Tombeau de Chateaubriand

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Tombeau de Chateaubriand
Le tombeau sur le Grand Bé
Le tombeau sur le Grand Bé
Présentation
Date de construction 1838
Propriétaire Chateaubriand / Ville de Saint-Malo
Destination actuelle Tombeau
Protection Logo monument historique Classé MH (1954)
Géographie
Pays France
Région Bretagne
Localité Saint-Malo
Localisation
Coordonnées 48° 39′ 11″ N 2° 01′ 59″ O / 48.65299, -2.03318648° 39′ 11″ Nord 2° 01′ 59″ Ouest / 48.65299, -2.033186  

Géolocalisation sur la carte : Saint-Malo

(Voir situation sur carte : Saint-Malo)
Tombeau de Chateaubriand

Géolocalisation sur la carte : Ille-et-Vilaine

(Voir situation sur carte : Ille-et-Vilaine)
Tombeau de Chateaubriand

Géolocalisation sur la carte : Bretagne

(Voir situation sur carte : Bretagne)
Tombeau de Chateaubriand

Le tombeau de Chateaubriand est le tombeau où est enterré François-René de Chateaubriand, célèbre écrivain français né à Saint-Malo le 4 septembre 1768 et mort à Paris le 4 juillet 1848. Il est situé sur l'îlot du Grand Bé (presqu’île accessible à marée basse), à Saint-Malo, sa ville natale. Le tombeau est classé au titre des monuments historiques depuis 1954[1].

La tombe du Grand Bé[modifier | modifier le code]

Le tombeau avec en arrière plan le Fort national et Saint-Malo

C'est selon son vœux qu'après sa mort, le 4 juillet 1848 à Paris, Chateaubriand est enterré sur l'îlot du Grand Bé, près du bord de la falaise et éternellement tourné vers la mer et la tempête dont, dit-il, "le bruit berça mon premier sommeil"[2].

Chateaubriand recherche en fait une petite île afin de se faire enterrer depuis 1823, comme il a pu l'écrire à cette époque à l'un de ses amis. À la veille de ses 60 ans, en 1828, il fait passer une demande au maire de Saint-Malo afin que lui soit concédée « la pointe occidentale du Grand Bey ». Le conseil municipal lui répondra cependant par un refus, prétextant quelques raisons relatives à « la vie publique et privée de l'écrivain ». Par la suite cependant, un poète malouin admirateur de l'écrivain, Hippolyte de la Morvonnais, intervient au près du nouveau maire Louis Hovius en 1831. Cette fois, le conseil municipal consent, sous réserve d'un accord avec le ministre de la guerre, à ériger son tombeau sur la pointe ouest du Grand Bé. Le tombeau sera finalement fin prêt dix ans avant la mort effective de l'écrivain, soit en 1838[3].

L'ouvrage était au départ entouré de rambardes en fer de style néogothique, mais en 1944 un obus brisa un angle de la pierre tombale et la rambarde, endommagée, fut remplacée par un projet plus proche du projet initial et ne comportant que trois côtés afin que l'écrivain puisse prolonger son dialogue avec la mer, selon la décision de l'architecte en chef des Monuments historiques Raymond Cornon qui respecta aussi un des vœux de l'écrivain : que sa tombe ne comporte aucune inscription.

Si sa tombe ne comporte effectivement aucune inscription, une plaque non nominative fut cependant posée sur le mur en arrière du tombeau, avec pour inscription :

"Un grand écrivain français a voulu reposer ici pour n'y entendre que le vent et la mer. Passant respecte sa dernière volonté."

Plaque non nominative

Anecdote terminologique[modifier | modifier le code]

Une anecdote quant au Grand Bé veut que le terme Be signifie tombe en Breton, mais on ne sait pas si cela a pu jouer un rôle dans le choix de l'écrivain.

St-Malo Tombe Chateaubriand 2010.jpg

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]