Titus Brandsma

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Titus Brandsma
Image illustrative de l'article Titus Brandsma
Statue de Titus Brandsma au campus de l'Université Radboud de Nimègue
Bienheureux
Naissance 23 février 1881
Oegeklooster (Bolsward, Pays-Bas)
Décès 26 juillet 1944 (à 63 ans) 
Dachau, Allemagne
Nom de naissance Anno Sjoerd Brandsma
Nationalité Drapeau des Pays-Bas Néerlandais
Béatification 3 novembre 1985 Rome
par Jean-Paul II
Fête 26 juillet, et le 27 juillet dans le carmel
Saint patron des espérantophones catholiques

Titus Brandsma (à l'état civil : Anno Sjoerd Brandsma), né le 23 février 1881 à Oegeklooster (Bolsward, Pays-Bas) et mort le 26 juillet 1944 à Dachau, Allemagne, est un prêtre carme néerlandais, journaliste catholique, professeur de philosophie et de l'histoire du mysticisme, recteur de l'université catholique de Nimègue et martyr.

Béatifié par le pape Jean-Paul II le 3 novembre 1985, il est liturgiquement commémoré le 26 juillet, ou le 27 juillet dans le carmel.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et formation[modifier | modifier le code]

Anno Sjoerd Brandsma est né le 23 février 1881 à Oegekleaster (en néerlandais: Oegeklooster), hameau de Bolsward, aux Pays-Bas d'une famille paysanne frisonne. Après des études secondaires au lycée de Megen, il entre à 17 ans au noviciat des Grands-Carmes à Boxmeer, où il prend le nom religieux de Titus Brandsma. Il fait ses études religieuses à Zenderen et Oss.

Toute sa vie, extrêmement active en dépit d'une santé fragile, sera inspirée par une mystique personnelle toute intérieure, sans dévotion extérieure. Déjà en 1901, il traduit les écrits de Thérèse d'Avila en néerlandais. Il est ordonné prêtre le 17 juin 1905 dans la cathédrale de Bois-le-Duc[1]. De 1905 à 1909 il étudie la philosophie et la sociologie à l'Université grégorienne de Rome où il obtient son doctorat de philosophie[2].

Enseignement et journalisme[modifier | modifier le code]

Nimègue, Souvenir de Titus Brandsma, un texte en frison

De 1909 à 1923 Titus Brandsma enseigne la philosophie, la sociologie et l'histoire de l'église au Philosophicum, séminaire des Carmes, à Oss[1]. Il y fonde un lycée, qui porte maintenant son nom. Il fonde aussi un lycée à Oldenzaal et agrandit le lycée de Zenderen. Il s'intéresse au frison, langue de son enfance, mais aussi à l'esperanto. Il est membre actif de l'Union internationale des espérantistes catholiques (IKUE).

Ayant obtenu un diplôme de journaliste professionnel, il devient en 1919 rédacteur en chef d'un journal local à Oss. Plus tard, à Nimègue, il est journaliste du journal régional De Gelderlander. Il est conseiller spirituel de l'association des journalistes catholiques, et s'occupe de l'amélioration des conditions de travail des journalistes et du renouveau de la presse catholique. Il propose la fondation d'une école pour journalistes, qui ne sera réalisée qu'après sa mort.

Professorat et mysticisme[modifier | modifier le code]

Statue de Titus Brandsma devant le lycée qui porte son nomà Oss

À la fondation de l'Université catholique de Nimègue (l'actuelle Université Radboud de Nimègue) en 1923, il est nommé professeur d'histoire de la philosophie et de la mystique. Il enseigne notamment la mystique néerlandaise et flamande et il organise des conférences internationales sur la spiritualité. Il ne se contente pas de donner des cours à ses étudiants ; il aborde avec eux leurs problèmes de vie et les grandes questions actuelles comme le nazisme[3]. Il s'évertue à faire redécouvrir les racines spirituelles des Pays-Bas et sa collection de copies photographiées de manuscrits religieux sera à l'origine de l'actuel Centre d'études Titus Brandsma à Nimègue.

Devenu membre du conseil général de l'Ordre du Carmel, il a une influence forte sur le renouveau des Carmes. À Nimègue, il est de 1926 à 1929 le prieur d'une petite communauté de Carmes étudiants, puis en 1929, il est fondateur d'un couvent plus grand, Doddendaal. En 1927, il est cofondateur du journal religieux Ons geestelijk erf (« Notre patrimoine spirituel »). En 1932/1933, il est recteur de l'université et tient son fameux discours Dieu n'est pas une chimère, mais vit en tout ce qui existe. Journaliste et professeur, il a publié près de 800 articles scientifiques et de vulgarisation. Son livre Itinéraire spirituel du Carmel est traduit en français[4].

Face à la montée du nazisme, il ne cache pas la vérité, lui qui dit : « Qui veut gagner le monde au Christ doit avoir le courage d’entrer en conflit avec ce monde ». Dans son livre intitulé : « Itinéraire spirituel du Carmel », il écrit : « Le néo-paganisme peut répudier l’amour, l’histoire nous enseigne que, malgré tout, nous serons vainqueur de ce néo-paganisme par l’amour. Nous n’abandonnerons pas l’amour. L’amour nous regagnera le cœur de ces païens. La nature est plus forte que la philosophie. Qu’une philosophie rejette et condamne l’amour et l’appelle faiblesse, le témoignage vivant d’amour renouvellera toujours sa puissance pour conquérir et captiver le cœur des hommes. »[2]

Prélude au martyre[modifier | modifier le code]

En 1935, Titus Brandsma devient le porte-parole de l’archevêché d’Utrecht et dès ce moment il s'oppose fermement aux théories nazies et à la persécution des Juifs. En 1938/1939 il donne une série de cours sur les principes néfastes du Nazisme et prend la défense des Juifs.

Le 10 mai 1940, les Pays-Bas sont envahis puis occupés par les Nazis qui trouvent des collaborateurs dans le parti nazi local, le mouvement national-socialiste (NSB). Dès le début de la guerre, Titus Brandsma prend la parole contre le renvoi des écoliers et étudiants juifs et contre le NSB. Le 30 décembre 1941, il a un entretien avec l'archevêque d'Utrecht sur la position de la presse catholique aux Pays-Bas. Il rend ensuite visite aux directeurs et aux rédacteurs en chef des journaux catholiques, plaidant qu'on ne fasse aucune publicité pour le NSB[5].

Début janvier 1942, un rapport allemand sur Titus Brandsma mentionne cette opposition systématique et ordonne son arrestation.

Titus Brandsma, Manuscrit de sa biographie sur Thérèse d'Avila, écrit en prison

Chemin du martyre[modifier | modifier le code]

Le 19 janvier 1942, Titus Brandsma est arrêté à Nimègue et emprisonné à Arnhem, puis transféré à La Haye pour deux jours d'interrogatoires. Du 20 janvier au 12 mars, il est en prison à Scheveningen ; puis du 12 mars au 28 avril au Polizeiliches Durchgangslager Amersfoort, un camp de transit.

Du 28 avril au 16 mai, il est de nouveau à la prison de Scheveningen. Selon le témoignage de ses codétenus, dans chaque prison, il apportait réconfort et consolation. Le Vendredi saint 3 avril, il tient une conférence pour les autres prisonniers sur Gérard Groote et la signification de la passion du Christ et de la souffrance humaine. En prison, par manque de papier, il écrit parfois entre les lignes d'un livre.

Du 16 mai au 13 juin, il est à la prison de Clèves où selon un juge, il défend le catholicisme contre le nazisme.

Le 13 juin, il est transféré au camp de concentration de Dachau où il arrive le 19 juin. Sa santé est déjà fortement ébranlée et, après un mois de vie dans le camp, il est tellement affaibli qu'il tombe par moments dans le coma[6].

Dans cet enfer, il garde sa sérénité proverbiale, soutenant le moral des détenus, leur partageant sa maigre ration et les invitant à aimer leurs ennemis. « Eux aussi sont des enfants de Dieu – dit-il – et peut-être quelque chose en est-il resté en eux. »[2] Très faible, il passe plusieurs fois par l'infirmerie. Inconscient durant plusieurs jours, il reçoit une injection mortelle[7] donnée par l'infirmière du camp[8] et décède en quelques minutes, le 26 juillet à 14h[1]. Il est incinéré dans un des fours crématoires de Dachau[9].

Béatification et fête[modifier | modifier le code]

Le tribunal épiscopal a terminé le « processus de béatification » à l'église des Carmes à Nimègue en 1957. Les documents du processus de béatification de Titus Brandsma sont arrivés à Rome fin décembre 1957, pour que le Vatican continue d'étudier la sainteté de sa vie (et la possibilité de le déclarer Bienheureux). Titus a été béatifié le 3 novembre 1985 par le pape Jean-Paul II.

L'étude de son éventuelle canonisation est en cours[10].

Sa fête liturgique est célébrée le 26 juillet, ou le 27 juillet dans le carmel[11]. Dans l'Ordre du Carmel, sa fête est célébrée avec rang de mémoire facultative[12].

Titus Brandsma est l'un des patrons des espérantophones catholiques[11].

Citations[modifier | modifier le code]

  • « Qui veut gagner le monde au Christ doit avoir le courage d’entrer en conflit avec ce monde »
  • « Le néo-paganisme peut répudier l’amour, l’histoire nous enseigne que, malgré tout, nous serons vainqueur de ce néo-paganisme par l’amour. Nous n’abandonnerons pas l’amour. L’amour nous regagnera le cœur de ces païens. La nature est plus forte que la philosophie. Qu’une philosophie rejette et condamne l’amour et l’appelle faiblesse, le témoignage vivant d’amour renouvellera toujours sa puissance pour conquérir et captiver le cœur des hommes. »[2]
  • « Toi ô Jésus sois près de moi, je n’ai jamais été si proche de toi. Reste avec moi. Reste avec moi, mon doux Jésus. Ta proximité me rend toute chose bonne. »[3]

Honneurs posthumes[modifier | modifier le code]

Inauguration de la Chapelle Titus Brandsma à Nimègue, 1960
  • Titus Brandsma a été béatifié par le pape Jean-Paul II à Rome, le 3 novembre 1985. Il est le premier journaliste béatifié[13].
  • À Nimègue, l'église Saint-Joseph a pris le patronyme du Bienheureux Titus Brandsma, où se trouve un mémorial de sa vie[14].
  • En 2005, à l'occasion des 2000 ans d'existence de la ville, la population de Nimègue a élu Titus Brandsma comme son citoyen le plus important de tous les temps[15].
  • À Bolsward se trouve le musée Titus Brandsma[16].
  • Plusieurs écoles primaires et lycées aux Pays-Bas portent son nom.
  • On a fondé en son souvenir le Prix Titus Brandsma, décerné tous les trois ans à un/e journaliste, une publication ou un institut qui a souffert de menaces ou de persécutions à cause de son engagement dans les médias en faveur d'un enjeu important du point de vue humain ou chrétien[17].
  • L'Union internationale des espérantistes catholiques (IKUE), a fait de Titus Brandsma[11] un de leurs saints patrons[18].
  • En France notamment, une rue de Nantes a été baptisée Allée Titus Brandsma et il y a un centre catholique Titus Brandsma à Lyon.
  • The Brandsma review (en) est une revue catholique en Irlande qui porte son nom.

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Brocardus Meijer o.carm. : Titus Brandsma o.carm (Bussum 1951)
  • Henk Aukes: Titus Brandsma (Utrecht/Brussel 1985)
  • Bruno Borchert: Titus Brandsma/Mystiek leven, een bloemlezing (Nijmegen 1985)
  • Constant Dölle o.carm. : De weg van Titus Brandsma 1881-1942 (Baarn 2000)
  • H. Nota, pr.: Titus Brandsma onder ons (Bolsward 2003)
  • Réf. dans l’Osservatore Romano: 1985 n.44 – n.45 – n.46

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (en) « Titus Brandsma », sur titusbrandsmainstituut.nl, Titus Brandsma Instituut (consulté le 28 mai 2014)
  2. a, b, c et d « Bienheureux Titus BRANDSMA », sur abbaye-saint-benoit.ch, Abbaye Saint Benoit de Port Valais (consulté le 28 mai 2014)
  3. a et b « Bienheureux Titus BRANDSMA », sur voiemystique.free.fr, La Voie Mystique (consulté le 28 mai 2014)
  4. « Bienheureux Frère Titus Brandsma, O.Carm, Itinéraire spirituel du Carmel », sur carm-fr.org, Les Grands Carmes en France (consulté le 28 mai 2014)
  5. (en) « Life of Titus », sur carmelnet.org, The Carmelites Province of The Most Pure Heart of Mary (USA) (consulté le 28 mai 2014)
  6. (en) « The inprisonment », sur carmelnet.org, The Carmelites Province of The Most Pure Heart of Mary (USA) (consulté le 28 mai 2014). Plusieurs photos sur l'emprisonnement de Titus.
  7. Titus Brandsma donna son chapelet (qu'il avait fait en cachette avec des petits bouts de cuivre et de bois dans le camps de Dachau) à l’infirmière du camp. Celle-ci était haïe et méprisée de tous les prisonniers car elle était chargée d'injecter un poison mortel aux prisonnier à bout de forces. Devant son cadeaux, elle lui dit irritée : « Je ne sais pas prier ! ». Et lui, avec douceur, lui répondit : « Tu n’as pas besoin de dire tout le Je vous salue Marie; dit seulement: "Priez pour nous pécheurs" ». Plus tard, elle avouera : « Lui, il avait de la compassion pour moi! » (sur le site nominis qui fait référence à un texte du P. André Marie Sicari o.c.d. sur le site du Vatican ).
  8. D'autres sources laissent à penser que ce serait "le médecin" du camp qui a fait l'injection. Peut-être que la formulation de la phrase ne signifie uniquement qu'il a fourni la seringue et désigné le malade ? (voir site (en) « Dachau », sur carmelnet.org, The Carmelites Province of The Most Pure Heart of Mary (USA) (consulté le 28 mai 2014)
  9. (en) « Dachau », sur carmelnet.org, The Carmelites Province of The Most Pure Heart of Mary (USA) (consulté le 28 mai 2014). Article avec de nombreuses photos
  10. (en) « The final process for Titus Brendsma », sur carmelnet.org, The Carmelites Province of The Most Pure Heart of Mary (USA) (consulté le 28 mai 2014)
  11. a, b et c « Bienheureux Titus Brandsma », sur nominis.cef.fr, Nominis (consulté le 28 mai 2014)
  12. Les heures du Carmel, Lavaur, Éditions du Carmel,‎ 2005, 347 p. (ISBN 2-84713-042-X), p142
  13. Claude, « Titus Brandsma », sur prenommer.com, Prenommer,‎ 16 février 2012 (consulté le 28 mai 2014)
  14. (nl) « Titus Brandsma Memorial », sur titusbrandsmamemorial.nl, Site du mémorial Titus Brandsma (consulté le 28 mai 2014)
  15. (en) « Blessed Titus Brandsma », sur marypages.com, Fondation Marypages (consulté le 28 mai 2014)
  16. (nl) « Titus Brandsma Museum », sur titusbrandsmamuseum.nl, Titus Brandsma Museum (consulté le 28 mai 2014)
  17. « Prix Internationaux du journalisme et des médias », sur ucip.ch, International Christian Organisation of the Media (ICOM) (consulté le 28 mai 2014)
  18. « Mouvement espérantiste catholique » [PDF], sur ikue.org, IKUE (consulté le 28 mai 2014)