Titouan Lamazou

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lamazou.
Titouan Lamazou Sailing pictogram.svg
Titouan Lamazou 2013.jpg
Titouan Lamazou en 2013.
Contexte général
Sport Voile
Période active de 1985 à 1993
Biographie
Nationalité sportive Drapeau de la France France
Naissance 11 juillet 1955 (59 ans)
Lieu de naissance Casablanca (Maroc)
* Dernière mise à jour : 31 janvier 2014

Titouan Lamazou est un navigateur, artiste et écrivain français, né le 11 juillet 1955 à Casablanca au Maroc. Né Antoine Lamazou, il a pris officiellement le nom de Titouan Lamazou en 1986[1].

Élève d'Yvon Le Corre, autant en voile qu'en dessin, il a été l'équipier d'Yvon Fauconnier puis d'Éric Tabarly.

Nommé « Artiste de l'UNESCO pour la Paix » en 2003, il a réalisé de nombreux portraits de femmes entre 2001 et 2007 pour son projet Zoé-Zoé, Femmes du Monde. Depuis, il s'engage activement auprès d'associations caritatives pour la défense des droits des femmes et des enfants dans le monde.

Biographie[modifier | modifier le code]

À 17 ans, Titouan Lamazou décide de partir autour du monde pour réaliser un carnet de voyage et choisit le bateau comme mode d'itinérance en proposant ses services d’équipier. C’est ainsi qu’il rencontre Éric Tabarly, dont il sera pendant deux ans l’équipier sur Pen Duick VI.

Vingt ans plus tard, après avoir remporté le titre de champion du monde de course au large, il retrouve sa première vocation d’artiste, publie de nombreux ouvrages, avant de se consacrer au projet Zoé-Zoé, Femmes du Monde sur lequel il travaille depuis 2001. Il entend, par ce travail, promouvoir l’autonomie des femmes et l’égalité entre les sexes. À ce titre, il a été nommé « Artiste de l’UNESCO pour la Paix » en 2003, en reconnaissance « de son engagement personnel et en sa qualité de peintre, d’écrivain et de photographe en faveur de la promotion des femmes et de l’affirmation de leurs droits »[réf. nécessaire].

C’est en 1998, lors d’une exposition au musée des arts décoratifs de Paris qu’il dévoile pour la première fois son projet de résidence artistique itinérante, le bateau-atelier.

En 2008, Titouan crée Lysistrata, une association à but non lucratif, afin de prolonger son combat pour la défense des droits des femmes. Dans le sillage de cet engagement humanitaire, son projet de bateau-atelier s’inscrit désormais dans une démarche solidaire envers les plus démunis.

Navigateur professionnel[modifier | modifier le code]

En 1985, il arme son premier navire, Écureuil-d’Aquitaine I, et participe à toutes les épreuves du circuit international des courses au large : le BOC Challenge, la Québec-St. Malo, la C-Star, etc. Il remporte, en 1990, la première édition du Vendée Globe, première course autour du monde en solitaire sans escale[2]. Ce succès est suivi par la victoire en monocoque dans la Route du Rhum la même année[3].

Titouan Lamazou est sacré Champion du Monde de course au large pour la période 1986-1990[4]. En 1991, il fonde, avec Florence Arthaud, le trophée Jules-Verne, première course sans limite de taille pour les navires, et lance la construction du plus grand monocoque de course jamais réalisé en matériaux composites, Tag Heuer. La goélette de 43,60 mètres de long subit des dégâts importants lors de sa première sortie, le 27 mars 1993. Elle ne participera jamais à une course[5]. Ce projet est le dernier de la carrière de navigateur de Titouan Lamazou.

Publications[modifier | modifier le code]

  • Un hiver berbère, avec Karin Huet, éditions Jeanne Lafitte, 1990.
  • Sous les toits de terre, avec Karin Huet, éditions Faucompret, 1997
  • Carnets de voyage 1 Égypte, Cuba, Bénin, Grèce, Japon, éditions Gallimard, 1998
  • Carnets de voyage 2 Haïti, Mali, Colombie, Russie, Indonésie, éditions Gallimard, 2000
  • Rêves de désert avec Raymond Depardon, éditions Gallimard, 2000
  • Congo Kinshasa, éditions Gallimard, 2001
  • Renaud par Titouan, éditions Gallimard, 2002
  • Femmes du Monde, éditions Gallimard 2007
  • Mulheres, éditions Gallimard, 2008
  • Afghanes, éditions Gallimard, 2009
  • Sauf ma mère, avec Michel Onfray, Gaillimard, 2010
  • Ténèbres au paradis, éditions Gallimard, 2011
  • Onze Lunes au Maroc, avec Karin Huet, éditions Gallimard et Malika éditions, 2012

Expositions[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Quand je suis né, au Maroc, mes parents m’avaient prénommé Antoine, or les Marocains confondaient Petit Antoine, Titoine, avec la ville de Tetouan. Depuis on m’a toujours appelé Titouan. C’est devenu officiel en 1986. Cette année-là, je faisais ma course autour du monde en équipage et, à l’escale de Sydney, je suis allé chercher mes voiles neuves. Mais les douaniers ont refusé de me les donner parce que le colis mentionnait « Titouan Lamazou », or sur mon passeport il y avait écrit « Antoine ». Il se trouve qu’à l’époque j’avais la chance d’être sponsorisé par Jacques Chaban-Delmas, maire de Bordeaux. Il m’a changé mon identité en huit jours ! », extrait d’un entretien réalisé pour France5.fr
  2. Titouan Lamazou : « Pendant trois ou quatre ans, le Vendée Globe a été ma vie ; depuis 10 ans il en fait partie », site officiel du Vendée Globe
  3. Historique de la Route du Rhum - 1990, site officiel de la Route du Rhum
  4. (en) Xavier Beguin Billecocq, French travellers to the Cape of Good Hope, Paris, Relations internationales & culture, 1996 (ISBN 9782910460037) p. 260.
  5. Jean-Louis Le Touzet, « Baptême par immersion », Libération (journal),‎ 25 juillet 2009 (consulté le 29 mars 2011)

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Patrick Le Roux, Titouan Lamazou: demain, je serai tous morts, Paris, B. Grasset, 1990 (ISBN 9782246436515)

Liens externes[modifier | modifier le code]