Timothée d'Éphèse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Timothée.
Icône orientale de Saint Timothée

Saint Timothée est un disciple, compagnon de voyage et proche confident de l'apôtre Paul de Tarse. Paul l'aurait institué évêque d'Éphèse. Liturgiquement il est commémoré (avec Saint Tite) le 26 janvier en Occident et le 22 janvier en Orient (aussi attestée : 18 février).

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le nom « Timothée » vient du grec ancien timao, «honorer» et theos, « Dieu », soit « Celui qui honore Dieu » (voire « qui craint Dieu »).

Histoire et tradition[modifier | modifier le code]

La Lycaonie

Timothée, que Paul appelle « son vrai fils dans la foi », est né à Lystre, en Lycaonie (Asie Mineure) d’un père grec et d’une mère juive, Eunice. C’est la grand-mère, Lois, qui la première devient chrétienne (2 Tim. 1:5). Elle est suivie sur cette voie par sa fille et Timothée. Comme il est d’ascendance juive, Paul permet que Timothée soit circoncis (Actes 16 :1-3).

Lors de son second voyage missionnaire, Paul passe par Lystre et prend Timothée comme compagnon et collaborateur. Une solide amitié se développe – son nom est souvent mentionné dans les salutations épistolaires – même s’ils ne voyagent pas toujours ensemble.

Timothée enfant (tableau de Rembrandt)


Resté à Bérée avec Silas (Ac.17:14ss) il rejoint Paul à Corinthe où il joue un rôle important dans l’œuvre d’évangélisation (2Cor. 1:19). Lorsque de graves malentendus s’élèvent dans la communauté chrétienne, c’est Timothée que Paul y envoie (1 Cor 4:17) pour y ramener la paix.

Timothée est l’homme de confiance. Une allusion est faite à une possible mission à Philippe également: Ph. 2:19. Même chose à Thessalonique : « nous vous avons envoyé Timothée notre frère, le collaborateur de Dieu dans la prédication de l’évangile du Christ, pour vous affermir et vous encourager dans votre foi » (1 Th. 3:2)

Timothée partage la première captivité de Paul qui, lors de sa seconde captivité, le réclame de nouveau. La seconde lettre de Paul à Timothée, écrite durant cette seconde captivité, alors que l’heure du témoignage suprême de sa vie approche, est un vibrant témoignage d’amitié. Adressée à ‘mon enfant bien-aimé’. Il fait « mention de lui dans ses prières et a un très vif désir de le revoir » (2Tim. 1:2-4), sans oublier sa famille. Il lui offre familièrement quelques conseils: «Cesse de ne boire que de l'eau. Prends un peu de vin à cause de ton estomac et de tes fréquentes faiblesses» (1Tim.5:23). Après de nombreuses recommandations pour une meilleure vie dans le Christ ressuscité il revient à la charge : « efforce-toi de venir me rejoindre au plus vite » (2Tim.4:9). Cette lettre à Timothée est considérée comme le testament spirituel de l’apôtre des gentils. Selon la tradition, Timothée aurait par la suite gouverné l’Église d'Éphèse où il serait mort. Rien n’est connu de lui hors des sources néo-testamentaires.

Vénération[modifier | modifier le code]

Timothée est un saint de l'Église catholique romaine et des Églises orthodoxes, qui le fêtent à des dates différentes. L’Église en Occident le fête le 26 janvier avec Tite comme disciples très chers de Paul de Tarse qui leur confie des charges épiscopales dans l’Église naissante.

Citation[modifier | modifier le code]

« Ce que tu as entendu de ma bouche devant de nombreux témoins, confie-le à ton tour à des hommes fidèles qui soient aptes à enseigner » (Paul à Timothée: 2 Tm 2,2)

Voir aussi[modifier | modifier le code]