Tillie Olsen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Olsen.

Tillie Olsen était une écrivain américaine née le 14 janvier 1912 et décédée le 1er janvier 2007.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunes années[modifier | modifier le code]

Tillie Olsen est née de parents immigrants russes et juifs au nord de la ville d'Omaha, dans l'État du Nebraska. Elle quitta prématurément et de son plein gré la Omaha Central High School pour travailler. Elle fut aussi une organisatrice de syndicat et une activiste socialiste. Dans les années 1930, elle fut brièvement membre du parti communiste américain. En 1934, elle fut séjourna brièvement en prison pour avoir organisé une union entre ouvriers d'une industrie agricole, une expérience qu'elle raconta dans l'hebdomadaire The Nation et le magazine Partisan Review. Elle déménagea plus tard à Berkeley, en Californie.

Carrière[modifier | modifier le code]

Sa carrière débuta quand elle tenta de raconter la situation politique actuelle et ses ambitions dans un roman qu'elle commença à écrire dans les années 1930, quand elle n'était âgé que de 19 ans. Bien que seul un extrait du premier chapitre de l'œuvre ait été publié dans le magazine Partisan Review, elle obtint un contrat avec la maison d'édition Random House. En raison de son rôle de mère, de ses responsabilités et de son travail, elle abandonna l'écriture du roman. Ce roman inachevé fut publié en 1974, dans Yonnondio: From the Thirties.

En 1961, elle publia un livre, Tell Me a Riddle qui regroupe des nouvelles, la plupart liées par les personnages d'une famille. L'œuvre fut récompensée d'un O. Henry Award la même année en tant que meilleure nouvelle américaine.

Sa première œuvre non-fictive, Silences est une analyse des périodes silencieuses des auteurs en littérature. Elle y parle du blocage de l'écrivain, des œuvres non publiées et les problèmes que rencontres les écrivains issus de la classe ouvrière, en particulier les femmes qui doivent trouver du temps à consacter à leur art. La deuxième partie du livre est une étude de l'œuvre de Rebecca Harding Davis, un auteur de petite renommée. Tillie Olsen fit ses recherches et écrit le livre à la bibliothèque de San Francisco.

Héritage[modifier | modifier le code]

Bien qu'elle ait publié peu de livres, Tillie Olsen fut un auteur influent dans la condition de vie des femmes et la pauvreté, en insistant sur le travail d'auteur des femmes, souvent mal considéré. Son œuvre reçut de la reconnaissance durant les années d'activité politique et sociale féministe. Mais cette influence causa certaines critiques, notamment à propos du passé de Tillie Olsen au sein du parti communiste qui aurait contribué à sa pensée.

Parmi ses récompenses, Olsen eut un Rea Award for the Short Story en 1994 pour sa carrière remarquable dans l'écriture des nouvelles.

Elle moura le 1er janvier 2007, à Oakland, en Californie

Liens externes[modifier | modifier le code]