Tobias Cohn

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cohn.
Tobias Cohn.

Tobias Cohn ou Tobias Kohn (en hébreu: Toviyyah ben Moshe ha-Kohen; en polonais: Tobiasz Kohn) (aussi nommé Toviyah Kats) (1652-1729) est un médecin juif polonais du XVIIe et XVIIIe siècle. Il est né à Metz en 1652.

Biographie[modifier | modifier le code]

Le grand-père de Cohn est le médecin Eléazar Kohn, qui quitta la Terre sainte pour s'établir en Pologne à Kamieniec Podolski (actuellement Kamianets-Podilskyi en Ukraine), où il exerça la médecine jusqu'à sa mort. Son père est le médecin polonais Moses Kohn de Narol, dans le district de Bielsk, qui s'installa à Metz en 1648 pour fuir les persécutions lors de la révolte de Bogdan Khmelnitski. Tobias et son frère aîné retournent en Pologne après la mort de leur père en 1673. Il étudie à Cracovie et aux universités de Francfort-sur-l'Oder (au frais du grand électeur de Brandebourg) et de Padoue, obtenant de cette dernière un doctorat en médecine. Il exerce pendant un certain temps en Pologne, puis s'installe après à Andrinople (maintenant Edirne) en Turquie, où il devient le médecin attitré de cinq sultans ottomans successifs: Mehmed IV, Suleiman II, Ahmet II, Mustafa II, et Ahmet III, se déplaçant avec la cour à Constantinople. En 1724 il s'installe à Jérusalem, où il vivra jusqu'à sa mort en 1729.

Ses écrits[modifier | modifier le code]

Cohn connaît dix langues: l'hébreu, l'allemand, le polonais, l'italien, le français, l'espagnol, le turc, le latin, le grec et l'arabe. Cette grande connaissance linguistique lui permet d'écrire son Ma'aseh Toviyyah (L'Œuvre de Tobias), publié à Venise en 1707, et réimprimé en 1715, 1728, 1769, et 1850. Cet ouvrage est encyclopédique et divisé en huit parties: (1) théologie; (2) astronomie; (3) médecine; (4) hygiène; (5) maladies syphilitiques; (6) botanique; (7) cosmographie; et (8) un essai sur les quatre éléments.

"La Maison du Corps": Dessin allégorique comparant les organes du corps aux divisions d'une maison. Du Ma'aseh Toviyyah de Cohn, 1707.)

La partie la plus importante est la troisième partie qui contient une illustration montrant un corps humain et une maison côte à côte et comparant les différentes parties du corps aux différentes parties de la maison. (voir l'illustration).

Dans la deuxième partie, se trouvent les illustrations d'un astrolabe et de différents instruments d'astronomie et de mathématique. Un dictionnaire turc – latin - espagnol est inséré entre les parties 6 et 7; L'ouvrage est préfacé par un poème de Solomon Conegliano.

La connaissance médicale de Cohn et son expérience semblent avoir eu une importance considérable. Il donne, à partir de ses propres observations la première description du "plica polonica" (maladie des cheveux non soignés), ainsi que de nombreux symptômes et de plantes médicinales nouvellement découvertes. Il publie aussi en trois langues une liste de remèdes.

Il critique les professeurs antisémites de Francfort-sur-l'Oder ainsi que ceux de ses coreligionnaires fidèles de la Kabbale et soumis à une foi aveugle dans les miracles.

Références[modifier | modifier le code]

  • (en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Tobias Cohn » (voir la liste des auteurs)
  • (en) Hirsch, Biog. Lex. s.v.;
  • Rev. Et-Juives, xvii. 293; xxi. 140, 318;
  • M. Bersohn, Tobiasz Kohn, Varsovie, 1872.
  • (en) Jewish Encyclopedia: Tobias Cohn

Liens externes[modifier | modifier le code]