Tonalisme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le tonalisme (1880-1915) est un style artistique de peinture de paysage qui a émergé dans les années 1880, pour décrire des toiles « tonales » de peintres américains, c'est-à-dire dont l’atmosphère semble colorié ou sous la brume. Entre 1880 et 1918, des tons sombres et neutres comme le gris le brun ou le bleu ont souvent dominé les compositions des artistes qui étaient associé à ce style.

Durant la fin des années 1890, les critiques américains ont commencé d’utiliser le terme « tonale » pour décrire ces œuvres. Son principal représentant américain fut George Inness (1825-1894) dont les paysages montrent la bonté de la nature[1], ce qui témoigne de liens avec l'Hudson River School. Le deuxième peintre de premier plan étaient fut James McNeill Whistler.

Il est directement influencé par l'école de Barbizon[2],[3], et le mot même "tonalisme" est aussi utilisé pour décrire des paysages américains inspirés par cette école.

Selon Bram Dijkstra (en), « L'art tonaliste s'était développé à partir des principes des transcendantalistes américains des années 1840 [...] Ces transcendantalistes ainsi qu'Orestes Brownson l'a souligné, avaient refusé de se fier à la raison seule pour expliquer le sens de l'être [...]. Le tonalisme [...] se différenciait des autres formes de la peinture paysagiste, d'abord en raison de l'importance accordée à la contemplation philosophique des analogies émotionnelles entre les humeurs de la nature et la condition spirituelle de l'humanité. »[4]

Le tonalisme s’est effacé face à l’impressionnisme et l’art Moderne.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Les toiles tonalistes montrent un mode contemplatif, mettent à nu les équivalences entre les lignes, une géométrie mystérieuse du paysage, les volumes, le lien entre l'espace et le pictural, les couleurs du paysage et les modulations de l'âme.

Par exemple, avec Georgia O'Keeffe : « Dans certaines toiles telles Site noir, gris et rose (Black Place, Grey and Pink, 1949, oil on canvas, Georgia O'Keeffe Museum, Santa Fe), l'objet représenté est une abstraction de la colline réduite à sa structure fondamentale. Une ligne épaisse concave suggère une colline. »[5]

Principaux représentants[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Janine Marzi, Les États-Unis, Turin, Larousse, 1967, (ISBN 2030531065), p. 125
  2. Avery, Kevin J. & Fischer, Diane P. « American Tonalism: Selections from the Metropolitan Museum of Art and the Montclair Art Museum », in Burlington Magazine, Vol. 142, No. 1168, July, 2000. p. 453
  3. (en) Kevin J. Avery, « The Hudson River School », The Metropolitan Museum of Art (consulté le 03-04-2010)
  4. Bram Dijkstra, Georgia O'Keeffe and the Eros of Place, Princeton University Press,‎ 1998, p. 21-23 (Passage traduit par J. Belgodère dans « Terre et territoire : les paysages du Nouveau Mexique dans la peinture de Georgia O'Keeffe (1997-1986) » (« Land and territory : New-Mexico landscapes in the painting of Georgia O'Keeffe ») dans : Bertrand de La Roncière, Land and territories: challenges and changes in the Pacific rim countries, Harmattan,‎ 2003 (ISBN 2747544222), p. 156.) Lire sur Google Book
  5. J. Belgodère, « Terre et territoire : les paysages du Nouveau Mexique dans la peinture de Georgia O'Keeffe (1997-1986) » (« Land and territory : New-Mexico landscapes in the painting of Georgia O'Keeffe ») dans : Bertrand de La Roncière, Land and territories: challenges and changes in the Pacific rim countries, Harmattan,‎ 2003 (ISBN 2747544222), p. 156. Lire sur Google Book

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]