Chabert-Des-Nots (sa fille aînée). Son grand atelier de la rue Bourgelat devient un lieu de rencontre artistique et deux fois par semaine se transforme en cours.

En 1909, son atelier est détruit par un incendie[1] au cours duquel un grand nombre d'œuvres sont détruites. Édouard Herriot, alors maire de Lyon, vint lui-même constater l'ampleur du sinistre.

Tony Tollet peint jusqu'en 1942. Il est directeur honoraire des cours municipaux de dessin de Lyon, président honoraire de la Société lyonnaise des beaux-arts, ancien président de l'Académie des sciences, belles-lettres et arts de Lyon, président de la Société de secours aux artistes lyonnais et président fondateur de l'Union des Sociétés artistique de Lyon, lorsqu'il meurt le 25 janvier 1953[4].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Peintures[modifier | modifier le code]

  • 1896 - La Mort d'Artur ou La Mort d'Artus; obtient une médaille au Salon lyonnais des beaux-arts la même année. Achetée par la faculté de Droit de Lyon.

Collections publiques[modifier | modifier le code]

Expositions[modifier | modifier le code]

  • 1882 - Exposition universelle de Lyon
  • 1882 - Exposition à Tunis

Prix[modifier | modifier le code]

  • 1878 - Médaille d'Honneur de l'École des beaux-arts de Lyon
  • 1879 - Prix de Paris de l'École des beaux-arts de Lyon
  • 1882 - Médaille d'Or à l'Exposition de Lyon
  • 1882 - Prix Dupasquier par l'Académie de Lyon De la coupe aux lèvres
  • 1882 - Grande Médaille à Tunis
  • 1879 - Prix de Paris
  • 1885 - Second Prix de Rome (Hôtel du Département du Rhône)
  • 1896 - Médaille d'honneur du Salon lyonnais des beaux-arts pour La Mort d'Arthur
  • 1909 - 3e médaille au Salon des artistes français
  • 1936 - Médaille d'or du Salon lyonnais des beaux-arts

Décorations[modifier | modifier le code]

Élèves[modifier | modifier le code]

Hommages[modifier | modifier le code]

  • Une rue de Lyon porte son nom, la rue Tony-Tollet[6].
  • Une Association Tony Tollet est créée le 13 juin 2008 pour mettre en lumière l'œuvre de l'artiste.
  • Une fresque de CitéCréation lui rend hommage rue Pareille à Lyon, à proximité de la Fresque des Lyonnais.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Né Jean-Jules-Antoine Tollet.
  2. Élève d'Ingres.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Tony Tollet » (consulté le 7 février 2010).
  2. « Famille Tollet » (consulté le 7 février 2010).
  3. « Famille Tollet » (consulté le 7 février 2010).
  4. (fr) (en) Alain Vollerin, Tony Tollet, d'Ingres à Manet, Lyon, Éditions Mémoire Des Arts,‎ 2008, 160 p. (ISBN 978-2912544438), p. 26 et 148.
  5. Ouvrage collectif, Richesses touristiques et archéologiques du canton de Miribel : Miribel, Beynost, Neyron, Saint-Maurice-de-Beynost, Thil,‎ 1995, 207 p. (ISBN 2-907656-27-9), p. 42. Consulté le 10 octobre 2012.
  6. Rue Tony-Tollet sur le site web Rues de Lyon. .

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (fr) (en) Alain Vollerin, Tony Tollet, d'Ingres à Manet, Lyon, Éditions Mémoire Des Arts,‎ 2008, 160 p. (ISBN 978-2912544438) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Patricia Bollard, Tony Tollet dépliant sur l'artiste édité par l'Association Tony Tollet à Ecully

Liens externes[modifier | modifier le code]