Tomomi Nishimoto

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Tomomi Nishimoto (西本智実?) est une chef d'orchestre japonaise née à Osaka le 22 avril 1970.

Biographie[modifier | modifier le code]

Elle reçoit des leçons de piano de sa mère [note 1] dès l'âge de trois ans[1]. Après l'obtention de son diplôme de composition musicale à l'université de musique d'Osaka en 1994, elle est admise au conservatoire Rimski-Korsakov de Saint-Pétersbourg[2].

Même si elle a l'expérience de la conduite d'opéra pendant ses années à l'université de musique d'Osaka en tant que vice-conducteur[1], sa carrière officielle de chef commence en 1998 avec l'orchestre symphonique de Kyoto[2]. Elle a depuis dirigé de nombreux orchestres japonais célèbres et a reçu divers prix, tels le prix Idemitsu (1999), la médaille St. Stanislav (1999) et le prix Sakuya Konohana (2000)[2].

Sa carrière professionnelle en Russie commence en 1999 quand elle dirige l'orchestre philharmonique de Saint-Pétersbourg[3]. En 2002, elle est nommée chef d'orchestre de l'orchestre symphonique « millennium » du Bolchoï[1]. Par ailleurs, elle est principale chef invitée du théâtre français de Saint-Pétersbourg (20042006), et a également été nommée chef principale et directrice artistique de l'orchestre symphonique russe de la Fondation Tchaïkovski (20042007)[4]. En 2005, elle dirige la première représentation publique de la symphonie inachevée de Tchaïkovski[5].

Activités récentes[modifier | modifier le code]

Nishimoto est active en Europe en 2007 puisqu'elle dirige l'orchestre Bruckner de Linz (en) au Brucknerhaus (en) en Autriche[4]. Par la suite, elle dirige de nombreux orchestres européens tels que l'orchestre philharmonique de Monte-Carlo, l'orchestre philharmonique royal, l'orchestre philharmonique de Budapest, l'orchestre philharmonique George Enescu de Roumanie, l'orchestre de chambre de Lituanie (en) et l'orchestre symphonique national de Lettonie (en)[4]. En plus de ses activités avec les orchestres, Nishimoto collabore également avec l'Opéra d’État de Prague et l'Opéra d'État hongrois en tant que dirigeante d'opéra[3].

Remarques[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Sa mère est diplômé de chant au collège et donne des leçons de piano à son domicile[1].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Ishiguro, Kana. "Leading the way", The Japan Times, 22 janvier 2003. Consulté le 16 avril 2010
  2. a, b et c "NEC Navigates JAPAN'S CLASSICAL MUSIC ARTISTS" Consulté le 16 avril 2010
  3. a et b "Latvian National Symphony Orchestra Official Website" Consulté le 16 avril 2010
  4. a, b et c "Tomomi Nishimoto Official Website" Consulté le 2012-09-30
  5. "His final symphony, according to the master's plan", The Sydney Morning Herald, 10 février 2005. Consulté le 16 avril 2010
  6. "100 Most Respected Japanese (世界が尊敬する日本人100人)" Newsweek Japan, 18 octobre 2006
  7. "World Economic Forum-Tomomi Nishimoto" Consulté le 11 avril 2011
  8. "Best Dresser Awards 2009" (Japanese) Consulté le 16 avril 2010

Liens externes[modifier | modifier le code]

Source de la traduction[modifier | modifier le code]