Timothy Bright

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Timothy Bright (1551? -9 août 1615) est un médecin britannique, qui a publié un des premiers traités sur la dépression (Treatise on Melancholy) et inventé une méthode de sténographie.

Biographie[modifier | modifier le code]

Timothy Bright passa probablement sa jeunesse à Sheffield.

Le médecin[modifier | modifier le code]

Il fait des études à Cambridge, où il est reçu bachelier des arts en 1567 ou 1568[1]. Il fait ensuite des études de médecine à Paris[1] avant de revenir à Cambridge où il est reçu docteur en 1579[1]. Il pratique la médecine et commence à écrire. En 1584 il publie un traité en deux parties, la première traitant de l'hygiène, l'autre des soins, et en 1586, le Treatise on Melancholy que Shakespeare aurait pu lire avant d'écrire Hamlet. Il abandonne la médecine pour devenir prêtre et meurt en 1615.

Le sténographe[modifier | modifier le code]

En 1588, il publia Characterie; An Arte of Shorte, Swifte and Secrete Writing by Character, dont il n'existe qu'un seul exemplaire à la bibliothèque de l'université d'Oxford. Son système était composé de 500 symboles arbitraires qui ressemblaient à des mots. On lui doit la conservation de plusieurs œuvres de William Shakespeare.

Le gouvernement anglais, qui souhaitait perfectionner sa méthode, stimula son développement par des prix. Ainsi, entre le XVIe et le XVIIIe siècles apparurent de nombreux ouvrages de ce type où l'on se proposait non pas de substituer un signe pour chaque mot ou pour chaque phrase, mais de représenter des syllabes par des traits géométriques simples, de liaison facile. L'un de ces traités, Arte of Brachygraphie de Peter Bales, parut en 1597.

Lien externe[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Paul Mengal, La Naissance de la psychologie, Paris, L'Harmattan,‎ 2005, 414 p. (ISBN 978-2-7475-8293-3, LCCN 2005431762)
  • Timothy Bright (trad. Eliane Cuvelier), Traité de la mélancolie [« Treatise on Melancholy »], Grenoble,‎ 1996

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Mengal_2004, p. 165