Toghrul-Beg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Toghrul-Beg
Tour (tombeau) de Tuğrul Bey à Ray au sud de Téhéran
Tour (tombeau) de Tuğrul Bey à Ray au sud de Téhéran
Titre
1er sultan seldjoukide
10384 septembre 1063
Successeur Alp Arslan
Biographie
Dynastie Dynastie seldjoukide
Nom de naissance Rukn ad-Dunya wa ad-Din Abu Talib Muhammad Toghrul-Beg ibn Mikail
Date de naissance 990
Date de décès 4 septembre 1063
Père Mikail ibn Saldjük
Conjoint Aka
Altun Jan Khatun
Seyyedeh Fatima
Religion Sunnisme

Tuğrul Bey[1] ou Toghrul-Beg[2] dit « Le Prince Epervier » (né en 990 et mort le 4 septembre 1063), est un prince turc seldjoukide et le petit-fils de Seldjouk (Saldjük). Il est reconnu comme étant le fondateur de l'empire seldjoukide (qu'il dirigea de 1038 à 1063).

Il prend la tête des turcs Seldjoukides en 1038 (après avoir unifié les guerriers turcomans des steppes d'Asie centrale), puis est proclamé roi et sultan par le calife abbasside de Bagdad en 1058.

Biographie[modifier | modifier le code]

En 1025, après la défaite de Arslan-Israïl, fils de Seldjouk, vaincu et capturé par Mahmûd de Ghaznî, il quitte avec son frère Chagri Beg ses bases du Khârezm et avance vers le Khorasan.

Vers 1028-1029, ils s’emparent de Merv et de Nichapur puis se rendent indépendant des Ghaznévides (1031). Toghrul-Beg se proclame sultan de Nichapur (1038).

Le 22 mai 1040, les Turcs Ghaznévides sont vaincus à Dandãnqãn, au nord de Merv par les Seldjoukides qui occupent le Khorasan. Tchagri-Beg (1040-1058) puis son fils Alp-Arslan restent au Khorasan pendant que Toghrul-Beg part à la conquête de l’Iran et de l’Irak.

Toghrul-Beg prend conscience de l’attachement des iraniens à un pouvoir fort et centralisé, qui contraste avec les principes anarchiques des Turcomans. Il tire également parti du scandale causé par la domination bouyide sur le calife pour renforcer l’attachement des notables khorasaniens, qui pensent assurer le contrôle des territoires reconquis sur le chiisme. Les armées Khorasaniennes, bien équipées pour la prise des villes, renforcent les Turcomans dont la force vient surtout de la mobilité.

En 1046, Toghrul-Beg prend Hamadhân, puis Ispahan et fait de Rey (englobée dans l'actuelle Téhéran) sa capitale. Il s'oppose à l'attaque des Fatimides d’Égypte contre Bagdad (1054), puis lance des raids en Arménie sur la région de Van (1054-1055).

En 1055, sollicité par le calife abbasside après les négociations du juriste Al Mawardi, il entre pacifiquement dans Bagdad et libère le calife de la tutelle des Bouyides. Le sunnisme est restauré. Toghrul-Beg est proclamé sultan et émir de l’est et de l’ouest par le calife (1058).

À sa mort en 1063, son neveu Alp-Arslan, fils de Tchagri-Beg, lui succède à la tête de l’empire seldjoukide.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. turc : Tuğrul Bey,
    persan : rukn-e-dīn ṭoḡrul-bek ben seljūq: رکن‌الدین طغرل‌بک بن سلجوق,
    arabe : abū ṭālib rukn ad-dīn ṭuḡrul bak malik al-mašriq wa al-maḡrib muḥammad ben mīkāʾīl ben saljūq,
    أبو طالب ركن الدين طغرل بك "ملك المشرق والمغرب" محمد بن ميكائيل بن سلجوق
  2. Parfois appelé également Tughril Beg en français.

Documentation externe[modifier | modifier le code]