Tom Frost

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Tom Frost lors de la seconde ascension du Nose à El Capitan en 1961

Tom Frost est un grimpeur et alpiniste américain né en 1936. Il est aussi concepteur et fabricant de matériel d'escalade, ainsi que photographe.

Chronologie[modifier | modifier le code]

Matériel d'escalade[modifier | modifier le code]

Avec Yvon Chouinard, il a inventé en 1959 le RURP (Realized Ultimate Reality Piton), un piton très fin, utilisé pour l'ascension de Kat Pinnacle une très fine fissure, l'escalade artificielle la plus dure de l'époque[4]. Il a par la suite collaboré avec Chouinard pendant des années dans la conception et la fabrication de matériel d'escalade, dans les sociétés Great Pacific Iron Works et Chouinard Equipment Ltd. Fros se décrit lui-même comme un « ingénieur en piton » (piton engineer). Depuis 1997, il possède une fabrique de matériel d'escalade, FROSTWORKS.

Photographie[modifier | modifier le code]

Frost est aussi un photographe de montagne connu pour ses photos lors de premières ascensions. Selon l'alpiniste et photographe Glen Denny : «  Most of the climbing photos you see now are prearranged setups for the camera on much-traveled routes. The impressive thing about Frost is that his classic images were seen, and photographed, during major first ascents. In those awesome situations he led, cleaned, hauled, day after day and--somehow--used his camera with the acuity of a Cartier-Bresson strolling about a piazza. Extremes of heat and cold, storm and high altitude, fear and exhaustion ... it didn't matter. He didn't seem to feel the pressure. »[1]. Les photos de Frost ont été utilisées dans Advanced Rockcraft (1973) de Royal Robbins, Climbing Ice (1978) de Yvon Chouinard et le célèbre Fifty Classic Climbs of North America de Steve Roper et Allen Steck.

En 1979 il a fondé avec Gary Regester la société Chimera Photographic Lighting, spécialisée dans le matériel d'éclairage pour la photo et le cinéma.

Interventions publiques[modifier | modifier le code]

Promoteur du clean climbing, il s'est élevé dans une conférence à Innsbruck en 2002, contre l'usage excessif des pitons à expansion dans l'escalade sportive, et surtout leur emploi dans des voies ouvertes sans[5]. Il a joué un rôle décisif dans la sauvegarde du Camp 4 en 1997[6]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b No Guts, No Glory: A History of the Stanford Alpine Club
  2. Chris Jones, Climbing in North America, University of Californi Press, 1976, Berkeley, p. 360
  3. Grande encyclopédie de la montagne, t. 6, éditions Atlas, 1977, p. 1683 (article Logan Mountains)
  4. Chris Jones, op. cit., p. 274
  5. FROSTWORKS - Environnemental commentaries, Innsbruck 2002
  6. Teige Muhlfeld, Coffee's free at camp 4, Rock and Ice magazine, 17 septembre 2009

Liens externes[modifier | modifier le code]