Titta Ruffo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Titta Ruffo

Description de l'image  Titta Ruffo LOC.jpg.
Naissance 9 juin 1877
Pise (Toscane)
Décès 5 juillet 1953 (à 76 ans)
Florence (Toscane)
Activité principale Chanteur d'opéra
baryton
Années d'activité 1898 - 1934

Titta Ruffo est un baryton italien né à Pise le 9 juin 1877 et mort à Florence le 5 juillet 1953.

Biographie[modifier | modifier le code]

Titta Ruffo étudie à Rome avec Persichini, puis à Milan avec Casini, mais est essentiellement autodidacte. Il débute à Rome en 1898, puis parait à Santiago (1900) et Buenos Aires (1902).

Il débute au Royal Opera House de Londres en 1903 et au Teatro alla Scala à Milan en 1904, puis à Saint-Pétersbourg et Paris en 1905, Lisbonne et Monte-Carlo en 1907, New York et Chicago en 1912. Il chante régulièrement au Metropolitan Opera de 1922 à 1929.

Il se retire en 1934, s'étant publiquement opposé au régime fasciste de Benito Mussolini, il se fixe en France, où il enseigne, notamment à Mado Robin, puis après la guerre retourne en Italie.

Acteur hors pair et chanteur doté d'une voix d'une exceptionnelle puissance et d'un registre aigu éclatant, dont il abusa dès l'âge de 35 ans et fut parfois contesté vers la fin de sa carrière pour ses effets de force. Il est cependant tenu comme « l'un des plus grands de sa génération »[1]

Parmi ses grands rôles, on compte surtout Figaro, Rigoletto, Barnaba, Scarpia, Hamlet.

Il publia ses mémoires La mia parabola en 1937.

Il faut mentionner l'existence de l'Association internationale de chant lyrique TITTA RUFFO, créée à Marseille, en 1996, par l'universitaire et chanteur lyrique Jean-Pierre Mouchon, dont le but est d'honorer la mémoire du grand baryton italien. site http://titta-ruffo-international.jimdo.com/

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Titta Ruffo dans le rôle de Rigoletto en 1912 à Chicago
Fichier audio
« Sì, pel ciel marmoreo giuro! » (info)
Duo extrait de Otello de Giuseppe Verdi (1887)
par Enrico Caruso (Otello) et Titta Ruffo (Jago)[2].

Des difficultés  pour  écouter le fichier ? Des problèmes pour écouter le fichier ?
  • Titta Ruffo, La mia parabola, édition originale de 1937, nouvelle édition annotée et illustrée par le fils du baryton, le Dr Ruffo Titta, Staderini Editore, Rome, 1977, 445 p. 
  • Andres Farkas (dir.), Titta Ruffo.An Anthology, Greenwood Press, Wesport, Connecticut, 1984, 289 p.
  • Ruffo Titta Jr., « Titta Ruffo in privato » in The Record Collector, vol. 35, nos 3-4, mars-avril 1990, pp. 84-90.
  • Jean-Pierre Mouchon, Les Enregistrements du baryton Titta Ruffo. Guide analytique. Préface de Ruffo Titta Jr., Académie régionale de chant lyrique, Marseille, France, 1re édition, 1990,163 p., ill., 2eet 3e édition, 1991, 523 et 538 p. [3]
  • Jean-Pierre Mouchon, Titta Ruffo's Recordings (1905-1933). A glimpse at the baritone's voice and artistry, in The Record Collector, volume 37, no 1, janvier, février, mars 1992.
  • Tom Kaufman et Jean-Pierre Mouchon, "Les représentations de Titta Ruffo en Russie (1905-1907)" in Étude numéros 16-17 de juillet-décembre 2001 (Association internationale de chant lyrique TITTA RUFFO. Site: titta-ruffo-international.jimdo.com).
  • Jean-Pierre Mouchon: Analyse de deux enregistrements de l' «arioso» de Hamlet (A. Thomas): Maurice Renaud et Titta Ruffo ( Étude no 19, juillet-août-septembre 2002, Association internationale de chant lyrique TITTA RUFFO).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Notice du Larousse de la musique
  2. Enregistré le 8 janvier 1914 à New York pour Victor Records (Matrix C-14272). Il s'agit du seul enregistrement réunissant Enrico Caruso et Titta Ruffo nous étant parvenu.
  3. Catalogue BNF