Tirso González

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Thyrsus (Tirso) González de Santalla, né le 18 janvier 1624 à Arganza, (Espagne) et mort le 27 octobre 1705 à Rome était un prêtre jésuite espagnol. Il fut élu en 1687, le 13e Supérieur général de la Compagnie de Jésus.

Formation[modifier | modifier le code]

Il fait ses humanités et études de littérature à Villafranca dans le Leon, puis une année de Philosophie à Oviedo avant d'entrer dans la Compagnie de Jésus (3 mars 1643).

Il approfondit la philosophie à Valladolid en 1645-47 et fait ses études de Théologie à Salamanque de 1647 à 1651. Gonzalez est ordonné prêtre en 1651, à Salamanque. Sa formation terminée il est nommé professeur de philosophie à Santiago (1653-55), puis de théologie à Valladolid et Salamanque (1656-65), et à nouveau de 1676 à 1687. Dans les débats philosophiques et théologiques - très prises à l'époque - Gonzalez est brillant. Il est également excellent prédicateur.

Une carrière de théologien[modifier | modifier le code]

Adversaire convaincu du probabilisme González demande fréquemment à ses supérieurs d'engager les jésuites dans la lutte contre cette tendance doctrinale. Il écrit lui-même une défense du probabiliorisme, accordant toutefois une importance exagérée à l'estimation subjective du degré de probabilité. Les réviseurs de la Compagnie rendent un avis défavorable unanime sur ce travail, et, de ce fait, en 1674, le Supérieur Général Giovanni Paolo Oliva lui refuse l'imprimatur.

Cependant, González est encouragé par le pape Innocent XI et, à sa demande, le Saint-Office émet un décret (1680), ordonnant aux Supérieurs de la Compagnie d'autoriser les membres de l'Ordre de défendre le probabiliorisme.

Supérieur Général[modifier | modifier le code]

À la veille d'être envoyé en Afrique pour des missions d'évangélisation en 1687, Gonzalez est élu par sa province comme électeur à la treizième congrégation générale, où il est élu Supérieur Général le 6 juillet 1687.

Préoccupé de ce que la plupart des jésuites restaient favorables au probabilisme, le Pape avait clairement indiqué que González, un des rares probalioristes de la Compagnie, était son candidat... En tant que nouveau Supérieur, González se sent obligé de combattre le probabilisme dans la Compagnie. En 1691, il fait imprimer une édition modifiée de son travail, mais, ses assistants lui rappellent que le Général est élu pour gouverner la Compagnie, non pas pour écrire des livres. Le pape Innocent XII ordonne un nouvel examen, et après de nombreuses corrections le manuscrit est finalement publié en 1694, sous le titre Fundamentum Theologiae moralis id est, tractatus theologicus de recto usu opinionum probabilium.

Œuvres[modifier | modifier le code]

González écrivit aussi plusieurs ouvrages apologétiques : Selectarum disputationum tomi quattuor (1680) dans lequel figurent quatre chapitres contre les Thomistes, les Jansénistes, et certains docteurs de l'Université de Louvain ; des traités sur l'Immaculée Conception, et sur l'infaillibilité papale.

Ce dernier livre fut écrit pour contrer la Déclaration du clergé de France de 1682, et imprimé sur ordre d'Innocent XI, puis plus tard interdit par Alexandre VIII, qui craignait de nouvelles difficultés avec la Cour française. L'ouvrage parut, sous forme d'un simple résumé, en 1691.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (fr) Hoang Manh-Hien, J., Th. Gonzalez et le probabilisme, Cholon, 1959 ;
  • (it) Emanuele Colombo, Convertire i musulmani. L'esperienza di un gesuita spagnolo del Seicento, Milano, 2007
  • (it) Emanuele Colombo, “In virtù dell’obbedienza. Tirso González de Santalla (1624-1705) missionario, teologo, generale” in Avventure dell’obbedienza nella Compagnia di Gesù. Teorie e prassi fra XVI e XIX secolo, (eds.) Claudio Ferlan and Fernanda, (Il Mulino: Bologna 2012), 97-137.
  • (en) Emanuele Colombo, “Even among Turks. Tirso González de Santalla (1624-1705) and Islam,” Studies on Jesuit Spirituality, 44/3 (2012). [1]
  • UGO TARABORRELLI, Apologia dell’infallibilità papale e censura dei costumi: i manoscritti di Tirso González de Santalla (1624-1705) in APUG
  • (en) Jean-Pascal Gay, Jesuit Civil Wars. Theology, Politics and Government under Tirso González (1687-1705), Farnham & Burlington, 2012.

Liens externes[modifier | modifier le code]