Tomás Gil

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Gil Martínez est un nom espagnol. Le premier nom de famille, paternel, est Gil ; le second, maternel, souvent omis, est Martínez.
Tomás Aurelio Gil Martínez
Image illustrative de l'article Tomás Gil
Tomás Gil aux championnats panaméricains 2011
Informations
Nom Tomás Aurelio Gil Martínez
Date de naissance 23 mai 1977 (37 ans)
Pays Drapeau du Venezuela Venezuela
Équipe actuelle Neri Sottoli
Équipe amateur
2003
2004-2005
2006-2008
2009-2011
Triple Gordo
Andalucía – Paul Versan
Gobernación de Carabobo
Lotería del Táchira
Équipe professionnelle
2012-2013
24.03.2014-
Androni Giocattoli-Venezuela
Neri Sottoli

Tomás Aurelio Gil Martínez est un coureur cycliste vénézuélien, né le 23 mai 1977 à Caracas, membre de l'équipe Neri Sottoli depuis le 24 mars 2014.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il naît dans la capitale vénézuélienne en 1977, de parents journalistes[1]. Il obtient son grade de bachiller en 1994. Parallèlement à sa carrière cycliste, il poursuit des études en économie. Il est marié à une avocate, avec laquelle il a eu une enfant[1].

Après avoir touché à plusieurs sports, il se consacre au cyclisme qu'il a découvert seul et s'inscrit à l'école de cyclisme du District capitale de Caracas, dirigée par M. Domingo Rivas, qui utilise le vélodrome Teo Capriles. Sa première compétition d'importance sont les Jeux nationaux juniors (juegos nacionales juveniles) qu'il dispute avec la sélection du District capitale. Il termine dixième de la course en ligne et de la poursuite individuelle[1].

Lors de sa première saison en catégorie Élite, il termine deuxième de la poursuite individuelle et remporte la poursuite par équipes et le contre-la-montre, lors des championnats nationaux. Grâce à ces résultats, il intègre, en 1996, la sélection nationale vénézuélienne.

Puis il quitte Caracas pour effectuer un tour du pays des clubs et des régions. Il part tout d'abord, vers l'est et l'état de Monagas, où il court pour l'équipe La Japonesa[1], durant deux saisons. Puis il passe par l'état de Mérida et arrive à Trujillo, où il s'inscrit au club Triple Gordo[1]. Avec cette formation, il termine, notamment, troisième du Tour du Venezuela 2003.

Après un passage par l'état de Carabobo, il court deux ans en Espagne avec la formation Andalucía – Paul Versan. Il remporte notamment le contre-la-montre du dernier jour de las Rutas del Vino de Castilla La Mancha, épreuve du calendrier national espagnol qu'il termine troisième[2]. À son retour d'Europe, il revient pour trois ans dans l'équipe Gobernación de Carabobo[1]. Durant cette période, il remporte trois titres de champion national (deux du contre-la-montre, un de la course en ligne). Il finit, également, troisième du Tour du Venezuela 2007. En janvier 2009, il effectue sa dernière course avec cette formation et s'illustre en finissant deuxième du Tour du Táchira[3].

Puis il signe avec l'équipe Lotería del Táchira, où il reste trois saisons[4]. En 2010, il en profite pour ajouter à son palmarès un troisième titre de champion national du contre-la-montre[5] et le Tour du Venezuela[6]. Selon lui, c'est dans cet exercice de l'effort solitaire qu'il a construit sa victoire dans son Tour national[7]. L'année suivante, il remporte sa première épreuve par étapes, à l'extérieur des frontières de son pays natal. En février, membre de la sélection nationale, il s'impose lors de la Vuelta a la Independencia Nacional, en République dominicaine[8].

À près de 35 ans, Gianni Savio l'enrôle dans son équipe Androni Giocattoli, pour la saison 2012.

Le dernier week-end d'avril, il débute en Europe, en compagnie de Miguel Ubeto[9]. Mais que cela soit au Grand Prix de l'industrie et de l'artisanat de Larciano ou le lendemain au Tour de Toscane, le rythme élevé de la compétition ne lui permet pas de finir ces deux épreuves[10].

Palmarès sur route[modifier | modifier le code]

Résultats sur les grands tours[modifier | modifier le code]

Tour d'Italie[modifier | modifier le code]

Palmarès sur piste[modifier | modifier le code]

Résultats sur les championnats[modifier | modifier le code]

Championnats du monde professionnels[modifier | modifier le code]

Contre-la-montre[modifier | modifier le code]

1 participation.

Jeux panaméricains[modifier | modifier le code]

Piste[modifier | modifier le code]

Poursuite individuelle

1 participation.

Poursuite par équipes

1 participation.

Championnats panaméricains[modifier | modifier le code]

Piste[modifier | modifier le code]

Poursuite individuelle

2 participations.

Poursuite par équipes

3 participations.

Route[modifier | modifier le code]

Contre-la-montre

2 participations.

Jeux d'Amérique centrale et des Caraïbes[modifier | modifier le code]

Piste[modifier | modifier le code]

Poursuite individuelle
Course à l'américaine
  • San Salvador 2002 : médaille de bronze, Amérique centrale Troisième de la compétition[19].
Poursuite par équipes

Route[modifier | modifier le code]

Contre-la-montre

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e et f (es) « Tomas Gil campeón del giro patriota y Ladino líder ratificado del ranking UCI de América, cf. Tomas Gil », sur www.nuestrociclismo.com,‎ 12 juillet 2010 (consulté le 12 mai 2012)
  2. (es) « Gil vence en la última etapa y concluye tercero », sur www.diariocordoba.com,‎ 16 août 2005 (consulté le 12 mai 2012)
  3. (es) « Tomás Gil Subcampeón de la Vuelta al Táchira 2009 », sur www.metasports.com.ve,‎ 18 février 2009 (consulté le 12 mai 2012)
  4. (es) « Tomás Gil y Miguel Ubeto firman con la Lotería del Táchira », sur labarradeldeporte.com,‎ 15 mars 2011 (consulté le 12 mai 2012)
  5. (es) « Campeonato Nacional Contra Reloj Venezuela : Tomas Gil », sur www.ciclismototal.net,‎ 28 juin 2010 (consulté le 12 mai 2012)
  6. (es) « Tomás Gil campeón en Vuelta a Venezuela », sur www.guia.com.ve,‎ 12 juillet 2010 (consulté le 12 mai 2012)
  7. (es) « Tomás Gil: La contrarreloj me llevó a ser campeón », sur www.liderendeportes.com,‎ 12 juillet 2010 (consulté le 12 mai 2012)
  8. (es) « Tomás Gil Campeón de la XXXII Vuelta Ciclística Independencia », sur labarradeldeporte.com,‎ 28 février 2011 (consulté le 12 mai 2012)
  9. (es) « Ubeto y Gil debutan en el GP de Larciano », sur www.elimpulsohost.com (consulté le 5 mai 2012)
  10. (es) « Sin suerte Ubeto y Gil », sur www.ciclismototal.net (consulté le 5 mai 2012)
  11. « Les podiums du contre-la-montre aux Jeux d'Amérique centrale et des Caraïbes, cf p.238 » [PDF], sur www.mayaguez2010.com (consulté le 25 novembre 2011)
  12. (es) « Les résultats officiels de la 8e et dernière étape », sur www.ciclismototal.net (consulté le 25 avril 2011)
  13. (es) « Les résultats officiels de la 6e étape B », sur www.ciclismo.com.do (consulté le 25 avril 2011)
  14. « Les résultats du contre-la-montre des championnats du monde de 2011 », sur www.uci.ch (consulté le 23 septembre 2011)
  15. (es) « Les résultats des compétitions sur piste », sur www.infobiker.com.ar (consulté le 20 septembre 2014)
  16. (es) « Chile logró su primera medalla de oro en el Panamericano de Ciclismo », sur www.cooperativa.cl,‎ 9 juin 2006 (consulté le 25 février 2013)
  17. (nl) « Les résultats du contre-la-montre des championnats panaméricains de 2011 », sur www.cyclebase.nl (consulté le 17 novembre 2011)
  18. « Les podiums de la poursuite individuelle aux Jeux d'Amérique centrale et des Caraïbes, cf p.234 » [PDF], sur www.mayaguez2010.com (consulté le 20 novembre 2011)
  19. « Les podiums de la course à l'américaine aux Jeux d'Amérique centrale et des Caraïbes, cf p.236 » [PDF], sur www.mayaguez2010.com (consulté le 20 novembre 2011)
  20. « Les podiums de la poursuite par équipes aux Jeux d'Amérique centrale et des Caraïbes, cf p.235 » [PDF], sur www.mayaguez2010.com (consulté le 20 novembre 2011)
  21. a et b « Les podiums de la poursuite par équipes aux Jeux d'Amérique centrale et des Caraïbes, cf p.236 » [PDF], sur www.mayaguez2010.com (consulté le 20 novembre 2011)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :