Timothy J. Keller

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Timothy Keller.

Timothy J. Keller (né en 1950) est un auteur américain, théologien, conférencier et pasteur fondateur de l'église presbytérienne du Rédempteur (Redeemer Presbyterian Church) à New York. Il est l'auteur de plusieurs livres, y compris The Reason for God: Belief in an Age of Skepticism, qui a remporté des prix du World Magazine[1] et Christianity Today[2] et s'est hissé à la septième place du classement des best-sellers du New York Times pour la catégorie des non-fictions, en mars 2008[3].

Biographie[modifier | modifier le code]

Keller a grandi à Lehigh Valley, en Pennsylvanie. Il est diplômé de l'Université de Bucknell (BA, 1972), du Séminaire théologique Gordon-Conwell (M. Div., 1975) et du Séminaire théologique de Westminster, où il a reçu son doctorat en théologie en 1981[4]. Il affirme être devenu chrétien à l'Université de Bucknell, suite aux activités de l'InterVarsity Christian Fellowship (Communion chrétienne interuniversitaire), avec qui il s'engagea plus tard comme membre du personnel[5]. Il a été ordonné par l'Église presbytérienne en Amérique (PCA) et a servi en tant que pasteur en Virginie pendant neuf ans, tout en étant également directeur pour les implantations d'Églises dans la PCA[6]. Il a également travaillé au sein de la faculté du Séminaire théologique de Westminster à Philadelphie (Pennsylvanie) où lui et son épouse Kathy ont été impliqués dans le ministère urbain, et il reste aujourd'hui professeur associé de théologie pratique[7]. Keller vit sur l'île Roosevelt (New York) avec sa femme, Kathy. Ils ont trois fils, David, Michael et Jonathan[5].

La PCA demanda à Keller de démarrer l'Église du Rédempteur en 1989, en dépit de son relatif manque d'expérience et après que deux autres personnes avaient refusé le poste[6]. L'église est passée de 50 personnes à une fréquentation totale de plus de 5 000 personnes chaque dimanche en début 2008, conduisant d'aucuns à l'appeler « l'évangéliste chrétien ayant le plus de succès dans la ville »[6],[8]. Son public cible se compose principalement de citadins professionnels, dont il estime qu'ils possèdent une influence disproportionnée sur la culture et les idées[9]. Dans sa prédication, « il n'évite pas vraiment les vérités chrétiennes difficiles, [mais] il a l'air différent de beaucoup de voix évangéliques dans la sphère publique »[6]. En effet, il fuit l'étiquette « évangélique » en raison de sa connotation politique et fondamentaliste aux États-Unis, préférant se faire appeler tout simplement orthodoxe parce qu'il « croit en l'importance de la conversion personnelle ou nouvelle naissance et en la pleine autorité de la Bible »[6].

L'Église du Rédempteur a fondé un centre d'implantation d'Églises en 2001 et a aidé à lancer plus de 100 églises de diverses confessions dans la région de New York et dans le monde. Le New York Times rapporte que « des pasteurs du monde entier commencent à venir dans un flux régulier à New York pour glaner ce qu'ils peuvent du Dr Keller et de Rédempteur »[6],[10]. Keller, autrefois directeur des œuvres caritatives de sa confession, a toujours insisté sur le service chrétien et la charité, tant auprès des membres de sa propre Église qu'auprès de ceux que le centre forme pour implanter des Églises en milieu urbain[6].

Rédempteur, selon Christianity Today, est « l'une des congrégations les plus vitales de Manhattan »[10] et, selon une enquête de 2006 auprès de 2 000 dirigeants d'Églises américains, c'est la 16e Église la plus influente d'Amérique[11].

Livres[modifier | modifier le code]

Ministries of Mercy: The Call of the Jericho Road (P&R Publishing, 1997) (ISBN 0-87552-217-3)

Church Planter Manual (Redeemer Presbyterian Church, 2002)

The Reason for God: Belief in an Age of Skepticism (Dutton Adult, February 2008) (ISBN 0-525-95049-4)

The Prodigal God: Christianity Redefined Through the Parable of the Prodigal Sons (Dutton Adult, November 2008) (ISBN 0-525-95079-6)

Counterfeit Gods: The Empty Promises of Money, Sex, and Power, and the Only Hope that Matters (Dutton Adult, October 2009) (ISBN 0-525-95136-9)

Contributions à d'autres ouvrages[modifier | modifier le code]

Center City Churches: The New Urban Frontier edited by Lyle E. Schaller (Abingdon Press, 1993) (ISBN 0-687-04802-8)

It Was Good: Making Art to the Glory of God edited by Ned Bustard (Square Halo Books, 2000) (ISBN 978-0-9785097-1-2)

Worship by the Book edited by D. A. Carson (Zondervan, 2002) (ISBN 0-310-21625-7)

The Supremacy of Christ in a Postmodern World edited by John Piper and Justin Taylor (Crossway Books, 2007) (ISBN 978-1-58134-922-1)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Marvin Olasky, « Anti-moralist Christianity », World Magazine,‎ June 28, 2008 (lire en ligne)
  2. (en) « 2009 Christianity Today Book Awards - Apologetics/Evangelism »
  3. (en) Best-sellers: Nonfiction: dimanche, Mars 2008 - New York Times 23e
  4. (en) « Westminster Faculty - Part Time (via the Internet Archive) » (consulté le 2007-03-30)
  5. a et b (en) « Speaker biography for a Christian Life Conference (via the Internet Archive) »,‎ 2007 (consulté le 2007-03-28)
  6. a, b, c, d, e, f et g (en) Michael Luo, « Preaching the Word and Quoting the Voice », The New York Times,‎ February 26, 2006 (lire en ligne)
  7. (en) Timothy Keller, « Post-everythings », byFaith magazine, republished by Westminster Theological Seminary (consulté le 2008-01-08)
  8. (en) « The Influentials: Religion », New York Magazine,‎ 2006 (lire en ligne)
  9. (en) Tim Keller, « A New Kind of Urban Christian », Christianity Today,‎ May 2006 (lire en ligne)
  10. a et b (en) Tony Carnes, « New York's New Hope », Christianity Today,‎ December 2004 (lire en ligne)
  11. (en) « 50 Most Influential Churches » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), The Church Report, July 2006. Consulté le 2007-03-28

Liens externes[modifier | modifier le code]